Aller au contenu principal

[Edito] La Pac sera plus verte

Pac verte
© Pixabay

La semaine dernière, le Conseil européen puis le Parlement européen ont adopté leurs positions pour la future Pac pour la période 2023-2027. ­­Un accord correspondant aux attentes de la France avec « des mesures environnementales obligatoires pour tous les États membres, permettant d’éviter toute distorsion de concurrence », s’est félicité Julien Denormandie après le Conseil des ministres de l’Agriculture. Un accord en faveur, selon lui, d’« une Pac plus verte mais surtout plus juste ». Pour y parvenir, la présidence allemande de l’UE a certes dû faire quelques compromis à destination des États membres les plus réticents à l’idée de consacrer 20 % des aides du premier pilier de la Pac aux éco-régimes (programmes environnementaux plus exigeants). L’accord introduit une certaine flexibilité leur permettant de transférer 50 %, voire 75 % des budgets prévus pour ces éco-régimes pour des mesures environnementales du second pilier. Le Parlement européen, lui, a voté pour que 30 % des aides du premier pilier aillent à ces éco-régimes. Soucieux de protéger les petites exploitations, les eurodéputés ont également voté pour réduire progressivement les paiements directs annuels aux agriculteurs et les plafonner à 100 000 euros. Insuffisant selon 400 ONG de Good Food Good Farming, pour qui le texte « est très déséquilibré en faveur d’une industrialisation de l’agriculteur et insuffisant pour assurer sa transition écologique ». Avec une forme de renationalisation des mesures, difficile certes de déterminer si cette réforme agira équitablement dans toute l’Europe en faveur d’une agriculture plus responsable et soucieuse de l’environnement. Mais comme le dit la Copa-Cogeca, « malgré les critiques, la complexité découlant du changement climatique, les faibles revenus », les agriculteurs font de plus en plus d’efforts en faveur de l’environnement. Et une nouvelle Pac trop verte pourrait risquer de les déconnecter d’un consommateur européen encore très soucieux du prix de ses achats alimentaires, malgré ses déclarations en faveur du manger mieux. L’équilibre est délicat à trouver.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Papillon
[Edito] Gare à l’effet papillon

Drôle de confinement que nous vivons là ! Les Français ont le droit d’aller travailler, d’emmener leurs enfants à l’…

Restaurant
[Edito] Il va y avoir de la casse !

Qui l’aurait cru ? Année après année, les experts prévoyaient une croissance forte des repas pris hors du domicile en…

Pixabay
[Edito] Jouer à fond la préférence locale

Et voilà nous y sommes. La France, comme de nombreux pays d’Europe, débordée par une nouvelle vague de contaminations au…

E-commerce
[Edito] Investir dans le e-commerce

Plus que modifier les habitudes de consommation, la crise engendrée par la Covid-19 accélère les transformations qui…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio