Aller au contenu principal

Consommation
Comment l’inflation va toucher le bio et la vente en vrac ?

L’inflation et les préoccupations vis à vis du pouvoir d’achat vont-elles détourner les consommateurs des pratiques plus vertueuses pour l’environnement que sont la vente en vrac et le bio ?

Pour Nielsen, les consommateurs les plus modestes et familiaux risquent ainsi de continuer à délaisser les produits bio face à leur baisse de pouvoir d’achat
Pour Nielsen, les consommateurs les plus modestes et familiaux risquent ainsi de continuer à délaisser les produits bio face à leur baisse de pouvoir d’achat
© Virginie Pinson

« 8 Français sur 10 surveillent désormais leurs dépenses et ne sont pas disposés à dépenser plus sur l’alimentaire, même si ce n’est pas leur premier poste d’économie », alerte NielsenIQ, dans une note consacrée à l’impact de l’inflation sur le vrac et le bio.

Le vrac a des bons atouts face à la crise

Le vrac a déjà été fragilisé par la pandémie de Covid-19, car les Français privilégiaient les produits emballés par mesure de précaution. Néanmoins 4 millions de consommateurs ont déjà intégré cette habitude, selon NiesenIQ. Les principales barrières sont « la préservation de la qualité des produits, l’hygiène, l’absence de marque visible ou d’informations suffisantes sur les produits ».

Pour ce dernier obstacle, des QR code peuvent être une solution selon le panéliste. Le principal atout du vrac pour les consommateurs, c’est de pouvoir acheter la quantité dont ils ont besoin, un plus en temps de restrictions budgétaires. Si le vrac réussit à ne pas dépasser les prix des produits équivalents emballés, il pourrait alors tirer son épingle du jeu.  

"L’inflation invite les Français à adapter leur consommation. Le vrac a un fort potentiel de croissance qui passe par un travail de fond en matière d’éducation, de signalisation, de diversification des produits disponibles… tout en restant accessible et en le faisant savoir auprès des ménages" résume Nicolas Riant, Associate Manager chez NielsenIQ.

Nielsen projette du bio stable en 2022

Le panéliste s’attend à la stabilité des ventes de PGC bios en 2022, après leur baisse en 2021. « Si les produits bio sont globalement moins impactés par l’inflation que les références conventionnelles, ils restent en moyenne 30% plus chers », explique Pauline Peyron, Consultante chez NielsenIQ. Mais pour certains consommateurs plus aisés, le bio séduit toujours. « Les foyers franciliens, certainement moins sensibles à la hausse du prix de l’essence, n’ont baissé cette année leurs achats de bio que de -0.6%, contre -3.6% sur le reste du territoire », illustre NielsenIQ.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Pourquoi les prix records des bovins ne sont pas encore suffisants pour les éleveurs allaitants
Malgré des prix des gros bovins à des niveaux jamais vus, l’amont de la filière bovine fait toujours face à des difficultés…
cotation Atla du beurre cube (€/t)
En ingrédients laitiers, les approvisionnements vont être compliqués à la rentrée
Avec la collecte laitière qui reste en retrait, les fabrications de produits laitiers industriels pourraient bien être…
Agricool rejoint Vif-Systems et dévoile les raisons de son échec
La start-up promouvant l’agriculture urbaine, en redressement judiciaire, est reprise par le réseau de fermes verticales VIF-…
Faute de repreneur, Matines ouvre un projet de cessation d’activités
La société Matines annonce, le 2 juin, s’engager dans un projet d’arrêt programmé de ses activités. A ce jour, seul le site…
Le lait conventionnel mieux payé que le bio en avril
Le lait conventionnel a été payé 5 €/1000 litres de plus que le bio en avril, selon Agreste.
Avec l’arrêt de Matines, la filière œuf dans l’incertitude
Matines a annoncé jeudi l’arrêt programmé de ses activités, seul un site fait l’objet d’une procédure de reprise pour l’instant,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio