Aller au contenu principal

Fini le steak végétal, encore un décret publié

Le nouveau décret interdisant l’utilisation de dénominations de produits animaux pour les produits végétaux vient d’être publié au Journal Officiel.

rayon vegan en magasin
Le steak de soja n'est plus légal, l'émincé oui.
© Virginie Pinson

Mis à jour le 01/03 avec réaction de Culture Viande

C’est une des mesures du plan de souveraineté sur l’élevage annoncé dimanche au Salon de l’Agriculture par Marc Fesneau, et déjà auparavant lors du Sommet de l’élevage, les produits végétaux ne pourront plus utiliser de dénominations animales. Le décret est paru au journal officiel de ce mardi 27 février. Pour rappel, un décret en ce sens était déjà paru en 2022 avant d’être suspendu par le Conseil d’Etat quelques mois plus tard. Il est probable que ce nouveau décret fasse aussi l’objet d’un contentieux au niveau de la Cour de justice européenne.

Quels sont les termes interdits pour les produits végétaux ?

La liste est publiée dans le décret. On y trouve 19 termes faisant référence aux produits (Filet ; Faux filet ; Rumsteck ; Entrecôte ; Aiguillette baronne ; Bavette d'Aloyau ; Onglet ; Hampe ; Bifteck ; Basse côte ; Paleron ; Flanchet ; Steak ; Escalope ; Tendron ; Grillade ; Longe ; Travers ; Jambon) ainsi que les mentions Boucher/Bouchère et Charcutier/Charcutière.

Lire aussi : Viande : Où sont les abattoirs menacés de fermeture en France, et pourquoi ?

Il reste possible d’utiliser certains termes si les teneurs en protéines végétales sont sous des seuils fixés, par exemple moins de 3 % sur l’extrait sec pour le blanc de volaille, moins de 3,5 % sur le cordon-bleu et moins de 2 % sur les merguez. 

Tous les produits végétaux sont-ils concernés ?

« Les produits légalement fabriqués ou commercialisés dans un autre État membre de l'Union européenne ou dans un pays tiers » peuvent toujours utiliser ces dénominations animales. Ce qui est vivement dénoncé par les entreprises françaises du végétales qui y voient une concurrence déloyale. La Vie, le fabricant d’alternatives végétales au jambon et lardon, l’avait déjà contesté en 2022, et relance une campagne de communication.

Nicolas Schweitzer, co-fondateur et dirigeant de la marque réagit par communiqué « Au détriment d’acteurs français comme La Vie™, ce nouveau décret favorise les filières étrangères qui produisent en dehors de l’Europe et pourront donc continuer à commercialiser des "steaks végétaux" en France. Ce décret est en total décalage avec les ambitions du pays en matière de réindustrialisation et de climat.» Même réaction chez les fondateurs d'HappyVore qui déplorent, toujours par communiqué, « cette mesure crée une inégalité de traitement entre les entreprises françaises et étrangères, entravant ainsi la concurrence et l'innovation sur le marché des alternatives végétales ».

Quand entre en vigueur l’interdiction d’utiliser les dénominations animales ?

Les dispositions du décret entrent en vigueur le premier jour du troisième mois suivant sa publication, soit le 28 mai. Les denrées fabriquées ou étiquetées avant cette date peuvent être commercialisées jusqu’à épuisement des stocks ou jusqu’au 27 février 2025. 

Réaction favorable à Interbev et Culture Viande

Ce décret est «une nouvelle significative» a réagit Jean-François Guihard, président d'Interbev et boucher, justifiant, « Notre position n'est pas en effet de nous opposer à la commercialisation des protéines végétales transformées (PVT). Notre préoccupation réside dans l'utilisation des codes et appellations traditionnellement associés à la viande pour commercialiser ces alternatives végétales. Car cette pratique peut induire en erreur les consommateurs ». Même ton favorable dans un communiqué de Culture Viande où l'on peut lire "Culture Viande avait dénoncé des pratiques qui consistent à utiliser la notoriété, les valeurs nutritives, le plaisir, l’image et le patrimoine gastronomique liés aux viandes et aux charcuteries pour commercialiser des produits végétaux. ".

 

Les plus lus

Camion de la Cooperl
La Cooperl donne un coup au financement du Marché du Porc Breton

La FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire accusent la Cooperl de mettre à mal l’ensemble des outils collectifs utilisés…

Vaches dans la prairie
Comment vont évoluer les coûts de production de la viande bovine en 2024 ?

Si les prix des gros bovins restent élevés, ils ne sont pourtant toujours pas rémunérateurs pour les éleveurs. Les coûts de…

Cotation du porc en  Allemagne, Production, classe E en €/kg
Porc : un marché en manque d’impulsion à la veille de Pâques 

Le marché du porc européen manque de tonicité à l’approche de Pâques.  

en arrière plan, une étable avec des vaches noir et blanche. Au premier plan, un chercheur en combinaison intégrale avec un masque de protection.
Grippe aviaire : ce qu’il faut savoir de la contamination humaine par des vaches

La situation sanitaire autour de la grippe aviaire inquiète aux États-Unis. Des vaches malades ont à leur tour contaminé un…

infographie objectifs de la loi Egalim
Que mangent les enfants à la cantine, et qu’en pensent-ils ?

Les menus servis dans les cantines scolaires ne sont pas, en moyenne, conformes aux objectifs de la loi Egalim selon un…

bouverie en abattoir
Vidéo L214 chez Bigard : le ministère remet le contrôle vidéo en abattoir sur la table

L214 a diffusé une enquête filmée dans l’abattoir Bigard de Venarey-les-Laumes (Côte d’Or), lors d’abattages halal. Le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio