Aller au contenu principal

Importations agricoles ukrainiennes : quel compromis à Bruxelles ?

Les mesures commerciales autonomes pour l’Ukraine seront prolongées mais avec des mécanismes de sauvegarde pour des filières dites sensibles que sont la volaille, les œufs, le sucre, l’avoine, le gruau, le maïs et le miel. Blé et orge ne sont pas concernés.

un conteneur posé sur une route de campagne avec le drapeau ukrainien dessiné dessus
L'UE va plafonner ses importations en provenance d'Ukraine.
© Généré par l'IA

Comme attendu, les colégislateurs européens sont parvenus le 8 avril, à l’occasion d’un trilogue, à un compromis pour prolonger d'un an les mesures commerciales autonomes pour l’Ukraine. Les eurodéputés de la commission du Commerce international (Cominta) l'ont ensuite validé le 9 avril. Conformément à la proposition du Conseil de l’UE du 27 mars, le nouvel accord politique avec le Parlement européen permet notamment d’élargir au second semestre 2021 la période de référence permettant de calculer le seuil de déclenchement du mécanisme de « frein d’urgence » automatique. L’intégration de cette période, antérieure à l’invasion de l’Ukraine par la Russie permet mécaniquement d’abaisser les seuils, mais les opérateurs agricoles espéraient que l’année 2021 serait intégralement prise en compte. Les importations seront ainsi plafonnées aux volumes moyens importés entre mi-2021 et fin 2023, niveaux au-dessus desquels des droits de douane seront réimposés sous 14 jours. 

Lire aussi : L’UE a acheté 7 fois plus d’œufs ukrainiens en 2023 qu’en 2021

Davantage de contrôles sur les importations de céréales, mais pas de seuils

Le blé tendre et l’orge ne sont, encore une fois, pas intégrés au dispositif (contrairement à la volaille, aux œufs, au sucre, à l’avoine, au gruau, au maïs et au miel). Mais Bruxelles promet d’intensifier son contrôle sur les flux d’importations de céréales pour éventuellement mettre en place des mesures d'urgence en cas de déséquilibre, même si le marché n’est perturbé que dans un seul pays de l’Union. 

Pour le Copa-Cogeca, « bien que la période de référence soit légèrement prolongée, l'absence d'inclusion du blé tendre et de l'orge et la période de référence incomplète restent préoccupantes pour les agriculteurs ».

Lire aussi : Exportations agricoles et alimentaires : pourquoi l'Europe bat des records et pas la France

La libéralisation des échanges envisagée

Le processus de validation du compromis par les institutions européennes devrait être expéditif. Le texte a d’ores et déjà reçu l’aval des représentants des États membres lors de la réunion qui a suivi le trilogue. De son côté, la commission du Commerce international du Parlement européen se prononcera le 9 avril, pour que l’accord soit présenté à la dernière plénière de la législature, prévue à Strasbourg du 22 au 25 avril. L’exécutif européen s’engage aussi à lancer une discussion sur la libéralisation permanente des droits de douane avec l’Ukraine, de quoi augurer de nouvelles crispations agricoles.

Avec Agra

Les plus lus

usine de transformation du lait
Face à la baisse de la collecte, l’industrie laitière doit être « proactive », enjoint la Rabobank

Dans son dernier rapport, la Rabobank estime que la collecte laitière de l’UE pourrait baisser rapidement et incite les…

un graphique avec une courbe à la hausse, sur fond de grains de blé
L'Algérie et la sécheresse en Russie font monter les prix du blé tendre

Comment ont évolué les prix des céréales ces 7 derniers jours ? Les journalistes de la Dépêche-Le petit Meunier vous…

Xi Jinping et Emmanuel Macron
Chine : trois accords signés pour l’exportation agroalimentaire

La visite du président chinois à Paris a été l’occasion de la signature d’accords et de l’homologation de protocoles…

un porc, une vache et un poulet dans le drapeau européen
Porc, boeuf, volaille : comment va évoluer la production de l'UE en 2024 ?

La Commission européenne se montre très prudente dans ses prévisions sur la production de viande et de volaille. Les filières…

Volailles Label rouge, des mises en place toujours en baisse

Les mises en place de volailles Label rouge continuent de reculer au premier trimestre 2024.

« On ne s’en sort plus ! » le cri d’alarme des PME et ETI face aux complexités d’Egalim

La Feef, Fédération des Entreprises et Entrepreneurs de France, qui rassemble PME et ETI appelle à un choc de simplification…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio