Aller au contenu principal

Volaille
Les poulets polonais et britanniques gagnent du terrain en France

Le taux d’importations dans la consommation française de poulet s’est accentué au premier semestre. Le poulet polonais vendu à des prix défiant toute concurrence poursuit sa progression dans l’Hexagone.

Évolution des importations françaises de viande et préparation de volaille

Le poids des importations dans la consommation apparente de poulet en France continue de progresser en 2021. « Il pèse plus lourd qu’avant la Covid-19 ! », s’inquiète François Cadudal, directeur du pôle économie de l’Institut technique de l’aviculture (Itavi). L’économiste a souligné la hausse très nette du taux d’importations au premier semestre 2021, lors du webinaire « Le marché de la volaille en France et dans le monde », mardi 7 septembre.

Flambée des volumes polonais et britanniques

« Les importations progressent plus vite que les exportations », analyse-t-il. Au premier semestre de cette année, les importations françaises de poulets ont gagné 17,8 % sur un an, portées par les volumes polonais (+25,4 %). Le plus grand producteur de poulets dans l’UE renforce sa position en France depuis juin 2020, pratiquant des prix agressifs. « Face à d’importants stocks, certains opérateurs polonais ont bradé leur marchandise chez des transformateurs français », explique François Cadudal. Toutefois, les importations de poulets polonais devraient ralentir à moyen terme compte tenu de la baisse du cheptel reproducteur touché par la grippe aviaire et à cause de l’envolée des coûts de l’aliment qui a conduit l’amont à réduire sa production.

Nos importations en provenance des pays tiers ont, eux aussi, bondi de 58,5 %, tirées surtout par l’envolée des envois britanniques (+151,5 %). Début 2021, les opérateurs anglais ont commencé à exporter des morceaux de dos, cous et ailes réfrigérés (+10 100 tec) ; des produits peu consommés en France et sans doute en transit vers les pays asiatiques.

Les envois français ne progressent pas au même rythme

Les exportations françaises n’ont augmenté que de 10,1 % au premier semestre. C’est surtout les envois intra-européens qui dynamisent le commerce avec un bond de 42,1 % vers les autres États membres. Une hausse qui est à nuancer avec des volumes destinés aux pays asiatiques, mais réorientés vers les Pays-Bas (+123,6 %). Les envois recensés vers les pays tiers reculent, quant à eux, de 11,8 %. En cause, la baisse marquée vers l’Arabie saoudite (-9,8 %) qui prône le local et vers certains pays asiatiques comme les Philippines (-95,2 %) et Hong Kong (-57 %) qui ont restreint leurs importations à la suite de la grippe aviaire en France. Ainsi, le déficit commercial français se creuse de 34 400 tonnes équivalent carcasse et de 43 millions d’euros par rapport au premier semestre 2020.

Les plus lus

Camion de la Cooperl
La Cooperl donne un coup au financement du Marché du Porc Breton

La FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire accusent la Cooperl de mettre à mal l’ensemble des outils collectifs utilisés…

Vaches dans la prairie
Comment vont évoluer les coûts de production de la viande bovine en 2024 ?

Si les prix des gros bovins restent élevés, ils ne sont pourtant toujours pas rémunérateurs pour les éleveurs. Les coûts de…

Cotation du porc en  Allemagne, Production, classe E en €/kg
Porc : un marché en manque d’impulsion à la veille de Pâques 

Le marché du porc européen manque de tonicité à l’approche de Pâques.  

en arrière plan, une étable avec des vaches noir et blanche. Au premier plan, un chercheur en combinaison intégrale avec un masque de protection.
Grippe aviaire : ce qu’il faut savoir de la contamination humaine par des vaches

La situation sanitaire autour de la grippe aviaire inquiète aux États-Unis. Des vaches malades ont à leur tour contaminé un…

emballage alternatives végétales
La contre-attaque des alternatives végétales françaises

Si la filière viande s’est réjouie du décret interdisant steak et merguez végétaux, les entreprises françaises des…

infographie objectifs de la loi Egalim
Que mangent les enfants à la cantine, et qu’en pensent-ils ?

Les menus servis dans les cantines scolaires ne sont pas, en moyenne, conformes aux objectifs de la loi Egalim selon un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio