Aller au contenu principal

Les Marchés : le média des acheteurs et vendeurs de produits alimentaires

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

Aviculture
Œufs : début d’année très tonique à l’industrie

Le marché des œufs destinés à l’industrie est rapidement sorti de sa torpeur de fin d’année, avec des prix en forte hausse en janvier. En cause notamment, une réorientation des flux liée à la grippe aviaire en Pologne.

Evolution de la TNO de l'oeuf industrie

À 0,88 €/kg en moyenne sur la semaine 6, la Tendance nationale officieuse (TNO) de l’œuf industrie établie par Les Marchés se situait 11 centimes d'euros au-dessus de son niveau de la même période de 2019. Elle a en effet réussi à gagner 17,5 centimes depuis le début de l’année. Les stocks accumulés pendant la trêve des confiseurs ont été vite résorbés, dans un contexte de demande tonique. En effet, avec la grippe aviaire qui s’est déclarée en Pologne, les industriels du nord de l’Europe ont changé leur stratégie. D’une part, ils privilégient les approvisionnements en provenance de zones indemnes, comme la France. De l’autre, ils ont fortement anticipé leurs achats pour être prêts si la grippe aviaire venait à avoir des conséquences sur l’offre européenne. Ainsi, les Allemands ont déjà bien commencé les achats d’œufs pour la coloration pour Pâques.

Le solde des échanges français d’ovoproduits s’est dégradé en 2019

Aux dires des opérateurs du secteur, le marché français des ovoproduits est assez régulier. La France a pourtant perdu un peu de terrain à l’export l’an dernier. En cumul sur les onze premiers mois de 2019, les exportations d’ovoproduits n’ont atteint que 68,3 milliers de tonnes équivalent coquille (tecoq), contre 70,3 milliers sur la même période de 2018. Dans le même temps, les importations d’ovoproduits sont passées de 64,7 milliers de tecoq en 2018 à 71,8 milliers de tecoq, selon FranceAgriMer.

À l’inverse, l’Union européenne a vu ses échanges s’améliorer. Les exportations d’œufs et d’ovoproduits ont ainsi bondi de 10,8 % sur onze mois, notamment vers le Japon (70 861 tecoq, +27 %), selon Bruxelles. Dans le même temps, les importations ont reculé de 21 %, notamment en provenance d’Ukraine (-14 %).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Entrée en vigueur du contingent tarifaire supplémentaire de volaille d’Ukraine

En dépit du blocage des importations de viande de volaille d’Ukraine dans l’UE pour cause d’influenza aviaire, la…

Poules de réforme : les grèves perturbent le commerce

Les quelques débouchés possibles à l’export se voyaient enrayés par les mouvements sociaux la semaine dernière. Les opérateurs…

 © https://pixnio.com
Œufs calibrés : petit réveil du marché

Le marché de l’œuf calibré s’est réveillé vendredi avec le début du mois de février. Les grossistes étaient aux achats…

Œufs : le commerce manque encore de souffle

Pas de nouvel élan en fin de semaine dernière sur le commerce des œufs calibrés. La consommation semblait manquer de tonus et…

Poules de réforme : peu d’évolution

Ambiance plutôt mitigée sur le marché de la poule de batterie cette semaine. Si certains jugent un réveil de la demande…

Volailles : vers une hausse de la production en 2030 ?

Bruxelles prévoit une hausse de la production et des exportations de viande de volailles UE d’ici 2030. La demande domestique…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58.3€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Profitez de l’ensemble des cotations
Consultez les revues Les Marchés Hebdo et Le Quotidien Les Marchés au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Les Marchés