Aller au contenu principal

L'Inrae propose d'arrêter de servir la viande rouge dans les cantines

Des chercheuses d'Inrae, en lien avec MS-Nutrition, viennent de publier leurs travaux de recherche sur la durabilité des cantines scolaires. Elles suggèrent que servir aux enfants des repas végétariens trois fois par semaine et du poisson et de la viande blanche aux deux autres repas de midi est "une piste intéressante" pour concilier nutrition et respect de l'environnement.

Servir un ménu végétarien trois fois par semaine peut améliorer la durabilité de la cantine scolaire, selon des chercheurs d'Inrae.
© Pascal Xicluna/MinAgri.Fr

Pour répondre aux enjeux tant nutritionnels qu'environnementaux et économiques dans la construction des menus des cantines scolaires, des chercheuses d'Inrae, en lien avec MS-Nutrition, suggèrent de supprimer la viande rouge des repas.

Dans des travaux, parus le 24 mars dans European Journal of Nutrition, elles suggèrent que servir aux enfants des repas végétariens trois fois par semaine et du poisson et de la viande blanche (porc et volaille) aux deux autres repas de midi est "une piste intéressante pour concilier bonne nutrition et respect de l'environnement".

En France, ce sont 8,5 millions de déjeuners qui sont servis chaque semaine à la cantine scolaire. Les repas doivent être structurés avec 4 ou 5 composantes et respecter 15 règles de fréquence de service, pour 15 types de plats sur 20 repas. Par ailleurs, la loi Climat et Résilience a entériné le principe d'au moins un repas végétarien par semaine, après l'expérimentation mise en place par la loi Egalim le 1er novembre 2019.

Eviter la viande rouge, comme levier de durabilité

Les travaux menés par les chercheuses étaient de trouver le meilleur compromis possible pour améliorer la durabilité des repas servis aux écoliers. Quatre leviers ont été sélectionnés : réduire de 5 à 4 le nombre de composantes des repas ; respecter les 15 règles de fréquence imposées par la loi et 5 recommandations supplémentaires spécifiques aux repas végétariens; augmenter le nombre de repas végétariens ; éviter la viande rouge.

 

Les leviers ont été analysés seuls ou en combinaison dans 17 scénarios différents. Pour chaque scénario, 100 séries de 20 repas scolaires ont été générées automatiquement, en couplant un tirage aléatoire de plats au sein d’une base de données de 2316 plats scolaires. La qualité nutritionnelle des séries de repas a été évaluée sur la base du score d’Adéquation Nutritionnelle Moyenne (ANM) pour 2000 kcal. L’impact environnemental a été mesuré par plusieurs indicateurs :  émissions de gaz à effet de serre (EGES), potentiel d’acidification sur les écosystèmes terrestre et d’eau douce, utilisation de l'eau et des ressources fossiles, eutrophisation d'eau douce et marine et usage des terres.

Selon leurs résultats, "augmenter la fréquence des repas végétariens jusqu’à 12 repas sur 20 et servir du poisson et des viandes blanches aux autres repas semble être le meilleur compromis pour réduire de moitié les EGES des repas scolaires en maintenant leur bonne qualité nutritionnelle".

Un changement de réglementation nécessaire

Les chercheuses d'Inrae concluent, toutefois, que pour mettre en place ce scénario, une révision de la réglementation actuelle est nécessaire. Cette dernière impose, en effet, le service de viande rouge à l'école (au moins 4 repas sur 20).

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Les prix des gros bovins dépassent un nouveau seuil symbolique
Le prix moyen pondéré des gros bovins entrée abattoir a dépassé la barre historique des 5 €/kg en semaine 18. Du jamais vu. Les…
Pénurie alimentaire : quel est le manque à gagner des ruptures en magasin ?
Les ruptures en magasin se multiplient pour diverses raisons et le manque à gagner a atteint 851 millions d'euros sur les trois…
Ruptures et pénuries se multiplient dans les grandes surfaces
Pénuries alimentaires en rayon : quels produits, pourquoi, jusqu’à quand ?
Huile de tournesol, poulet mais aussi poisson pané, plusieurs produits manquent en rayon, pour quatre types de raisons parfois…
Pénurie alimentaire : lait et produits laitiers seront-ils les prochains concernés ?
Collecte de lait de vache en repli, sécheresse en vue, les industriels s’inquiètent pour leurs approvisionnements cet été. Le…
Les prix de la bavette et du rumsteck UE à des records à Rungis
Les approvisionnements sont compliqués en viande bovine pour les grossistes, faute d’offre, et l’importation n’apporte pas…
Lait bio : Collecte en hausse et consommation en baisse, la crise se précise
Dans un contexte inflationniste, les ménages s’éloignent du bio et la consommation chute. Dans le même temps, la collecte de lait…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio