Aller au contenu principal

2023
Les 6 facteurs qui peuvent faire basculer le marché mondial des produits laitiers

Contexte macro-économique, rebond de la collecte de lait en Europe, tenue de la demande chinoise, voilà autant de facteurs qui peuvent faire pencher le marché des produits laitiers dans un sens ou dans un autre en 2023, selon l’USDEC.

© NASA

Les exportateurs américains de produits laitiers (USDEC) se réunissent en début d’année pour identifier les signaux qui donneront le ton sur le marché mondial et qu’il fait surveiller. Ils en ont déterminé 6 à garder à l’œil en 2023.

  1. L’inflation

Après une inflation aux alentours de 8 % en 2022, les États-Unis ne devraient subir qu’une inflation de 2,9 % cette année selon les prévisions des économistes. Même ralentissement attendu sur l’inflation mondiale, à 4,8 % contre 7,4 % en 2022. Cette inflation conditionnant le pouvoir d’achat des ménages et donc la demande est le premier facteur qui peut faire pencher le marché des produits laitiers d’un côté ou de l’autre. A noter que l’inflation devrait marquer le pas en premier lieu dans les pays de l’Asie du Sud-Est. Pour autant, l’économie mondiale n’est pas attendue florissante en 2023.

 

  1. La demande chinoise

Les importations chinoises de produits laitiers ont marqué le pas en 2022, elles ont chuté de 17 % en cumul sur les onze premiers mois de l’année en équivalent lait, après avoir atteint un record en 2021. La hausse de la production chinoise, des stocks importants, les difficultés logistiques liées à la gestion de la pandémie et la baisse de la demande pendant les confinements expliquent ce ralentissement des achats chinois. Certes, la Chine a enterré sa politique zéro-Covid, mais les exportateurs américains ne s’attendent pas à un retour de la demande, d’autant plus que les contaminations battent des records pour l’heure. Signal positif, les stocks de poudres de lait se sont vidés, mais restent difficiles à estimer faute de données officielles fiables.

 

  1. Les alternatives aux produits laitiers

Les cours de l’huile de palme se sont effondrés ces derniers mois, loin de leurs records historiques du printemps. De quoi rendre de nouveau compétitive les poudres de lait réengraissées dans lesquelles elle remplace la matière grasse laitière. Ce qui pourrait profiter à la poudre de lait écrémé aux dépens de la poudre grasse. L’huile de palme entre aussi dans la composition des fromages végétaux, qui pourraient davantage concurrencer les fromages au lait de vache sur certains marchés, notamment l’Amérique du Sud et le Moyen-Orient.

 

  1. La collecte européenne

La collecte laitière européenne a rebondi en 2022, ce qui a contribué à tasser les prix des produits industriels. Dans le même temps, la consommation souffre de l’inflation, ce qui conduit à un disponible exportable plus important et pourrait relancer la concurrence sur le marché mondial, notamment avec les Américains. Pour autant ces derniers se montrent sereins, estimant que les contraintes environnementales, notamment en Irlande et aux Pays-Bas, limitent nettement le potentiel de croissance de la collecte européenne.

 

  1. Les coûts de production

La flambée des coûts de production, notamment de l’aliment, a pesé sur les éleveurs dans tous les pays. En 2023, la production de maïs et de soja devrait progresser aux États-Unis, de quoi voir les cours se tasser, même s’ils peuvent rester supérieurs à leurs niveaux d’avant la guerre en Ukraine. Or la réduction des marges de producteurs de lait rime souvent avec baisse de la production.

 

  1. Les stocks mondiaux

Alors que le transport maritime international était très perturbé depuis 2021, les importateurs tendaient à stocker davantage pour faire face à d’éventuels contretemps. Dorénavant, la situation s’est améliorée. Les importateurs vont utiliser les stocks, et ne pas le reconstituer autant, car certains misent sur des baisses de prix, et tous sont confrontés aux incertitudes sur la tenue de la consommation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

vaches allaitantes
De combien va baisser la production de viande bovine en 2023 ?
L’Institut de l’élevage livre ses prévisions 2023 sur le marché de la viande bovine. Les disponibilités françaises vont rester en…
Les mauvais résultats du bio en 2022 en 7 chiffres
La FCD dresse dans sa note mensuelle un bilan négatif des ventes de produits biologiques en 2022.
Grippe aviaire : onzième foyer dans le Gers et une nouvelle suspicion
Un onzième foyer de grippe aviaire été confirmé le 22 janvier dans le département du Gers et une nouvelle suspicion était en…
Egalim 3 : le projet de loi du député Descrozaille en procédure accélérée
Le gouvernement a engagé une procédure d’examen accélérée le 21 décembre 2022 sur la proposition de loi visant à compléter Egalim…
Frédéric Chartier, président du groupement de producteurs Armor œufs depuis avril 2022.
Pourquoi Armor Œuf veut renégocier ses contrats ?
Face à la hausse des coûts de production des œufs, notamment de l’énergie, l’amont de la filière œuf est sous tension. Entretien…
Egalim 3 : la proposition de loi Descrozaille passe le cap de la commission des Affaires économiques
En commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, les députés ont adopté le projet de loi Descrozaille visant à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio