Aller au contenu principal

Aquaculture bio : qui produit quoi en Europe ?

L’aquaculture bio a beaucoup progressé dans l’Union européenne ces dernières années. Tour d’horizon des espèces produites, des pays producteurs et des freins au développement du secteur.

Moules de bouchot
La moule bio représente la plus grande partie des volumes de l'aquaculture bio en Union européenne
© ZorroP

La production aquacole bio de l’Union européenne représentait 74 032 tonnes en 2020 selon les données d’Eumofa. C’est seulement 6,4 % du total de l’aquaculture européenne, mais néanmoins 59 % de plus qu’en 2015.

Quelles sont les principales espèces aquacoles bio en Europe ?

  1. La moule : avec près de 42 000 tonnes, soit plus de la moitié de la production totale de l’aquaculture bio européenne. Cette production est très dynamique.
  2. Le saumon : avec près de 13 000 t. La production communautaire recule, à cause du petit déclin irlandais.
  3. La truite : à 5 000 tonnes, la truite est troisième sur le podium. La production est stable.

Carpe, huîtres, bars et dorade sont aussi produits de manière biologique par l’aquaculture européenne mais représentent des plus petits volumes.

Quels sont les premiers producteurs de poissons et coquillages bio en Europe ?

  • L’Irlande est de loin le premier producteur pour l’aquaculture bio en Europe, avec plus de 18 500 t, de moules et de saumon.
  • Suit l’Italie, 9 600 tonnes, dont la plupart des moules mais aussi de la carpe, de la truite, du bar, de la daurade, des huites et des crevettes, par ordre d’importance
  • La France clôt le podium avec près de 9 000 t, l’huître domine, juste devant les moules et la truite, et ces trois espèces affichent une nette hausse de la production ces dernières années.

 

Quelles barrières à la production aquacole bio ?

Pour l’ostréiculture et la conchyliculture, il y a peu de différences entres les conduites bios et conventionnelles, si ce n’est les lourdeurs administratives. Néanmoins peu de producteurs souhaitent se convertir, d’une part car il n’y a pas un gain suffisant, de l’autre car le consommateur est peu demandeur. De plus, les exigences européennes sur la qualité de l’eau pour le label AB se sont accentuées au 1er janvier 2022, rajoutant un peu d’incertitude peu propice aux conversions.

Pour les poissons, les freins sont plus techniques, notamment le manque de juvéniles certifiés et les difficultés à s’approvisionner en aliment bio. Les termes du règlements AB sont parfois aussi en contradictions avec les installations locales.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Les prix records des gros bovins ne compensent pas la flambée des coûts de production
Les prix records des gros bovins ne compensent pas la flambée des coûts de production
Le prix de revient des gros bovins a fortement progressé au premier semestre, dopé notamment par la hausse de l’énergie.
Cette infographie est initialement parue dans notre magazine mensuel de septembre
[Infographie] Pourquoi tant de pénuries alimentaires en 2022 ?
Certains rayons sont vides et les consommateurs craignent les pénuries de plusieurs produits alimentaires. Pour les magasins, les…
Energie : les industriels laitiers craignent pour la continuité de leurs activités
La Fédération nationale de l'industrie laitière (Fnil) appelle le gouvernement à mettre en place rapidement un bouclier tarifaire…
Protéines végétales : qui est Renaud Saisset, le nouveau PDG d’Accro
  Renaud Saisset remplace Thierry Maroye à la tête de NxtFood et de sa marque de produits alternatifs végétaux Accro.
grippe aviaire Vendée mise à l'abri des volailles
Grippe aviaire : la Vendée met à l'abri ses volailles après la découverte d'oiseaux sauvages infectés
Après la découverte de deux cadavres d’oiseaux sauvages positifs à la grippe aviaire, le préfet de Vendée place le département en…
Inflation : le groupement Les Mousquetaires répond à l'appel des producteurs de lait
La Laiterie Saint-Père, filiale d'Agromousquetaires, a confirmé un prix du lait payé à l'OP Saint-Père de 463 euros les 1000…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio