Aller au contenu principal

Produits de la mer
Coquilles Saint-Jacques : année exceptionnelle en Normandie

La gestion durable du gisement de coquilles Saint-Jacques de la baie de Seine porte ses fruits et les prélèvements pourraient atteindre 48 000 t cette année.

© Normandie Fraicheur Mer

Des courants favorables et des températures propices pendant la reproduction, les conditions idéales de cet été devraient déboucher sur une belle campagne pour les pêcheurs de coquilles Saint-Jacques de la baie de Seine. L’Ifremer estime à 48 000 tonnes le potentiel, contre environ 15 000 tonnes ces dernières années. Le précédent record, en 2012, était de 23 000 tonnes. Si ce chiffre a pu plus que doubler, ce n’est pas seulement grâce au climat, mais du fait d’« une gestion des ressources au plus près », explique Dimitri Rogoff, président du groupement Normandie Fraîcheur Mer, qui rassemble les professionnels de la filière soucieux de la qualité. Les mesures sont en effet drastiques. Chacun des 220 bateaux sous licence dispose d’un quota qui dépend de sa taille. La pêche n’est autorisée que 4 jours par semaine et seulement 2 heures par jour, sous contrôle aérien. « Plus on laisse de coquilles à la fin de la campagne, plus on favorise la reproduction », justifie Dimitri Rogoff qui a à cœur de préserver « la meilleure coquille du monde ! »

La baie de Seine est riche en alluvions, ce qui permet aux coquilles de se développer dans des conditions optimales. Elles grossissent d’ailleurs plus vite que dans la zone Manche-Est, atteignant la taille minimale (11 cm) un an plus tôt. Un trésor convoité par nos voisins britanniques qui pêchent le long des eaux territoriales françaises « sans aucune contrainte de date de campagne, de quota ou de contrôles », enrage Dimitri Rogoff. La coquille Saint-Jacques ne fait en effet pas partie des espèces dont la pêche est contrôlée au niveau européen.

Pas de flambée des prix à Noël

Limiter les prélèvements quotidiens permet aussi d’éviter des débarquements trop massifs de coquilles fraîches qui feraient chuter les cours, la commercialisation de la coquille normande se faisant essentiellement en frais, en criée, de gré à gré auprès des mareyeurs ou en vente directe. « Nous espérons rester au-dessus de 3 € le kg à la production. Pour le moment, elles s’affichent à 3,50 € et pourraient monter à 4,50 € pour les fêtes », estime Dimitri Rogoff, car le temps plus contraignant à Noël limite les sorties en mer, tandis que la demande est au rendez-vous. Mais vu le potentiel de pêche cette année, « les prix ne vont pas flamber », assure-t-il.

La coquille a le vent en poupe auprès des consommateurs français, après quelques années où elle a été un peu oubliée. Les efforts de communication de la filière ont redonné une présence médiatique à ce coquillage, notamment dans les émissions culinaires grand public. Le label Rouge, qui existe depuis 2002 pour la coquille entière et 2009 pour la noix, permet d’accentuer la visibilité du produit, même si les volumes concernés sont limités. La qualité est l’étendard de la coquille Saint-Jacques normande, qui fait face aux pétoncles importés. Dans les pas du homard et du bulot, elle est en cours de pré-évaluation par le label MSC. « Un vrai défi, car nous avons des lacunes pour la gestion des débarques », selon Dimitri Rogoff. Pour y remédier, l’an prochain, les pêcheurs normands testeront une application de télédéclaration pour pré-annoncer les pêches sur smartphone.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Avril confirme entrer en négociation exclusive avec Bigard pour la cession d'Abera et Porcgros
Comme nous l'annoncions dans notre dernier hebdomadaire, Bigard s'apprête à reprendre les sociétés Abera et Porcgros, propriétés…
Manifestation à Plérin
Des éleveurs manifestent à Plérin contre la baisse du prix du porc

Des éleveurs de porc, dont certains membres du mouvement les "bonnets roses", ont manifesté leur mécontentement devant les…

Egalim 2 : pas de contractualisation avec les grossistes ni sur les marchés aux bestiaux
La loi Egalim 2 n’oblige pas les éleveurs à contractualiser sur marchés de bétail vif. Elle maintient aussi le régime commercial…
Infographie abattages français
[Infographie] La Bretagne, première région d'abattage en France

Cette infographie s'appuie sur les données 2020 d…

Nouvelle salve entre Inaporc et Cooperl sur le financement de l’équarrissage
L’interprofession du porc et la première coopérative porcine campent sur leurs positions respectives quant à la Cotisation…
UFC-Que Choisir, Greenpeace et WWF France s'attaquent aux promesses des labels et signes de qualité alimentaires
UFC-Que Choisir, Greenpeace et le WWF France ont présenté le 28 septembre les résultats de leur étude sur la véracité et les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio