Aller au contenu principal

Lait infantile : comment Isigny Sainte-Mère certifie sa qualité ?

Axée sur le segment sensible des poudres de lait infantiles, la coopérative Isigny Sainte-Mère a misé sur la certification qualité pour garantir à ses clients des produits sains, loyaux et bons.

Le 11 mai, la coopérative normande Isigny Sainte-Mère et Bureau Veritas, leader mondial de la certification, ont célébré trente ans de partenariat autour de la certification qualité. « Isigny Sainte-Mère produit des poudres infantiles depuis 1957, explique Daniel Delahaye, directeur général de la coopérative. En 1988, à la suite d’un problème de qualité, la coopérative a choisi de se faire certifier selon la norme Iso 9001, devenue depuis la certification qualité de référence en agroalimentaire. Cela a demandé un travail énorme, dans lequel nous avons été accompagnés par Bureau Veritas. » La certification a été obtenue le 15 juin 1990. « C’était la première certification en France d’une entreprise agroalimentaire selon la norme Iso 9001 publiée en 1988, rappelle Jean-Michel Audrain, directeur général de Bureau Veritas Certification. C’était aussi la première pour Bureau Veritas. »

Au-delà de la certification, cerise sur le gâteau, la démarche a permis de consolider le management qualité. « Parce qu’elles constituent l’alimentation exclusive des bébés, les poudres infantiles sont soumises à des contrôles drastiques sur le plan nutritionnel, des pathogènes, des corps étrangers, des allergènes, des résidus chimiques…, souligne Marielle Defez, responsable qualité poudre d’Isigny Sainte-Mère. Chaque lot subit 3 000 contrôles, de l’arrivée des ingrédients à son expédition. Et les analyses ne suffisent pas. La qualité et la sécurité doivent être assurées à chaque étape du process. L’Iso 9001 a permis une approche par les procédures et la mise en place d’éléments structurants. »

Le choix d’un laboratoire interne

Aujourd’hui, 110 personnes travaillent à la qualité. Après l’Iso 9001, la coopérative a obtenu les certifications IFS et BRC, répondant aux standards internationaux exigés par ses clients étrangers, ainsi que l’HACCP GB, spécifique au marché chinois. Elle a aussi renforcé sa démarche environnementale avec les certifications Iso 14001 (réduction de l’impact environnemental), puis Iso 50001 (management de l’énergie). S’y ajoutent les AOP beurre et crème d’Isigny, camembert de Normandie et pont-l’évêque, le label Rouge pour les mimolettes vieilles et extra-vieilles, la certification AB et la certification AgriConfiance des producteurs, gage d’hygiène et de traçabilité du lait.

Les organismes certificateurs, les services d’inspection réglementaires français, américains, chinois consacrent 85 jours par an aux audits de qualité. Pour garantir leur indépendance, les audits changent tous les deux à trois ans. Dès le départ, la coopérative a aussi fait le choix d’avoir un laboratoire d’analyses intégré. « C’est un choix stratégique qui permet d’être réactif et proactif pour répondre aux demandes de nos clients », assure Arnaud Fossey, président de la coopérative Isigny Sainte-Mère. Ce fonctionnement en interne et les technologies utilisées permettent ainsi de faire en cinq minutes des analyses de matière grasse, protéiques, de l’extrait sec ou encore la recherche de salmonelles en 24 heures. S’y ajoute aujourd’hui la Food Safety Culture, obligatoire depuis 2021, qui implique chaque salarié dans l’élaboration de la qualité.

Chiffres clés

400 producteurs

260 Ml de lait collectés

507 M€ de chiffre d’affaires

60 % de poudres

40 % de beurre, crème et fromages

1/3 des poudres exportées en Chine

Un laboratoire d’analyses accrédité Cofrac-17025

Ouvert 24h/24 et 7j/7, le laboratoire d’analyses des poudres assure les vérifications nécessaires aux plans de contrôle établis par le service qualité.

Isigny Sainte-Mère possède trois laboratoires d’analyses, deux dédiés aux produits frais et un aux poudres. Agrandi et rénové en 2019, le laboratoire des poudres emploie 88 personnes, dispose de 300 matériels et réalise 1 million d’analyses par an sur les ingrédients, les produits en cours et les produits finis. « Les plans de contrôle sont établis par les services qualité et production, explique Florence Héry, responsable des laboratoires d’Isigny Sainte-Mère. Le laboratoire réalise les analyses demandées qui servent d’outils de pilotage aux services. » Trois types d’analyses sont réalisés : physico-chimiques, microbiologiques et organoleptiques. Récemment, pour répondre aux attentes des clients de la coopérative, le laboratoire a développé la mesure des chlorates (contamination possible à partir du lavage des salles de traite), des oligosaccharides (prébiotiques) et de la vanilline (allergène possible, rédhibitoire notamment pour la Chine). Pour éviter toute contamination croisée, les flux du personnel, des consommables, des échantillons et des déchets sont entièrement séparés. L’étage réservé aux analyses microbiologiques est particulièrement sécurisé, avec un couloir circulant évitant aux personnes de se croiser, des salles fermées, la marche en avant, la séparation des micro-organismes pathogènes et non pathogènes… Le laboratoire compte aussi deux métrologues qui garantissent la fiabilité des outils de mesure. À l’occasion de son agrandissement, pour valoriser ses bonnes pratiques, le laboratoire a choisi de demander son accréditation Cofrac selon la norme 17025. « Les compétences techniques et l’indépendance fonctionnelle sont des éléments fondamentaux de la norme 17025, souligne Florence Héry. L’accréditation Cofrac du laboratoire prouve son indépendance par rapport à la coopérative. »

Les plus lus

Camion de la Cooperl
La Cooperl donne un coup au financement du Marché du Porc Breton

La FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire accusent la Cooperl de mettre à mal l’ensemble des outils collectifs utilisés…

Vaches dans la prairie
Comment vont évoluer les coûts de production de la viande bovine en 2024 ?

Si les prix des gros bovins restent élevés, ils ne sont pourtant toujours pas rémunérateurs pour les éleveurs. Les coûts de…

Cotation du porc en  Allemagne, Production, classe E en €/kg
Porc : un marché en manque d’impulsion à la veille de Pâques 

Le marché du porc européen manque de tonicité à l’approche de Pâques.  

en arrière plan, une étable avec des vaches noir et blanche. Au premier plan, un chercheur en combinaison intégrale avec un masque de protection.
Grippe aviaire : ce qu’il faut savoir de la contamination humaine par des vaches

La situation sanitaire autour de la grippe aviaire inquiète aux États-Unis. Des vaches malades ont à leur tour contaminé un…

infographie objectifs de la loi Egalim
Que mangent les enfants à la cantine, et qu’en pensent-ils ?

Les menus servis dans les cantines scolaires ne sont pas, en moyenne, conformes aux objectifs de la loi Egalim selon un…

bouverie en abattoir
Vidéo L214 chez Bigard : le ministère remet le contrôle vidéo en abattoir sur la table

L214 a diffusé une enquête filmée dans l’abattoir Bigard de Venarey-les-Laumes (Côte d’Or), lors d’abattages halal. Le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio