Aller au contenu principal

France 2030 : les 5 premiers lauréats agroalimentaires du projet "Première Usine"

Parmi les 18 projets de première usine qui vont être soutenus par l’Etat au titre de la première vague de l’appel à projets "Première Usine", figurent 4 start-ups et une PME de l’agroalimentaire.  

Umiami veut produire industriellement des ingrédients ressemblant à de la viande ou à du poisson.
© Umiami

En janvier dernier, le gouvernement lançait l’appel à projets Première usine dans le cadre de France 2030. Il présente aujourd’hui les 18 projets industriels qu’il va soutenir d’ici à 2026 à hauteur de 88 millions d’euros afin de réaliser près de 500 M Eur d’investissements. Voici les 5 start-ups agroalimentaires bénéficiaires.

  • Microphyt, en Occitanie, va installer des photobioréacteurs à microalgues et une plateforme d’extraction, afin de produire des ingrédients à base de microalgues. Microphyt bénéficie déjà du volet Relocalisation du Plan de relance. Ce projet nommé Mic Seatie vise les marchés alimentaires et du bien-être.
  • Umiami, en Ile-de-France, entend ouvrir en 2023 une usine de protéines végétales. Les ingrédients seront vendus à l’industrie agroalimentaire et à la restauration en Europe et aux États-Unis. A cet effet Umiami achète un site en Alsace près de Strasbourg, au groupe Unilever. Production visée : 7 500 tonnes d'ingrédients alternatifs à la viande ou au poisson, et à terme 22 000 tonnes. 
  • Futura Gaïa, en Occitanie, spécialiste de la culture verticale automatisée sur terreau, va faire passer son projet Geofarm en mode industriel afin de commercialiser des fermes verticales clés en main.
  • La plateforme développée par Green Spot Technologies, en région Paca, transforme les coproduits d'origine végétale en une poudre alimentaire, par un procédé de fermentation.
  • Bioprox, PME des Pays-de-la-Loire, vise à travers son projet Bioprep l’implantation dans les trois ans d’une nouvelle capacité industrielle de production de « protéines recombinantes ». Ce sont notamment des enzymes de nouvelle génération destinées aux filières végétales et animales. Bioprox veut ainsi combler un déficit capacitaire pour des acteurs souhaitant accéder à des volumes industriels de biotechnologies.

Les plus lus

vaches allaitantes
De combien va baisser la production de viande bovine en 2023 ?
L’Institut de l’élevage livre ses prévisions 2023 sur le marché de la viande bovine. Les disponibilités françaises vont rester en…
Les mauvais résultats du bio en 2022 en 7 chiffres
La FCD dresse dans sa note mensuelle un bilan négatif des ventes de produits biologiques en 2022.
Viande : Sicaba se place en redressement judiciaire
La Sicaba s’est placée le 2 février en redressement judiciaire auprès du tribunal de commerce de Cusset. La hausse de l’énergie…
Grippe aviaire : onzième foyer dans le Gers et une nouvelle suspicion
Un onzième foyer de grippe aviaire été confirmé le 22 janvier dans le département du Gers et une nouvelle suspicion était en…
Egalim 3 : le projet de loi du député Descrozaille en procédure accélérée
Le gouvernement a engagé une procédure d’examen accélérée le 21 décembre 2022 sur la proposition de loi visant à compléter Egalim…
Frédéric Chartier, président du groupement de producteurs Armor œufs depuis avril 2022.
Pourquoi Armor Œuf veut renégocier ses contrats ?
Face à la hausse des coûts de production des œufs, notamment de l’énergie, l’amont de la filière œuf est sous tension. Entretien…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio