Aller au contenu principal

Agneau : le marché international est dominé par la Chine

A l'approche de l'aïd el Kebir, un point sur le marché et les prix mondiaux des moutons.

© Photo by Jo-Anne McArthur on Unsplash

Les échanges mondiaux de viande ovine pour l’aïd el Kébir semblent avoir été contenus cette année. Les pays du Moyen Orient se sont montrés peu aux achats dans l’ensemble. Ainsi au premier semestre les envois australiens de viande ovine vers le Qatar s’affichaient a environ 600 téc par mois en moyenne, contre 1600 téc un an plus tôt. En cause, l’arrêt des subventions à l’importation décidé par le gouvernement qatari en décembre 2020. Vers les Emirats arabes Unis aussi, les Australiens du MLA rapportent des échanges maussades, avec une baisse de 22 % des envois, entre manque de fréquentation touristique, économie qui connait quelques difficultés, disponibilités limitées et prix élevés. 

Cette baisse des envois de viande n’est pas compensée par des envois d’animaux vivants puisque les politiques qatariennes ont aussi concerné le vif, le pays est passé de deuxième client de l’Australie aux abonnés absents, avec aucun envoi d’animaux sur le premier semestre. De plus le gouvernement australien a pris des mesures pour le bien-être animal en interdisant les envois d’animaux vivants pendant les mois d'été. Au premier semestre, les exportations australiennes en vif ont donc chuté dans leur ensemble de 35 % en valeur et 38 % en volume par rapport à une année 2020 elle-même en baisse. 

Si les envois vers les pays musulmans ont reculé, ceux vers la Chine ont été toniques, alors que le pays manque toujours de protéines animales suite à la peste porcine africaine. Tout laisse à penser que la Chine restera aux achats à court terme. 

La hausse des disponibilités en Australie ne devrait pas entièrement compenser la baisse néo-zélandaise et l’Idele juge que “les expéditions océaniennes resteront somme toute limitées face à l’ampleur de la demande”. De quoi anticiper des prix mondiaux toujours fermes pour la viande ovine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Le lait fait les frais du « bio à tout prix », selon la FRSEA des Pays de la Loire
Le syndicat agricole des Pays de la Loire déplore le début des baisses de prix du lait bio. Il accuse les entreprises et…
Des abattoirs français, espagnols, autrichiens et néerlandais déréférencés par la Chine
L'Ifip informe que certains abattoirs européens ont perdu leur agrément pour exporter vers la Chine.
Inflation générale et pénuries pour les fabricants d’aliments d’élevage
Le Snia, syndicat des fabricants d’aliments composés, annonce des hausses inévitables de l’alimentation animale et signale le…
Veau de boucherie : les prix ont résisté à l’été

Les cours des veaux de boucherie ne se sont pas effondrés cet été, contrairement aux deux années précédentes. Cette…

Lactalis a réalisé 23 milliards de dollars de chiffre d'affaires pour les produits laitiers en 2020.
Le français Lactalis devient numéro 1 mondial du lait
Le chiffre d’affaires pour les produits laitiers de Lactalis a dépassé pour la première fois en 2021 celui de Nestlé, selon un…
Christophe Fénart, président-directeur général de Nutridry. © Nutridry
[Mis à jour] Nutridry rachète la société Mada Foodservice
Comme nous l'annoncions en juin dernier, Nutridry a acquis Mada Foodservice, la troisième opération depuis la création du groupe…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio