Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

L’avis de la présidente de la commission des Affaires économiques du Sénat
« Nous allons être le juge de paix sur l’amélioration des revenus des producteurs »

Sophie Primas, présidente de la commission des Affaires économiques du Sénat.
© DR

Les Marchés Hebdo : Quelles propositions allez-vous formuler après les consultations menées sur le bilan de la loi Alimentation ? Et quand ?

Sophie Primas : À la différence de l’Assemblée nationale, la commission des Affaires économiques du Sénat doit faire un suivi permanent, pendant les deux ans d’expérimentation. Nous devons analyser les effets de la loi durant ces 24 mois. Mais il n’est pas exclu qu’au titre d’une première évaluation, nous faisions des propositions au cours de ce dernier trimestre, pour permettre quelques ajustements de la loi. Nous orienterons ces propositions autour des promotions, des prix abusivement bas, de la réactivité des clauses de renégociation.

LMH : Quel avis avez-vous sur l’autre mesure phare de la loi qu’a été la hausse du seuil de revente à perte (SRP) ? Pensez-vous la modifier ?

S. P. : Je n’ai toujours pas compris comment pouvait fonctionner le ruissellement de ce SRP plus 10 % sur le revenu des agriculteurs. Je ne comprends pas comment cela peut marcher. Mais, on peut dire qu’il n’y a pas eu de réelle augmentation de tarifs des produits de grande consommation, comme pouvait le laisser entendre certains, Michel-Édouard Leclerc notamment. Nous allons continuer à surveiller cela et voir s’il y a des effets économiques pervers à cette situation.

LMH : Quelques mois après l’entrée en application de cette loi, quel regard portez-vous sur ce dispositif législatif ? Pouvez-vous déjà en tirer un premier bilan ?

S. P. : La loi Alimentation a d’abord été voulue par le gouvernement pour améliorer le revenu des agriculteurs, en régulant davantage les relations commerciales. Nous allons voir en premier lieu si cet objectif a obtenu des résultats. Au-delà de ce que l’on entend sur telle ou telle filière mieux organisée, qui aurait obtenu des améliorations, nous allons être le juge de paix pour voir s’il y a une réelle amélioration des revenus des producteurs. Pour l’instant, nous ne voyons rien venir.

LMH : La loi Alimentation a prévu une ordonnance sur le changement de cadre des négociations commerciales. Des députés viennent de proposer de raccourcir le calendrier du 15 septembre au 15 décembre. Qu’en pensez-vous ?

S. P. : C’est un habillage de forme. Le mécanisme est plus compliqué. Aujourd’hui, nous arrivons à la fin septembre sans que les négociations 2019 soient terminées pour certains. Il y a quand même quelque chose qui ne va pas. C’est une situation ubuesque. Il serait bien de commencer une année civile en connaissant les règles du jeu, autant pour les marques nationales que les marques de distributeurs.

Propos recueillis par Anne-Sophie Le Bras

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

[Covid-19] Deux arrêtés précisent les mesures de fermeture de commerces

L'arrêté détaillant la fermeture jusqu'au 15 avril des lieux publics non essentiels, décidée par le gouvernement pour …

Mesures pour sécuriser le transport des denrées alimentaires

Pour soutenir l’activité des professionnels de transport et de la logistique essentiels dans le maintien de la chaîne d’…

Edouard Philippe annonce la fermeture des marchés, sauf dérogation

Edouard Philippe a annoncé hier de nouvelles restrictions pour lutter contre l'épidémie de coronavirus la fermeture,…

L'ordonnance n° 2020-323 autorise les entreprises relevant de certains secteurs à déroger de manière temporaire et exceptionnelle au droit du travail. © DR
Aménagement du travail pendant la crise Covid-19
Dans les secteurs d’activités nécessaires à la sécurité de la Nation, l’ordonnance no 2020-323 permet aux employeurs…
Valérie Ledoux, associée et co-managing partner du cabinet Racine. © DR
[Important] Le coronavirus et l'(in)exécution du contrat
Dans le cadre de l’épidémie de coronavirus, comment les opérateurs peuvent-ils faire référence à la force majeure en cas d’…
Etiquetage de l’origine des viandes et du lait : le décret est paru

Nous l’annoncions le vendredi 27 mars, le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio