Aller au contenu principal
Font Size

Produits laitiers
Beurre, poudre : les indicateurs passent à l’orange

Après s’être fortement dépréciés en deux mois, les cours des ingrédients laitiers semblent se stabiliser. Une accalmie qui pourrait toutefois être de courte durée, la production mondiale étant dynamique face à une demande toujours perturbée.

evolution des cours du beurre et de la poudre de lait écrémé

Les cours des ingrédients laitiers ont été fortement dégradés par la crise mondiale liée au coronavirus. Affectés dès mi-février par le déséquilibre entre le ralentissement de la demande et la croissance de l’offre, les cours de la poudre de lait écrémé ont ainsi reculé de près de 29 % en deux mois pour tomber à 1 870 €/t mi-avril. Après avoir bien résisté entre février et mars, les cours du beurre ont également plongé, perdant 620 € en deux semaines pour terminer à 2 600 €/t courant avril.

Légère embellie, mais des incertitudes qui restent fortes

L’attentisme qui était de rigueur sur le marché a récemment laissé place à un peu de stabilité. Les cours ont stoppé leur chute et ont même fait preuve d’un peu de fermeté ces dernières semaines, le marché enregistrant les premiers effets de l’aide au stockage privé annoncée par la Commission européenne. Autre facteur favorable à un certain retour à l’équilibre, le ralentissement de la collecte laitière française qui s’est opéré en avril, sous l’effet notamment de conditions climatiques sèches. Malgré ces signaux positifs, les perspectives à court terme restent incertaines. Les volumes mis en jeu par l’aide au stockage privé restent en effet limités, ne permettant un allégement que ponctuel du marché. À l’échelle de l’UE, la production devrait continuer de progresser au second trimestre, de sorte que le déséquilibre entre l’offre et la demande pourrait s’accentuer. Sur le marché mondial par ailleurs, la perspective d’un ralentissement économique généralisé ne préfigure pas d’une reprise de la demande au second semestre, d’autant plus que malgré la chute des cours, l’UE reste fortement concurrencée par les exportations des États-Unis, plus compétitives.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Poudre de lait : marché indécis en juin

Le marché français de la poudre de lait écrémé s’est montré indécis au mois de juin. Les cours ont joué au yo-yo, passant…

 © Réussir
Collecte : repli marqué en mai

Précipitée par la crise sanitaire dès la mi-mars, la baisse saisonnière de la collecte laitière française a été très…

Produits laitiers : l’UE bien présente à l’export

Après avoir ralenti en mars, les échanges internationaux de produits laitiers ont retrouvé un certain dynamisme en avril…

 © Isigny Ste Mère
La crème bénéficie d’une bonne demande des ménages

Les achats de crème conditionnée par les ménages français ont progressé de 1,7 % en volume en 2019, selon FranceAgriMer.…

 © D.Hardy
Collecte : toujours en hausse en chèvre, tassement en brebis

La collecte de lait de chèvre a été très dynamique en début d’année 2020 avec des taux de progression inédits (compris…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio