Aller au contenu principal

L’offre en volaille très réduite
Grippe aviaire et inflation : Quel impact pour LDC ?

Le volailler LDC évalue la réduction de volumes attendue du fait de l’épisode de grippe aviaire né en février en Vendée, compte tenu de son potentiel de compensation.  

Le cours de LDC était au plus bas les 6 et 7 avril 2022.

LDC pourra « compter sur la mobilisation de ses équipes et la diversité de ses implantations territoriales au sein des autres bassins avicoles » et estime pouvoir « contenir la baisse de ses volumes disponibles à hauteur d’environ 20% sur la période de mars à août 2022 », indique le communiqué diffusé en fin d’après-midi du 7 avril. La présentation du chiffre d’affaires consolidé de son exercice 2021-2022 (du 1er mars 2021 au 28 février 2022) a été l’occasion pour le groupe d’évaluer l’impact de l’influenza aviaire hautement pathogène dans l’Ouest, où est la majorité des éleveurs apporteurs de ses abattoirs. Sans réorganisation, la baisse de volume serait de l’ordre de 30% pour les mois à venir. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Pourquoi les prix records des bovins ne sont pas encore suffisants pour les éleveurs allaitants
Malgré des prix des gros bovins à des niveaux jamais vus, l’amont de la filière bovine fait toujours face à des difficultés…
cotation Atla du beurre cube (€/t)
En ingrédients laitiers, les approvisionnements vont être compliqués à la rentrée
Avec la collecte laitière qui reste en retrait, les fabrications de produits laitiers industriels pourraient bien être…
Bio : la Cour des Comptes entre dans le débat sur la HVE
Le rapport sur le soutien à l’agriculture biologique de la Cour des Comptes juge la politique menée insuffisante, tant au niveau…
Le lait conventionnel mieux payé que le bio en avril
Le lait conventionnel a été payé 5 €/1000 litres de plus que le bio en avril, selon Agreste.
Avec l’arrêt de Matines, la filière œuf dans l’incertitude
Matines a annoncé jeudi l’arrêt programmé de ses activités, seul un site fait l’objet d’une procédure de reprise pour l’instant,…
vache canicule
[Canicule 2022] La collecte laitière va souffrir de la vague de chaleur
Alors que la production de lait de vache en France est déjà en repli cette année, l'épisode précoce de canicule ne va pas…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio