Aller au contenu principal
Font Size

Aviculture
Œufs : début d’année très tonique à l’industrie

Le marché des œufs destinés à l’industrie est rapidement sorti de sa torpeur de fin d’année, avec des prix en forte hausse en janvier. En cause notamment, une réorientation des flux liée à la grippe aviaire en Pologne.

Evolution de la TNO de l'oeuf industrie

À 0,88 €/kg en moyenne sur la semaine 6, la Tendance nationale officieuse (TNO) de l’œuf industrie établie par Les Marchés se situait 11 centimes d'euros au-dessus de son niveau de la même période de 2019. Elle a en effet réussi à gagner 17,5 centimes depuis le début de l’année. Les stocks accumulés pendant la trêve des confiseurs ont été vite résorbés, dans un contexte de demande tonique. En effet, avec la grippe aviaire qui s’est déclarée en Pologne, les industriels du nord de l’Europe ont changé leur stratégie. D’une part, ils privilégient les approvisionnements en provenance de zones indemnes, comme la France. De l’autre, ils ont fortement anticipé leurs achats pour être prêts si la grippe aviaire venait à avoir des conséquences sur l’offre européenne. Ainsi, les Allemands ont déjà bien commencé les achats d’œufs pour la coloration pour Pâques.

Le solde des échanges français d’ovoproduits s’est dégradé en 2019

Aux dires des opérateurs du secteur, le marché français des ovoproduits est assez régulier. La France a pourtant perdu un peu de terrain à l’export l’an dernier. En cumul sur les onze premiers mois de 2019, les exportations d’ovoproduits n’ont atteint que 68,3 milliers de tonnes équivalent coquille (tecoq), contre 70,3 milliers sur la même période de 2018. Dans le même temps, les importations d’ovoproduits sont passées de 64,7 milliers de tecoq en 2018 à 71,8 milliers de tecoq, selon FranceAgriMer.

À l’inverse, l’Union européenne a vu ses échanges s’améliorer. Les exportations d’œufs et d’ovoproduits ont ainsi bondi de 10,8 % sur onze mois, notamment vers le Japon (70 861 tecoq, +27 %), selon Bruxelles. Dans le même temps, les importations ont reculé de 21 %, notamment en provenance d’Ukraine (-14 %).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

[Coronavirus] volaille : l’industrie polonaise au bord de la crise
La Pologne ébranlée par le coronavirus et la grippe aviaire voit ses exportations de viande de volaille chuter au premier…
Label Rouge : des retours positifs à l’export

La campagne de communication du Synalaf avec les fédérations Fil Rouge et Sylaporc (viandes Label Rouge), en France et à…

[Covid-19] Poulet : repli de 15 % du cours espagnol

Le secteur espagnol de la viande de volaille pâtit de l’arrêt d’activité dans le secteur de l’hôtellerie et du tourisme…

 © Pascal le douarin
Volailles : repli des indices de coût de l’aliment en mai

En mai, les indices de coût de l’aliment calculés par l’institut technique de l’aviculture (l’Itavi) sont en repli pour…

 © CNPO
Œufs : statut quo en calibré, tassement à l’industrie

Calibrés : L’intensité des commandes sur le marché des œufs calibrés était plutôt disparate selon les…

Œufs industrie : l’ambiance reste lourde

Industrie : Dans la continuité des semaines précédentes, le marché des œufs tout-venant destinés à l’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio