Aller au contenu principal

Pénuries alimentaires : quel manque à gagner sur les six premiers mois 2022 ?

Selon une étude Nielsen, le montant perdu en raison des pénuries et ruptures s'élèverait à 1,9 milliard d'euros sur le 1er semestre 2022.

Ruptures et pénuries se multiplient dans les grandes surfaces
1,9 milliard d'euros de manque à gagner sur le 1er semestre 2022
© Virginie Pinson

Pénuries et inflations de matières premières, perturbations de la chaîne d’approvisionnement, hausse des coûts des transports, des emballages… les raisons sont multiples pour expliquer les ruptures en magasin incessantes depuis le début de l’année.

Selon le baromètre OSA France de NielsenIQ, sur les six premiers mois de l’année, le montant perdu en raison des pénuries et ruptures s’élèverait à 1,9 milliard d’euros, pour une durée moyenne des ruptures de 4,1 jours et un taux de disponibilité valeur de 95,2%.

Les rayons les plus impactés restent l’épicerie et le frais, avec six euros sur 10 perdus sur le cumul à date P6 2022. Sur certains produits emblématiques, la situation semble néanmoins s’améliorer comme pour la moutarde depuis la mi-juin. C’est également le cas des farines depuis la mi-mai.

 

Et cette situation est assez exceptionnelle par rapport à d’autres pays comme le Canada ou le Royaume-Uni.

 

"Concernant les produits à base de blé, nous avons observé une très légère baisse de la disponibilité des pâtes et farines au Royaume-Uni à partir du mois de février, mais la disponibilité y est restée tout de même très robuste contrairement à la France, touchée par de fortes chutes. Alors que la disponibilité était sensiblement équivalente dans les deux pays en début d'année, fin avril, la disponibilité des pâtes en France était ainsi inférieure de 5,9 points à celle observée en Grande-Bretagne, et de 14,4 points sur les farines" commente Renaud Chanat, consultant international senior chez NielsenIQ. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Les abattages de vaches reculent depuis 2016.
(Mis à jour) Les cotations Gros Bovins Entrée Abattoir évoluent
Un arrêté visant à faire évoluer les cotations des Gros Bovins Entrée Abattoir vient d’être publié au JORF.
Inflation-Egalim 2 : les 4 enseignements principaux du rapport du Sénat
Dans un rapport publié le 19 juillet, la commission des Affaires économiques du Sénat n’a pas constaté de « phénomène massif de…
[Guerre Ukraine Russie] Quels pays limitent leurs exportations agricoles ?
Plusieurs pays ont mis en place des embargos temporaires sur l’exportation de certains produits agricole dans un contexte de…
La FNSEA appelle la distribution à augmenter le prix du lait
Sur Franceinfo, Christiane Lambert a appelé la distribution à augmenter les prix du lait. Elle a aussi rappelé que la sécheresse…
Preview image for the video "Bienvenue chez Le Gaulois".
Pourquoi L214 s’attaque de nouveau à la marque Le Gaulois de LDC
L’association antispéciste s’attaque de nouveau à l’entreprise bretonne pour l’inciter à signer le European Chicken Commitment.
SVA Jean Rozé arrête l’abattage rituel
Depuis le 1er juillet, la filiale d’Agromousquetaires SVA Jean Rozé a arrêté les abattages rituels, qui concernaient…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio