Aller au contenu principal

La Cooperl donne un coup au financement du Marché du Porc Breton

La FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire accusent la Cooperl de mettre à mal l’ensemble des outils collectifs utilisés par la filière porcine en ne versant plus ses cotisations au Marché du porc breton.  

Camion de la Cooperl
La Cooperl ne verse plus ses cotisations au Marché du porc breton. La FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire l'accusent d'affaiblir le marché et les outils collectifs porcins.
© Claudine Gérard

« Alors que la Cooperl, l’un des plus gros acteurs de la production porcine, a décidé fin février de ne plus verser ses cotisations au Marché du Porc Breton (MPB), c’est un nouveau coup qui est porté au fonctionnement des outils collectifs de la filière », ont indiqué conjointement la FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire dans un communiqué de presse paru le 18 mars. « Ne plus contribuer au financement des outils collectifs conduit à un manque d’équité envers les éleveurs et à des prix maison », déplore Thomas Guegan, président de la FRSEA Bretagne.   

La Cooperl n’utilise pas le prix du Marché du porc breton  

« Depuis plusieurs mois, Cooperl a fait le choix de quitter le MPB. Nous avons aussi décidé de ne plus nous servir du prix de base MPB comme indicateur mais de le substituer par l'indicateur RNM géré par FranceAgriMer. La conséquence logique d'une telle décision est de ne plus payer les cotisations au MPB, outil qui n'est plus utilisé par notre coopérative », a indiqué Mathieu Pecqueur, délégué aux relations extérieures de la coopérative bretonne, à la rédaction Les Marchés.  

«  Nous avons aussi décidé de ne plus nous servir du prix de base MPB comme indicateur »

Pour rappel, la Cooperl a quitté le MPB après « le constat de plusieurs irrégularités auxquelles elle ne voulait pas participer ». Même si elle était minoritaire sur le marché avec 0,6% des volumes en 2022, elle joue un rôle important sur l’ensemble du territoire français. Rien que dans le Grand Ouest, la Cooperl comptait 2 200 adhérents et plus de 5,4 millions de porcs, toujours en 2022 selon Agreste.  

La FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire contestent l’argument de la Cooperl   

« Il est donc tout à fait justifié que chacun participe au bon fonctionnement d’un outil qui est utilisé par tous »

Pour les deux syndicats du grand Ouest, l’argument de la Cooperl n’est pas valable, il avait été décidé que les cotisations du MPB seraient prélevées sur tous les porcs situés dans la zone Uniporc Ouest. « Il s’agit d’un véritable retour en arrière. Dans les années 1970-1980, le MPB n’était financé que par les éleveurs qui y participaient », renchérit Thomas Guegan « La cotisation du MPB est utilisée par toute la filière, y compris par ceux qui ne passent pas directement par le MPB. Il est donc tout à fait justifié que chacun participe au bon fonctionnement d’un outil qui est utilisé par tous », ajoutent la FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire. 

Lire aussi : Les 7 chiffres clés de la filière porcine bretonne

Mais dans le fond, le retrait de la coopérative bretonne ne semble pas être une surprise. « La Cooperl n’est plus dans rien de collectif », constate Thomas Guegan. A noter que la Cooperl, premier abatteur de porcs de la zone Uniporc Ouest, est de facto le premier financeur du MPB puisque les cotisations sont calculées au prorata des abattages. Selon nos informations, cette défection de la Cooperl représente un trou de 30 % ans le budget du MPB. Comme c'est uniquement un budget de fonctionnement, les autres éleveurs devront payer plus pour compenser.

« La Cooperl n’est plus dans rien de collectif »

La crainte d’un affaiblissement de tous les outils collectifs de la filière porcine   

Ce que craignent les deux syndicats c’est qu’« un tel désengagement entraîne collectivement sur une pente glissante : c’est un affaiblissement du MPB aujourd’hui, mais demain d’autres outils collectifs, tel qu’Uniporc, ce qui serait dommageable à toute la filière : manque de transparence, de traçabilité, de références communes », conclut le communiqué.   

Les plus lus

Camion de la Cooperl
La Cooperl donne un coup au financement du Marché du Porc Breton

La FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire accusent la Cooperl de mettre à mal l’ensemble des outils collectifs utilisés…

Vaches dans la prairie
Comment vont évoluer les coûts de production de la viande bovine en 2024 ?

Si les prix des gros bovins restent élevés, ils ne sont pourtant toujours pas rémunérateurs pour les éleveurs. Les coûts de…

Cotation du porc en  Allemagne, Production, classe E en €/kg
Porc : un marché en manque d’impulsion à la veille de Pâques 

Le marché du porc européen manque de tonicité à l’approche de Pâques.  

en arrière plan, une étable avec des vaches noir et blanche. Au premier plan, un chercheur en combinaison intégrale avec un masque de protection.
Grippe aviaire : ce qu’il faut savoir de la contamination humaine par des vaches

La situation sanitaire autour de la grippe aviaire inquiète aux États-Unis. Des vaches malades ont à leur tour contaminé un…

infographie objectifs de la loi Egalim
Que mangent les enfants à la cantine, et qu’en pensent-ils ?

Les menus servis dans les cantines scolaires ne sont pas, en moyenne, conformes aux objectifs de la loi Egalim selon un…

bouverie en abattoir
Vidéo L214 chez Bigard : le ministère remet le contrôle vidéo en abattoir sur la table

L214 a diffusé une enquête filmée dans l’abattoir Bigard de Venarey-les-Laumes (Côte d’Or), lors d’abattages halal. Le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio