Aller au contenu principal

Consommation
Sur quels leviers de croissance s'appuyer en 2021 ?

La pandémie aura apporté des changements importants de consommation qui risquent de durer. Kantar dresse un tableau des leviers qui permettront de chercher la croissance dans l’avenir.

Le juste prix et la numérisation seront une priorité pour les acteurs agroalimentaires. © Gerd Altmann de Pixabay
Le juste prix et la numérisation seront une priorité pour les acteurs agroalimentaires.
© Gerd Altmann de Pixabay

« Capitaliser sur les tendances de consommation à domicile, donner la priorité au bien-manger, assurer la responsabilité sociale et environnementale, proposer un juste prix, accélérer la transformation digitale et se préparer à l’après-crise » sont autant de leviers identifiés par Lydia Rabine, strategic insight manager à Kantar pour faire face à la pandémie, lors du webinaire « Résilience, 6 leviers de croissance pour 2021 », tenu le 10 février.

En 2020, les Français ont acheté des produits essentiels et pratiques. Les ventes de surgelés et d’épiceries salées ont bondi, respectivement, de 11,3 % et de 9,5 %, portées par la croissance du fait maison. Pour compenser la fermeture des bars et des restaurants, les Français se sont rabattus sur les apéros festifs comme les charcuteries en libre-service (+8,7 %) ou encore les plateaux de fromages (+23 %). Autre phénomène nouveau, le retour des produits petits-déjeuners et d'aliments-confort.

La crise a encouragé le « manger sainement »

Si le marché du bio recrute davantage d’acheteurs, il a affiché son plus faible score en juin. « Le bio n’a pas le monopole du bien-manger », poursuit Lydia Rabine. Bien qu’il soit une valeur sûre, il faudra aller au-delà de ce label en ayant une vue d’ensemble du bien-manger. Par ailleurs, il faudra développer des offres en lien avec le régime des Français qui tend vers une consommation plus végétale sur le long terme et des produits moins transformés mais gourmands. En 2020, l’esprit patriotique s’est fortement traduit dans les achats, d’où l’importance de favoriser les circuits courts. Manger mieux passe aussi par la bonne compréhension des étiquettes, ce qui fait appel à un travail de pédagogie et de convergence des informations. Les applications « alimentaires », à l’instar de Yuka, pourraient faciliter cette lecture.

La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) reste une attente forte des consommateurs, mais dans un contexte de crise économique, elle devrait être plus portée sur le social que sur l’environnement.

Le juste prix et la numérisation, une priorité pour l’après

Pour 32 % des Français, les fins de mois sont difficilement bouclés. Les enseignes qui ont des prix avantageux (ex-hard-discounters) devraient gagner du terrain. Avec 76,6 % des foyers qui achètent des produits en promotion aussi souvent que possible, l’activité promotionnelle se renforcerait. Le succès de Too Good To Go illustre également l’importance de développer des solutions d’antigaspillage et économiques.

Le confinement a accéléré la numérisation du parcours d’achat. De nouvelles solutions sont apparues comme le click and collect. Les habitudes de livraison à domicile se sont installées à l’échelle des grandes surfaces, mais également sur le hors domicile et, dans une moindre mesure, sur les réseaux sociaux.

Se préparer à l’après-crise nécessite d’évaluer l’évolution des habitudes des millennials qui représentent 75 % des actifs en 2030. Cette génération ultra-connectée, mais aussi plus que jamais pénalisée financièrement par la crise, exigera des solutions d’achats malins et l’accélération de la numérisation.

Leviers de croissance
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Cooperl reprend l’ancien abattoir GAD
Cooperl Arc Atlantique (Lamballe, Côtes d’Armor) a annoncé vendredi soir 2 avril la signature d’un accord par lequel il se porte…
Du Simplement bon au Bio le responsable, Fleury Michon déploie une série d'arguments répondant à toutes les attentes. © Fleury Michon
Jambon : Fleury Michon revoit sa segmentation pour détrôner Herta
Le prix, le goût et l’engagement sociétal sont les trois attentes saillantes de consommateurs de jambon, selon la nouvelle équipe…
Bernard Boutboul, président de Gira Conseil, s'attend à une ruée dans les restaurants pour leur réouverture. © Adrien Olichon sur Unsplash
Perspectives optimistes pour la restauration post-Covid
Les derniers mois ont été éprouvants pour la restauration, mais le secteur n’a pas autant reculé qu’on aurait pu le craindre,…
 © DGF
Pomona en passe de croquer DGF

Le groupe Pomona a annoncé hier être entré en négociation exclusive avec le fonds d’investissements 21 Invest France en…

Avril veut vendre les oeufs Matines et ses activités de transformation animale
Portant de nouvelles ambitions, notamment vers les protéines végétales, le groupe Avril annonce vouloir céder les œufs Matines et…
Le grossiste bio Relais Vert ouvre un nouvel atelier de conditionnement
Relais Vert poursuit sa croissance avec l’ouverture de Bilodev, un nouvel atelier de conditionnement 100% dédié aux produits…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio