Aller au contenu principal

Avec « La grande malbouffe », Arte s’attaque à la nourriture industrielle

La fabrication d'un cordon-bleu de type industriel par l'équipe technique est le fil rouge du reportage. © Arte
La fabrication d'un cordon-bleu de type industriel par l'équipe technique est le fil rouge du reportage.
© Arte

Avec le documentaire « La grande malbouffe », diffusé sur Arte le 2 février, les réalisateurs Maud Gangler et Martin Blanchard s’attaquent à la nourriture industrielle, son élaboration et les enjeux sociétaux qui l’entourent. L’enquête aborde le sujet des produits ultra-transformés, des additifs, de la nutrition, des auxiliaires technologiques, mais aussi de l’avènement des applications telles que Yuka et leurs conséquences sur les recettes industrielles. Si le reportage manque à certains moments de tomber dans une lourdeur alarmiste, déjà trop utilisée par certains médias grand public, il a le mérite de se mettre à la place des industriels. Avec l’aide d’un laboratoire alimentaire spécialisé en recherche et développement, l’équipe technique se lance dans la fabrication d’un cordon-bleu. Les membres du laboratoire expliquent la recette et le rôle des additifs avec les avantages et surtout les inconvénients. Le reportage met en garde sur le danger de certains additifs, et surtout sur le manque de connaissance autour de « l’effet cocktail ». De l’autre côté, le reportage met en avant les efforts en R&D du groupe Mars qui aurait investi 40 millions d’euros pour se passer du dioxyde de titane, notamment dans ses M&M’s. La démarche clean label de la marque Philippe Wagner (Groupe André Bazin) est également mentionnée avec sa saucisse Montbéliard IGP élaborée sans nitrites. Le rôle des applications d’analyse de la composition des aliments comme Yuka est mis en avant et aurait entraîné une amélioration de certaines recettes industrielles telles que les soupes Liebig, dont la marque n'est toutefois pas citée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Cooperl reprend l’ancien abattoir GAD
Cooperl Arc Atlantique (Lamballe, Côtes d’Armor) a annoncé vendredi soir 2 avril la signature d’un accord par lequel il se porte…
Du Simplement bon au Bio le responsable, Fleury Michon déploie une série d'arguments répondant à toutes les attentes. © Fleury Michon
Jambon : Fleury Michon revoit sa segmentation pour détrôner Herta
Le prix, le goût et l’engagement sociétal sont les trois attentes saillantes de consommateurs de jambon, selon la nouvelle équipe…
Bernard Boutboul, président de Gira Conseil, s'attend à une ruée dans les restaurants pour leur réouverture. © Adrien Olichon sur Unsplash
Perspectives optimistes pour la restauration post-Covid
Les derniers mois ont été éprouvants pour la restauration, mais le secteur n’a pas autant reculé qu’on aurait pu le craindre,…
La France possède les plus grandes surfaces de légumes secs bio dans le monde

Avec près de 131 070 hectares de surfaces de légumes secs cultivées en agriculture biologique en 2019, la France se hisse à la…

Le grossiste bio Relais Vert ouvre un nouvel atelier de conditionnement
Relais Vert poursuit sa croissance avec l’ouverture de Bilodev, un nouvel atelier de conditionnement 100% dédié aux produits…
Avril veut vendre les oeufs Matines et ses activités de transformation animale
Portant de nouvelles ambitions, notamment vers les protéines végétales, le groupe Avril annonce vouloir céder les œufs Matines et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio