Aller au contenu principal

Climat : Le PNNS devrait recommander un maximum de 450 g de viande, pas 650 g

Le réseau Action Climat et la Société française de nutrition ont réalisé une étude qui met en évidence le besoin d’ajuster les recommandations du Plan National Nutrition Santé pour prendre en compte les enjeux environnementaux, en plus des enjeux nutritionnels. 

bol de légumes au poulet
Le PNNS devrait baisser ses recommandations sur la consommation maximale de viande pour prendre en compte les engeux climatiques
© Photo de Anh Nguyen sur Unsplash

450 g, c’est la consommation maximale de viande que devrait recommander le Plan National Nutrition Santé (PNNS), dont moins de 150 g de charcuteries, selon le Réseau Action Climat France et la Société française de nutrition, qui publie un rapport.

Lire aussi : Consommation de viande : que demandent Greenpeace, FNH et Réseau Action climat à Marc Fesneau ?

Un maximum de 450 g par semaine correspond aux recommandations grecques, c’est un peu plus que les niveaux italiens, espagnols et danois, mais moins que la Belgique, les Pays-Bas et la Chine.

graphique du rapport

A contrario, le PNNS devrait recommander une consommation de 65 à 100 g de légumineuses chaque jour (poids cuit) ainsi que 25 à 30 g par jour de fruits à coque non salés, des noix idéalement. 

Réduire de moitié sa consommation de viande pour se conformer aux engagements climatiques

L’alimentation représente 22 % de l’empreinte carbone de la France. En s’appuyant sur divers scénarios prospectifs et modèles de transition, le rapport estime que la consommation de viande de la France devrait être réduite de 50 % pour que notre pays se conforme à ses engagements en matière de climat. Or en France, la consommation de viande tend à progresser, au profit notamment des importations, l’érosion du bœuf et du porc étant largement compensée par la hausse en poulet. Un Français consomme aujourd’hui deux fois plus de viande que la moyenne mondiale, et quatre fois moins de légumineuses. Les recommandations sur les produits laitiers ne sont pas remises en question (2 par jour actuellement). 

Voir l’étude

Les plus lus

Camion de la Cooperl
La Cooperl donne un coup au financement du Marché du Porc Breton

La FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire accusent la Cooperl de mettre à mal l’ensemble des outils collectifs utilisés…

Vaches dans la prairie
Comment vont évoluer les coûts de production de la viande bovine en 2024 ?

Si les prix des gros bovins restent élevés, ils ne sont pourtant toujours pas rémunérateurs pour les éleveurs. Les coûts de…

Cotation du porc en  Allemagne, Production, classe E en €/kg
Porc : un marché en manque d’impulsion à la veille de Pâques 

Le marché du porc européen manque de tonicité à l’approche de Pâques.  

en arrière plan, une étable avec des vaches noir et blanche. Au premier plan, un chercheur en combinaison intégrale avec un masque de protection.
Grippe aviaire : ce qu’il faut savoir de la contamination humaine par des vaches

La situation sanitaire autour de la grippe aviaire inquiète aux États-Unis. Des vaches malades ont à leur tour contaminé un…

infographie objectifs de la loi Egalim
Que mangent les enfants à la cantine, et qu’en pensent-ils ?

Les menus servis dans les cantines scolaires ne sont pas, en moyenne, conformes aux objectifs de la loi Egalim selon un…

vue de haut, une carte de France dessinée avec du blé, du beurre, des oeufs, de la viande, du fromage, des pommes, des tomates, du soja, du saumon
Souveraineté alimentaire : quelles sont les fragilités françaises ?

Un rapport du gouvernement évalue la souveraineté alimentaire de la France et dévoile des zones de fragilité préoccupantes.…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio