Aller au contenu principal

Abattoirs : quels critères pour avoir droit au fonds de garantie

Le ministère de l’Agriculture annonce une série de diagnostics visant à établir le maillage pertinent d’outils d’abattage d’animaux de boucherie sur le territoire, afin d’établir la liste des candidats éligibles au fond de garantie. L'opération est pilotée de manière décentralisée.

image générée par l'ia
Quels abattoirs soutenirs ? L'Etat pose les bases du diagnostic
© Généré avec l’IA

Ils sont déterminants pour l’amont des filières d’élevage et la vitalité des territoires, mais confrontés à la hausse des charges et la décapitalisation des cheptels bovins et porcins, les 230 abattoirs français sont en difficulté. C’est pour cela que le gouvernement avait annoncé, en juillet dernier, un plan abattoir, qui prolonge le plan de relance, et que le ministre avait dévoilé lors du Sommet de l’élevage le projet d’un fonds de garantie de 50 millions d’euros.

Lire aussi : Les 7 demandes d’Interbev pour sauver la filière bovine française

Un diagnostic territorial du maillage et des besoins en abattoirs

Première phase, qui débute dès maintenant et devrait se conclure fin janvier, un diagnostic au niveau de territoire. Les grilles ont été définies, et plusieurs éléments seront pris en compte, explique-t-on au ministère :

  • L’amont : quel type d’élevage dans le territoire, quelle densité, l’existence d’IGP et d’AOP ;
  • Les outils : comment sont structurés les abattoirs de la zone (multi-espèces ou spécialisé, les volumes, la gouvernance, les déficits) ;
  • L’approvisionnement : quels sont les flux, les zones d’approvisionnement, en tenant compte des spécificités par exemple les territoires transfrontaliers ;
  • Transport des animaux : pour intégrer la dimension des temps de transport

Lire aussi : Transport des animaux : quelles durées maximales proposées par Bruxelles

Certes, des travaux ont déjà été réalisés dans certaines zones, « mais ils serviront de bases à ce nouveau diagnostic afin d’avoir des critères harmonisés » explique-t-on rue de Varenne.

Lire aussi : Porc : de combien les abattoirs européens ont réduit leurs activités ? 

Une instance de gouvernance régionale

Au premier trimestre 2024, devra se mettre en place, dans chaque région, une instance de gouvernance régionale, qui comprendra les services de l’Etat, la DRAF, la région, et les interprofessions bovines et porcines. D’autres acteurs pourront prendre part au projet si la situation locale l’exige. Cette instance de gouvernance lancera, après un point d’étape, les diagnostics individuels des abattoirs.

Lire aussi : Viande : en combien de temps un bovin rejoint l’abattoir ?

Des diagnostics pour les abattoirs ayant besoin de soutien

L’instance régionale devra donner son avis sur l’accès au fonds de garantie, qui mobilisera 50 millions d’euros sous forme d’encours de prêt sous garantie publique, lorsqu’un abattoir veut en bénéficier. Cet avis sera basé sur le diagnostic individuel. « Le pilotage sera fait au niveau régional, des territoires », promet-on au ministère. La grille d’évaluation individuelle est en cours de construction, elle comprendra :

  • La structure de l’abattoir (public, privé)
  • Son âge, sa vétusté
  • Sa gestion (quelle gouvernance, quelle stratégie, quelles compétences du personnel)
  • Son activité (nombre de jours d’abattages, volumes, existence d’un atelier de découpe, description des apporteurs réguliers)
  • La conformité à la réglementation (bien-être animal, normes sanitaires et environnementales)
  • Et bien sûr ses données économiques

Lire aussi : L’abattoir de Montauban en liquidation judiciaire

« Aucun de ces éléments, individuellement, ne donne une image complète du potentiel d’un abattoir, il faut le tout », défend-on au ministère, en précisant que seuls les abattoirs candidats à bénéficier du fonds de garantie feront l’objet d’un tel diagnostic. Les éléments recueillis dans ce cadre seront confrontés au diagnostic territorial pour évaluer l’opportunité d’une aide. Les premiers dossiers pourraient être étudiés dès avril ou mai. 

Les plus lus

« Les agriculteurs ont reçu consigne d'aller dans la grande distribution », Michel-Edouard Leclerc

Le patron du mouvement E.Leclerc s’est expliqué ce 5 février au micro de France Inter.

Lait : pourquoi la France a perdu en compétitivité

La filière laitière française descend à la troisième place en termes de compétitivité parmi les grands producteurs de lait…

viande bovine
Près d’un quart de la viande bovine consommée en France est importée, d’où vient-elle ?

Les importations françaises de viande bovine se sont un peu tassées en 2023, reflet du manque de dynamisme de la consommation…

un femme d'âge moyen pousse son caddie au supermarché, elle hésite
Les tendances de consommation alimentaires de 2024 en 5 points

Après une année 2023 plombée par l’inflation, que réserve la consommation alimentaire des Français en 2024 ? Nielsen a…

camion citerne de collecte dulait
Collecte laitière : les 5 chiffres à retenir de 2023

La collecte de lait de vache a reculé en France en 2023, tout comme les fabrications de produits laitiers.

Les Labels rouge de bœuf limousin dans une mauvaise passe

La perte de volumes en labels Bœuf limousin junior et encore davantage en veau sous la mère inquiète l’association Limousin…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio