Aller au contenu principal

Menu végétarien dans les cantines : Greenpeace France dénonce le nouvel arrêté en préparation

Dans un communiqué de presse, Greenpeace France dénonce la nouvelle version de l’arrêté de 2011 en cours de révision qui continuerait à imposer une fréquence minimale obligatoire de consommation de viande et de poisson.

Rentrée scolaire sous le signe de l'inflation pour les cantines
© Laurent Bourgogne / Ville de Paris

L’arrêté de 2011 relatif à la qualité des menus dans les cantines scolaires est en cours de révision par les ministères de l’Agriculture, de la Transition écologique et de la santé. Alors que des expérimentations étaient en cours sur une option végétarienne quotidienne, la nouvelle version de cet arrêté « continuerait d’imposer une fréquence minimale obligatoire de consommation de viande et de poisson », ce que dénonce Greenpeace France, estimant qu’il s’agit là d’« une entrave à la mise en place de menus végétariens dans les cantines scolaires ».

« Dans les établissements où l’option végétarienne doit être choisie au trimestre ou à l’année, cette fréquence ne pourrait pas être respectée : le repas végétarien serait servi de fait tous les jours pour la durée en question, sans possibilité d'alterner avec le menu qui intègre de la viande ou du poisson comme le stipule l’arrêté », argumente l'ONG, « ces structures ne sont pas en mesure de proposer plusieurs menus différents (végétariens ou non) pour chaque enfant chaque jour. La quasi-totalité des cantines du premier degré se verraient donc empêchées de proposer le menu végétarien, alors même qu’elles sont de loin les plus impliquées dans cette offre à l’échelle de la restauration collective. De plus, les cantines qui proposent déjà cette option risqueraient de se retrouver dans l’illégalité ».

Greenpeace France demande ainsi aux trois ministères concernés de « revoir leur copie » et de « modifier dès maintenant l’écriture du nouvel arrêté afin que les villes qui proposent déjà une option végétarienne quotidienne et celles qui, chaque semaine, décident de franchir le cap, puissent continuer à le faire.

Les plus lus

Camion de la Cooperl
La Cooperl donne un coup au financement du Marché du Porc Breton

La FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire accusent la Cooperl de mettre à mal l’ensemble des outils collectifs utilisés…

Vaches dans la prairie
Comment vont évoluer les coûts de production de la viande bovine en 2024 ?

Si les prix des gros bovins restent élevés, ils ne sont pourtant toujours pas rémunérateurs pour les éleveurs. Les coûts de…

Cotation du porc en  Allemagne, Production, classe E en €/kg
Porc : un marché en manque d’impulsion à la veille de Pâques 

Le marché du porc européen manque de tonicité à l’approche de Pâques.  

en arrière plan, une étable avec des vaches noir et blanche. Au premier plan, un chercheur en combinaison intégrale avec un masque de protection.
Grippe aviaire : ce qu’il faut savoir de la contamination humaine par des vaches

La situation sanitaire autour de la grippe aviaire inquiète aux États-Unis. Des vaches malades ont à leur tour contaminé un…

infographie objectifs de la loi Egalim
Que mangent les enfants à la cantine, et qu’en pensent-ils ?

Les menus servis dans les cantines scolaires ne sont pas, en moyenne, conformes aux objectifs de la loi Egalim selon un…

vue de haut, une carte de France dessinée avec du blé, du beurre, des oeufs, de la viande, du fromage, des pommes, des tomates, du soja, du saumon
Souveraineté alimentaire : quelles sont les fragilités françaises ?

Un rapport du gouvernement évalue la souveraineté alimentaire de la France et dévoile des zones de fragilité préoccupantes.…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio