Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Analyse Kantar
Pourquoi le Covid-19 a accéléré les ventes du bio en grandes surfaces

La croissance du e-commerce, des catégories où le bio est déjà bien présent ou encore les ruptures sur certains rayons profitent au bio dans les grandes surfaces alimentaires depuis le début de la crise du Covid-19 selon Kantar.

Produits bios
Selon Kantar, certains consommateurs se sont tournés vers le bio, faute d'autres références disponibles dans certains rayons.
© C. Chmielewski

Alors que la croissance des produits de grande consommation alimentaires bios en grandes surfaces alimentaire se tassait fin 2019 - début 2020, le marché retrouve une dynamique exceptionnelle depuis fin mars, selon une récente étude Kantar incluant des données au 12 avril. Ainsi après un +12% au quatrième trimestre 2019 et un +13% sur les deux premières périodes de 2020, les ventes de produits bios ont crû de 35% du 24 février au 15 mars puis de 29% entre le 16 mars et le 12 avril. « Tout comme celles du conventionnel, les ventes de bio sont portées par les réactions de panique et les réflexes de stockage des Français dans un premier temps puis par la fermeture de la restauration et la multiplication des repas à la maison », commente le panéliste Kantar. Une croissance tirée par les ventes existantes et moins par les nouvelles références comme avant la crise du Covid-19.

Baisse de la fréquentation des magasins bios

Kantar module toutefois son analyse, en expliquant que l’accélération de la consommation est plus marquée pour les produits conventionnels (+16% de chiffre d’affaires entre le 24 février et le 12 avril, contre +2% sur les deux premières périodes de 2020) que pour les produits bios (+32% contre +13%). « Plus qu’une préoccupation pour la santé et l’environnement, l’accélération actuelle du bio est liée à un cumul de facteurs jouant en faveur de ces produits, juge Kantar qui cite parmi les facteurs : des ruptures fortes sur certaines catégories, le plébiscite du E-Commerce (qui proposaient avant la crise plus de bio que les magasins), la consommation forte des catégories épicerie et crèmerie ou encore la baisse de la fréquentation des magasins bios (15% des consommateurs ont arrêté de fréquenter les magasins bios, selon Kantar).

« Ce qu’il restait en rayon »

Ainsi, les ventes de bio progressent bien plus sur les catégories connaissant le plus de ruptures qu’en moyenne des PGC alimentaires avec par exemple des hausses de ventes de 131% sur les pâtes alimentaires (entre le 16 et le 22 mars), de 108% sur le riz, 66% sur le pain de mie ou encore 56% sur les œufs.

Ventes de bio pendant la crise du Covid-19

Ce qui fait dire à Kantar que « face aux ruptures importantes sur certaines catégories, les shoppers ont acheté ce qu’il restait en rayon, souvent les produits bios ». Les trois rayons dont le poids progresse le plus lors de la crise du Covid sont également ceux dans lesquels le poids du bio était le plus important avant l’arrivée du coronavirus : à savoir la crèmerie, l’épicerie sucrée et l’épicerie salée. Des catégories que les consommateurs plébiscitent pendant la crise.

Comme pour les produits conventionnels, les MDD bios profitent également de cette période de crise.

Répartition du CA des produits bios pendant la crise du Covid-19

Attention au prix

Si les produits bios ont bénéficié avant et pendant le confinement de plusieurs facteurs liés à la crise, « l’ampleur de la pandémie devrait exalter la conscience déjà existante auparavant de la préoccupation santé et de la nécessité d’être vigilant à [son] alimentation », avance Kantar qui enjoint les opérateurs à réfléchir au moyen de fidéliser les nouveaux acheteurs de bio recrutés sur la période. Kantar alerte aussi sur l’attention à porter « aux prix des références proposées », alors que les inquiétudes sur le pouvoir d’achat montent.


Lire aussi : /lesmarches/le-covid-19-profite-t-il-aux-produits-biologiques

Lire aussi : /lesmarches/les-produits-bios-profitent-du-confinement

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Réouverture des marchés dès le 11 mai : un guide pour les élus

La Fédération nationale des marchés de France, la Fédération Saveurs Commerce, la Fédération des fromagers de France et…

Lancement d’une application sur le degré de transformation des aliments

La start-up Siga, qui a levé 1 M€ d’euros de fonds en mars 2019, annonce le lancement de son application qui note les…

Guide à la reprise des IAA
Un guide pour préparer son entreprise agroalimentaire au déconfinement
L’Ania, La coopération agricole, les organisations employeurs de la filière volaille et cinq organisations syndicales de salariés…
Catherine Chapalain, directrice générale de l'Ania. © DR
« Des entreprises sont en très grande difficulté », selon l’Ania
Si nombre d’usines agroalimentaires sont passées aux 3x8 et au travail le week-end pour nourrir les Français confinés durant la…
Les transporteurs veulent intégrer un pied de facture Covid

Cinq organisations professionnelles de transporteurs (FNTR, OTRE, TLF et Unostra) ont réclamé hier au gouvernement dans…

Déconfinement : il faut s’attendre à une consommation à deux vitesses, selon Nielsen

Il faut s’attendre à une consommation à deux vitesses fin 2020 et début 2021, estime Nielsen. Une grande partie des…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio