Aller au contenu principal

Volailles : flou avant le Brexit

Le Royaume-Uni est l’un des plus gros importateurs de volailles en Europe, selon Anvol, il capte 33 à 50 % du contingent de 881 000 t importé par l’UE. Les conséquences d’un Brexit sans accord pourraient être dures pour les filières continentales. Si ce contingent n’est pas réévalué, ces marchandises devront être réparties au sein des 27 pays. Les envois européens vers le Royaume-Uni seraient aussi soumis à des droits de douane de 1,02 €/kg. Mais les conséquences économiques du Brexit limiteraient le pouvoir d’achat de nos voisins. Quant au poulet britannique, il afficherait une forte hausse de prix, car l’équilibre carcasse dépend de l’exportation vers l’UE des cuisses et des ailes, le consommateur y appréciant avant tout le filet, selon le British Poultry Council. La main-d’œuvre immigrée qui représente 60 % des travailleurs de la volaille serait aussi moins disponible. Tout laisse à penser que les Britanniques se tourneraient davantage vers des marchandises à faibles prix importées (Brésil, Thaïlande, Ukraine), qui ne seraient alors peut-être pas dirigées vers l’UE.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

PAC : La Fnab quitte le CSO
La Fnab a quitté le 21 mai au matin le Conseil supérieur d'orientation présidé par le ministre de l'Agriculture, qui doit…
Cooperl quitte la Fict et Culture Viande sur fonds de désaccord sur les CVO
Après avoir quitté l'Inaporc, la Cooperl décide de quitter la Fédération des industriels charcutiers-traiteur et Culture Viande,…
[Mis à jour] Nitrites : Yuka fait appel de la décision du Tribunal de commerce de Paris
Le Tribunal de commerce de Paris s'est prononcé en faveur de la Fict dans l'affaire qui l'opposait à Yuka, sur les nitrites et…
Pourquoi certains Français veulent consommer moins de viande
Pour sa santé, pour faire des économies, pour la planète, pour des raisons éthiques, les motivations pour diminuer la…
L’Ania demande une hausse des prix alimentaires
L’Ania alerte sur la hausse des prix des matières premières et demande sa répercussion sur les prix agroalimentaires finaux qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio