Aller au contenu principal

« Nous ne sommes qu’au début de la dynamique des entreprises à mission »

Pour Blanche Segrestin, professeure en gestion à l’école des Mines de Paris et titulaire de la chaire de recherche sur la théorie de l’entreprise, les sociétés à mission n’en sont qu’à leurs débuts. On en compte près de 1 500 en France.

Blanche Segrestin, école des Mines de Paris.
Blanche Segrestin, théoricienne de l'entreprise à l'école des Mines.
© K.BERTIN

Blanche Segrestin travaille depuis plus de 10 ans sur le concept de sociétés à mission. Elle a coécrit de nombreux ouvrages, dont la sortie en 2020 de Entreprises, Responsabilités et Civilisations. Vers un nouveau cycle du développement durable, avec Kevin Levillain, Armand Hatchuel et Stéphane Vernac. Un livre édité par Les Presses des mines.

Il existe presque 1 500 entreprises à mission dans l’Hexagone aujourd’hui. Comment expliquer un tel succès ?

Blanche Segrestin - Le statut de société à mission a été officialisé en France par loi Pacte de mai 2019. Il y avait un vide juridique dans le droit des sociétés et ce dernier n’était peut-être plus en phase avec les attentes de certaines entreprises. Choisir d’être une société à mission diffère des actions de la responsabilité sociétale des entreprises qui ne sont pas engageantes. La société à mission, c’est choisir un objectif en termes social, sociétal ou environnemental et l’inscrire dans ses statuts. C’est un moyen pour les entreprises de protéger quelque chose dans la durée comme un patrimoine ou des métiers, ou bien de s’engager à conduire des recherches pour changer une situation ou progresser dans certains domaines. C’est aussi un pari sur l’avenir, notamment pour les start-up qui effectuent leurs premières levées de fonds. Elles connaissent les investisseurs qui sont autour de la table aujourd’hui mais pas ceux de demain. Devenir société à mission peut donc constituer un avantage stratégique et envoyer un signal fort aux différentes parties prenantes, même si cela oblige à un contrôle du respect des engagements par un comité de mission. Ce dernier doit tracer la feuille de route, évaluer les avancées et rédiger un rapport avec des alertes si nécessaire.
 

Lire aussi : Société à mission : « Ce sont de véritables efforts à fournir »

Quels conseils donneriez-vous à une entreprise qui veut devenir une société à mission ?

B. S. - Le premier serait de se rapprocher de la Communauté des entreprises à mission [CEM]. La CEM réunit des chefs d’entreprise qui partagent leurs bonnes pratiques et peuvent donner des conseils. Le second est de bien formuler la mission choisie et de bien l’expliquer aux collaborateurs pour les impliquer. Enfin, lors de la création du comité de mission, il faut bien réfléchir à sa composition et aux expertises dont l’entreprise aura besoin.

Lire aussi : Quel nouveau statut pour Bio Conquête ?

Le cas Danone fait école. C’est une des premières entreprises à choisir le statut de société à mission en 2020 et un an plus tard, son PDG, Emmanuel Faber est évincé. Que prouve cette histoire ?

B. S. - Danone est passé en société à mission avant la crise sanitaire et son dirigeant a été révoqué dans un contexte de fortes turbulences financières. Mais cela prouve la robustesse du dispositif de la société à mission. Le PDG est parti, mais les statuts restent. Danone n’a pas renoncé, et le comité de mission est là pour vérifier que la nouvelle équipe de direction va poursuivre ce qui a été décidé.

Lire aussi : Teract devient à son tour société à mission

La communauté des entreprises à mission a avancé le chiffre de 10 000 entreprises à mission en France dès 2025. Est-ce vraiment possible ?

B. S. - Le rythme de croissance a été très important depuis l’introduction de la société à mission dans le droit. Si on continue sur cette lancée, les perspectives sont élevées. L’autre élément d’optimisme est que le dispositif français suscite beaucoup d’intérêt et de discussion dans les autres pays européens, aussi bien parmi les chercheurs que les entreprises et les politiques. La société à mission reste encore peu connue, mais on peut penser qu’elle va progressivement gagner en visibilité et qu’elle n’en est encore qu’à ses débuts.

Lire aussi : Agri-Éthique devient société à mission pour ses 10 ans

Les plus lus

Camion de la Cooperl
La Cooperl donne un coup au financement du Marché du Porc Breton

La FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire accusent la Cooperl de mettre à mal l’ensemble des outils collectifs utilisés…

Vaches dans la prairie
Comment vont évoluer les coûts de production de la viande bovine en 2024 ?

Si les prix des gros bovins restent élevés, ils ne sont pourtant toujours pas rémunérateurs pour les éleveurs. Les coûts de…

Cotation du porc en  Allemagne, Production, classe E en €/kg
Porc : un marché en manque d’impulsion à la veille de Pâques 

Le marché du porc européen manque de tonicité à l’approche de Pâques.  

en arrière plan, une étable avec des vaches noir et blanche. Au premier plan, un chercheur en combinaison intégrale avec un masque de protection.
Grippe aviaire : ce qu’il faut savoir de la contamination humaine par des vaches

La situation sanitaire autour de la grippe aviaire inquiète aux États-Unis. Des vaches malades ont à leur tour contaminé un…

infographie objectifs de la loi Egalim
Que mangent les enfants à la cantine, et qu’en pensent-ils ?

Les menus servis dans les cantines scolaires ne sont pas, en moyenne, conformes aux objectifs de la loi Egalim selon un…

bouverie en abattoir
Vidéo L214 chez Bigard : le ministère remet le contrôle vidéo en abattoir sur la table

L214 a diffusé une enquête filmée dans l’abattoir Bigard de Venarey-les-Laumes (Côte d’Or), lors d’abattages halal. Le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio