Aller au contenu principal

Pêche
L’usine flottante Scombrus vient d’être inaugurée

France Pélagique, armement français à capitaux hollandais, a baptisé à Concarneau, vendredi 25 septembre, son nouveau chalutier-congélateur géant, le Scombrus. Un navire destiné à exploiter harengs, maquereaux, chinchards et merlans bleus pour l’exportation.

C’est une véritable usine flottante de 81 mètres qui sillonnera toute l’année les eaux européennes, avec un équipage d’une trentaine de marins, pour pêcher, trier et congeler harengs, maquereaux, merlans bleus et chinchards. Ces poissons bleus constituent ce qu’on appelle des espèces pélagiques, c’est-à-dire qui peuvent être capturés en pleine mer. Elles sont destinées à des importateurs, conserveurs et fumeurs d’Europe de l’Est, d’Afrique et d’Asie. Le Scombrus, chalutier baptisé il y a quelques jours à Concarneau à l’issue de sa toute première marée, appartient à l’armement France Pélagique.

44 000 tonnes de droits de pêche

Filiale française à 100 % du groupe Cornelis Vrolijk (Pays-Bas), France Pélagique (23 millions d’euros de chiffre d’affaires) opère deux chalutiers-congélateurs : Prins Bernhard et le nouveau Scombrus qui remplace Sandettie sorti de flotte. Avec ses deux navires, l’armement exploite cette année 44 000 tonnes de droits de pêche d’un sous-quota géré par l’organisation de producteurs From Nord. Des droits qui varient chaque année en fonction des quotas accordés par la Commission européenne.

France Pélagique détient également des parts dans l’armement War Raog (3 millions de chiffre d’affaires) qui exploite en Bretagne trois unités sardinières d’une quinzaine de mètres en ciblant des sardines (hors quotas) pour le marché français.

Le chalutier Scombrus (investissement non communiqué) « est innovant en matière de consommation d’énergie grâce à des moteurs plus performants, de confort des équipages et de qualité du poisson », explique le directeur général de France Pélagique, Geoffroy Dhellemmes. L’usine embarquée (technologie de l’Islandais Skalinn) constitue « un bond technologique », souligne le dirigeant. À chaque trait, le chalut remonte entre 80 et 200 tonnes de poisson. Une pompe achemine le poisson vers des tanks d’eau de mer réfrigérée à -1 °C avant d’être transféré par tapis roulant au niveau usine sur le pont inférieur. Une machine de triage automatique réunit les poissons par taille (douze calibres contre six auparavant), parfois par espèce.

Le Scombrus peut pêcher et transformer près de 2 000 t de poissons par marée

Des caméras vérifient la qualité du poisson et un système d’intelligence artificielle sort du circuit les individus trop écrasés ; ils seront transformés en farine de poisson. Les poissons allotis remplissent des plateaux jusqu’à constituer 22 à 24 kilogrammes selon les espèces. Puis ils passent à la congélation (-25 °). Cette partie du processus s’effectue désormais à plat et non plus verticalement – comme sur les anciennes générations de navires-congélateurs classiques –, pour « conserver au maximum l’apport nutritionnel du poisson mais aussi un aspect visuel irréprochable », dit le groupe.

En bout de ligne, les blocs de poisson sont encartonnés à la marque du groupe néerlandais, palettisés et transférés en cale à température négative. « Au cours d’une marée de trois semaines environ, le Scombrus peut pêcher et transformer près de 2 000 tonnes de poissons », précise Geoffroy Dhellemmes. Le poisson est débarqué systématiquement aux Pays-Bas sur la plateforme du groupe Cornelis Vrolijk. Il se vend sur le marché entre 0,35 et 0,80 euro le kilogramme, selon l’espèce et le calibre. Le groupe néerlandais peut en espérer un peu plus, compte tenu de la qualité accrue du produit sorti de l’usine du Scombrus.

Une pêche décriée

Le Scombrus a été inauguré vendredi 25 septembre dans le tumulte d’une manifestation de petits pêcheurs venus de partout en France. Conscient que la pêche industrielle n’a pas bonne presse en France, France Pélagique s’est évertué à démontrer la pertinence de son mode d’exploitation. « Nous ne pêchons pas dans les mêmes eaux que les petits pêcheurs », a souligné Geoffroy Dhellemmes. Les prises accessoires ne sont que de 1 % du total. Deux pêcheries sur lesquelles travaille France Pélagique sont certifiées MSC (hareng de Manche Est et mer du Nord et merlan bleu d’Atlantique Nord-Est). Et le poisson pêché par les deux unités fournit l’équivalent de 750 000 repas quotidiens. Pas sûr que ces arguments satisferont les organisations de la petite pêche.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

 © Sergey Ryzhov - ...
La Covid-19 accélère les tendances en produits de la mer
La filière française améliore sa notoriété. Les produits frais emballés et le traiteur de la mer font un bond en 2020. Mais la…
 © DR
PAI Partners acquiert une majorité de l’Espagnol Angulas Aguinaga

Le spécialiste espagnol des produits de la mer Angulas Aguinaga est passé sous le giron de…

 © Pixabay
Dopé en GMS par le confinement, le saumon fumé se prépare pour Noël

Depuis le début de l’année 2020, le saumon fumé a enregistré en France une hausse de ses ventes de 10,7% en valeur sur…

 © Feder
Création de Remalim, association des représentants des employeurs des métiers de l’Alimentation

Les représentants des branches de la boucherie, boucherie-charcuterie et boucherie hippophagique, triperie, commerce de…

Le transfert de la consommation hors domicile vers le domicile a profité au saumon fumé. © Adocom
Sur sa lancée, le saumon fumé reste confiant pour la fin d'année 2020
Configuration calendaire favorable, image festive, des ventes en forte hausse depuis début 2020… Le saumon fumé semble confiant…
Le grand export ne présente pas le meilleur potentiel pour les produits de la mer français. © Michael Gaida/Pixabay
Un potentiel à l’export pour les produits de la mer
Les mareyeurs, industriels et exportateurs de produits de la mer disposent d’informations précises pour entreprendre à l’export,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio