Aller au contenu principal

Porc Armor Évolution se met à la HVE

Le 1er avril, la société de restauration collective Convivio a signé un contrat d’approvisionnement en porcs HVE auprès de la coopérative Porc Armor Évolution et de l’industriel porcin Jean Floc’h.

(de gauche à droite) André Bloc'h, directeur de Porc Armor Évolution, Patrick Gaultier, directeur des achats de Convivio et Michel Boulaire, Pdg de Jean Floc’h signent un contrat d'approvisionnement en porcs HVE.
© Franck Jourdain

La société de restauration collective Convivio basée en Ille-et-Vilaine a signé, vendredi 1er avril, un contrat d’approvisionnement en porcs HVE auprès de la coopérative Porc Armor Évolution et de l’industriel porcin Jean Floc’h. Il porte sur la livraison annuelle « de 10 à 11 000 porcs certifiés par an pour respecter la loi Egalim qui impose de proposer une offre alimentaire de 50 % de produits de qualité et durables dans les établissements chargés d’une mission de service public (écoles, santé NDLR) », explique Patrick Gaultier, directeur des achats de Convivio qui livre chaque jour 370 000 repas dans 500 établissements de l’Hexagone.

Ces porcs proviennent de deux exploitations adhérentes de Porc Armor Évolution -620 exploitations située dans quinze départements pour une production de 2,149 millions de porcs commercialisés l’an passé. Les éleveurs ont décroché la certification environnementale de niveau 2 (exigence de moyens) pour leur engagement à protéger l’eau et l’air (maitrise de la fertilisation et réduction des traitements phytosanitaires), préserver la biodiversité.

Les moyens utilisés ? La couverture des fosses à lisier, l’enfouissement des lisiers lors de l’épandage, l’usage de pulvérisateurs à guidage GPS pour réduire les traitements, la plantation de haies pour développer la biodiversité, etc. Autant de pratiques qui ne concernent que le travail sur les cultures et pas la conduite en élevage. La certification HVE du Gouvernement est en effet construite sur les impacts environnementaux de l’exploitation, pas sur les pratiques en élevage.

De fait, les 19 200 exploitations certifiées à ce jour en France (source ministère de l’Agriculture) sont spécialisées avant tout en viticulture, fruits et légumes, grandes cultures… L’élevage commence à s’y mettre, mais d’abord par le bovin (lait et viande), encore très peu en porc et volaille. Cependant, le HVE s’impose comme un segment supplémentaire dans la stratégie des filières d’élevage à monter en gamme. En Bretagne qui concentre près de 58 % de la production porcine française, « toutes les organisations de producteurs sont HVE », dit-on à l’Union des groupements (UGPVB).

« Si le marché le demande, nous pourrons fournir »,
André Bloc’h de Porc Armor Evolution

Cooperl a certifié ses premiers producteurs en HVE de niveau 3 en février dernier.  Chez Porc Armor Évolution, les deux éleveurs engagés dans la démarche de Convivio visent le niveau 3 de la certification (obligation de résultats), la haute valeur environnementale, pour le début 2023. « Cette démarche montre que l’on peut produire de la quantité tout en faisant de la qualité et en protégeant l’environnement », explique Michel Boulaire, Pdg de l’industriel Jean Floc’h (800 millions d’euros de CA, 2 000 salariés).

Pour alimenter cette filière nouvelle, le groupement Porc Armor Évolution ne se fixe pas de limites. « Si le marché le demande, nous pourrons fournir. C’est le consommateur qui en exprimera le besoin », souligne son directeur, André Bloc’h.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Les prix des gros bovins dépassent un nouveau seuil symbolique
Le prix moyen pondéré des gros bovins entrée abattoir a dépassé la barre historique des 5 €/kg en semaine 18. Du jamais vu. Les…
Pénurie alimentaire : quel est le manque à gagner des ruptures en magasin ?
Les ruptures en magasin se multiplient pour diverses raisons et le manque à gagner a atteint 851 millions d'euros sur les trois…
Pénurie alimentaire : lait et produits laitiers seront-ils les prochains concernés ?
Collecte de lait de vache en repli, sécheresse en vue, les industriels s’inquiètent pour leurs approvisionnements cet été. Le…
Les prix de la bavette et du rumsteck UE à des records à Rungis
Les approvisionnements sont compliqués en viande bovine pour les grossistes, faute d’offre, et l’importation n’apporte pas…
Lait bio : Collecte en hausse et consommation en baisse, la crise se précise
Dans un contexte inflationniste, les ménages s’éloignent du bio et la consommation chute. Dans le même temps, la collecte de lait…
Qui sont les premiers producteurs de poulet et de dinde en Europe ?
La Pologne domine la production européenne de poulet et l’Allemagne celle de dinde, malgré les replis enregistrés en 2021.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio