Aller au contenu principal

Produits laitiers : les États-Unis, une destination d’exportation à soigner

Les États-Unis restent une destination à privilégier pour les fromages et les beurres français. Immense, le marché y reste accessible, passé les formalités administratives.

Les fromages français tiennent une belle place dans les rayons aux États-Unis.
Les fromages français tiennent une belle place dans les rayons aux États-Unis.
© Y. B.

Huitième client de la France en valeur, les États-Unis sont notamment une destination à fort potentiel pour les fromages et le beurre français. Ce qui explique pourquoi le Cniel a installé à New York, dès 2014, le French Cheese Board, dirigé par Charles Duque.

1 Une destination qui valorise bien les AOP

Les États-Unis représentent une des premières destinations des fromages français de spécialités à forte valeur ajoutée. Dans les années 1970 et 1980, ce sont les pâtes molles, types camembert et brie, qui ont lancé les exportations. Toutes les familles des fromages sont désormais bien représentées. Beaucoup de nos AOP, mais aussi des produits artisanaux et innovants sont présents sur le marché américain malgré les règles strictes, notamment le Grade A et la règle de 60 jours des autorités américaines. L’article annonçant le retour du gras, paru dans Time Magazine en 2014, a rendu le beurre français très attractif. Il a convaincu les chefs, les chefs pâtissiers, les boulangers, mais aussi tout l’univers des « foodies » (« fins gourmets ») américains des atouts de la matière grasse du lait de vache.

2 De nouveaux usages qui soutiennent la consommation

Les États-Unis produisent et consomment des produits laitiers. Les fromages à forte valeur ajoutée sont toutefois très demandés par les consommateurs américains pour leurs goûts et leurs textures, la flexibilité dans leurs utilisations et leurs diversités. Le développement de la consommation est porté par de nouveaux usages : plateaux fromages, apéritifs dînatoires, « grazing tables » qui transforment les buffets en véritable œuvre d’art, harmonie entre les bières, vins et spiritueux et les fromages… Les fromages et le beurre ont également bien profité de la vague de consommation durant le confinement.

3 Le « made in France » doit trouver le chemin de toutes les tables

Au niveau mondial, la France est la référence en gastronomie et en fromage, comme elle se positionne aussi dans la mode et le luxe. La perception du consommateur est donc parfois biaisée, certains Américains pensant que les produits laitiers français sont chers et difficiles à utiliser. Une partie du travail du Cniel sur place est de faciliter l’intégration des produits français dans les modes de consommation locales pour rendre nos fromages et nos beurres accessibles à tous.

4 Un point d’attache pour faire rayonner les produits laitiers français

En 2014, le Cniel a en effet ouvert son premier « flagship » (« vaisseau amiral ou porte-drapeau ») aux États-Unis, le French Cheese Board, en raison de l’importance de ce marché. La ville de New York a été choisie pour toucher directement les médias et comme plateforme d’influence pour relayer les messages sur les réseaux sociaux. Les entreprises françaises y trouvent des outils pour promouvoir leurs produits et peuvent s’approprier un espace en plein cœur de Manhattan. Il dispose de différentes ambiances, une partie retail, une galerie d’exposition, une cuisine de démonstration et une grande salle multi-usages. Après New York, le Cniel a lancé La Crèmerie en 2018 à Shanghai pour soutenir nos entreprises et leurs produits en Asie.

5 Une destination assez facile

Marché laitier mature, les États-Unis ne sont pas une destination difficile à l’export une fois que les procédures sont mises en place : importateurs, courtier, système électronique de « prior notice » (« préavis », déclaration) pour faciliter le dédouanement, niveau de distribution régional ou national. Les salons, Business France, Sopexa et les banques soutiennent les exportateurs.

Achat de produits laitiers : +2 % en volume

Selon le dernier rapport de l’USDA, la consommation individuelle de produits laitiers aux États-Unis remonte à des niveaux qu’elle n’avait plus connus depuis les années 1960. Avec une hausse de plus de 2 % en 2021 par rapport à 2020, les achats des Américains progressent pour la 7e année consécutive. La consommation de lait liquide, en revanche, continue de décroître, ce sont bien les fromages et le beurre qui tirent les volumes à la hausse.

Les plus lus

« Les agriculteurs ont reçu consigne d'aller dans la grande distribution », Michel-Edouard Leclerc

Le patron du mouvement E.Leclerc s’est expliqué ce 5 février au micro de France Inter.

Lait : pourquoi la France a perdu en compétitivité

La filière laitière française descend à la troisième place en termes de compétitivité parmi les grands producteurs de lait…

Production de viande bovine en 2024, le vrai du faux

L’Institut de l’élevage a publié ses prévisions 2024 pour la production de viande bovine, qui devrait encore baisser, mais…

viande bovine
Près d’un quart de la viande bovine consommée en France est importée, d’où vient-elle ?

Les importations françaises de viande bovine se sont un peu tassées en 2023, reflet du manque de dynamisme de la consommation…

un femme d'âge moyen pousse son caddie au supermarché, elle hésite
Les tendances de consommation alimentaires de 2024 en 5 points

Après une année 2023 plombée par l’inflation, que réserve la consommation alimentaire des Français en 2024 ? Nielsen a…

Les Labels rouge de bœuf limousin dans une mauvaise passe

La perte de volumes en labels Bœuf limousin junior et encore davantage en veau sous la mère inquiète l’association Limousin…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio