Aller au contenu principal

Skyr : Puffy’s cherche de nouveaux investisseurs

La jeune start-up, spécialisée dans le skyr, est victime de son succès. Face à sa croissance rapide, l’entreprise manque de trésorerie et a besoin de lever 1 million d’euros en urgence. Il en manque encore 500 000. Si dans quelques mois, l’argent n’est pas trouvé, Puffy’s pourrait mettre la clé sous la porte alors que son carnet de commandes pour 2024 est plein. 

Olivier Gautreau (à gauche) et Gabriel Gutmann
Olivier Gautreau (à gauche) et Gabriel Gutmann, cofondateurs de Puffy's doivent trouver 500 000 euros en urgence pour poursuivre leur activité.
© Puffy's

C’est un SOS que Gabriel Gutmann, confondateur de la start-up Puffy’s a lancé sur les réseaux sociaux le 1er février 2024. «Le challenge est costaud et le temps presse.  Nous cherchons encore 500 000 euros (sur 1 million) pour boucler notre financement et nous permettre de continuer à développer les meilleurs SKYR français du marché (…). L’aventure est trop belle pour et ne peut s’arrêter là ! »

Une trésorerie qui ne suit pas le développement 

Puffy’s, start-up spécialisée dans le skyr, un produit laitier islandais, a été fondée en 2018 par Gabriel Gutmann et Olivier Gautreau. En 2022, les deux associés avaient réussi à lever 500 000 euros de business angels lyonnais.  Fin 2023, Puffy's a connu un grand coup d’accélérateur en signant des contrats avec Carrefour et Intermarché. Problème, la trésorerie de la jeune entreprise n’arrive pas à suivre ce développement et Puffy’s a besoin de fonds de toute urgence sous peine de devoir jeter l’éponge dans quelques mois.

« Notre marge sur les ventes de produits se compte en centimes. »

« Nous sommes sur un marché porteur et tendance avec une production bio et française », précise Gabriel Gutmann. « Le problème, c’est que nous ne sommes pas encore rentables alors que la grande distribution exige des coûts supplémentaires de plusieurs milliers d’euros  pour le packaging ou la mise en place d’une force commerciale. Notre marge sur les ventes de produits se comptent en centimes et nous avons atteint le maximum de taux d’endettement auprès des banques. La trésorerie est très tendue. » 

Lire aussi : En liquidation judiciaire, un jeune entrepreneur bio témoigne

Un nouvel investisseur à trouver d'urgence pour 500 000 euros

Seule solution, faire appel à de nouveaux investisseurs pour réussir à lever 1 million d’euros. Puffy’s avait trouvé deux financeurs pour 500 000 euros chacun. Mais l’un s’est brusquement désisté et l’autre ne versera sa part qu’une fois un nouvel investisseur trouvé. Autant dire que le temps presse pour la jeune start-up qui emploie 4 salariés et qui visait la rentabilité début 2025. Soit un an à tenir. « Nous n’avons que quelques mois devant nous. Je suis un entrepreneur, je suis optimiste, et je ne veux pas imaginer qu’on doive tout arrêter, d’autant que ce n’est pas le produit, ni le modèle qui est en cause. Mais avec Olivier, nous sommes des gens pragmatiques et concrets. Si nous ne trouvons pas rapidement ces 500 000 euros, dans 3 mois, l’aventure Puffy’s est finie », prévient Gabriel Gutmann.

Puffy's a pourtant de sérieux arguments à faire valoir pour rassurer tout nouvel investisseur. « Nos skyrs sont désormais présents dans 1800 magasins soit une hausse de 100% des points de vente par rapport à 2022 », précise l'entreprise. «Nous avons connu 190% de croissance en un an et le carnet de commandes pour 2024 est déjà rempli. »

Lire aussi  : Place du Marché, en liquidation judiciaire

Depuis la publication du post sur LinkedIn, Gabriel Gutmman a reçu plus d’une centaine de messages de soutien ainsi que des pistes concrètes pour trouver un investisseur. « Certaines sont très bonnes. Ca redonne de l’espoir. »   

 

Les plus lus

« Les agriculteurs ont reçu consigne d'aller dans la grande distribution », Michel-Edouard Leclerc

Le patron du mouvement E.Leclerc s’est expliqué ce 5 février au micro de France Inter.

Lait : pourquoi la France a perdu en compétitivité

La filière laitière française descend à la troisième place en termes de compétitivité parmi les grands producteurs de lait…

Production de viande bovine en 2024, le vrai du faux

L’Institut de l’élevage a publié ses prévisions 2024 pour la production de viande bovine, qui devrait encore baisser, mais…

viande bovine
Près d’un quart de la viande bovine consommée en France est importée, d’où vient-elle ?

Les importations françaises de viande bovine se sont un peu tassées en 2023, reflet du manque de dynamisme de la consommation…

un femme d'âge moyen pousse son caddie au supermarché, elle hésite
Les tendances de consommation alimentaires de 2024 en 5 points

Après une année 2023 plombée par l’inflation, que réserve la consommation alimentaire des Français en 2024 ? Nielsen a…

Les Labels rouge de bœuf limousin dans une mauvaise passe

La perte de volumes en labels Bœuf limousin junior et encore davantage en veau sous la mère inquiète l’association Limousin…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio