Aller au contenu principal

La sécheresse en Russie fait encore monter les prix du blé

Comment ont évolué les prix des céréales ces 7 derniers jours ? Les journalistes de la Dépêche-Le petit Meunier vous expliquent les dernières variations des cotations du blé et du maïs.

un graphique avec une courbe à la hausse, sur fond de grains de blé
Comment ont évolué les prix des céréales ces 7 derniers jours ?
© Généré par l'IA

Les prix du blé tendre, de l’orge fourragère et du maïs ont progressé sur le marché physique français entre le 6 et le 13 mai. 

Lire aussi : Les prix du soja baissent malgré de possibles pertes au Brésil

La production russe de blé attendue en baisse

Les prix du blé tendre français ont flambé entre le 6 et le 13 mai, dans le sillage d'Euronext et du CBOT. Et ce, en lien avec les incertitudes quant au potentiel de production de la Russie, victime de températures hivernales dans le centre du pays après que la région sud a subi des conditions sèches depuis le début du printemps. Ainsi, la production de blé russe pour 2024-2025 a été abaissée à 86 Mt contre 91 Mt précédemment, avec un potentiel exportable de 47 Mt (contre 50,5 Mt). En France, les conditions de culture du blé tendre ont gagné un point durant la semaine se terminant le 6 mai, à 64 % (contre 94 % en 2023 à pareille époque), selon le rapport hebdomadaire Céré’Obs de FranceAgriMer.

Marché calme en blé dur

Les prix du blé dur sur le marché physique français n’ont pas évolué entre le 6 et le 13 mai, sur un marché des plus calmes en cette semaine de l’Ascension. En France, les conditions de culture du blé dur ont perdu un point durant la semaine se terminant le 6 mai, à 65 % (contre 88 % en 2023 à pareille époque), selon Céré’Obs. 

Les prix de l'orge de mouture suivent

Les prix de l’orge de mouture sur le marché physique français ont augmenté entre le 6 et le 13 mai, dans le sillage du blé tendre. En France, les conditions de culture de l’orge d’hiver se sont stabilisées durant la semaine se terminant le 6 mai, à 66 % (contre 92 % en 2023 à pareille époque), selon Céré’Obs.

Le point sur les stocks mondiaux de maïs fait monter les prix

Les prix du maïs français ont progressé entre le 6 et le 13 mai, dans le sillage des contrats maïs sur Euronext et le CBOT. La production mondiale de maïs est prévue à 1 219,93 Mt (contre 1 228,09 Mt en 2023-2024), avec des stocks finaux de 312,27 Mt (contre 313,08 Mt en 2023-2024). Aux Etats-Unis, ces chiffres s’élèveraient respectivement à 377,46 Mt et 53,39 Mt (contre 389,69 Mt et 51,36 Mt), en Russie à 16 Mt et 0,91 Mt (contre 16,60 Mt et 0,96 Mt), et en Ukraine à 27 Mt et 1,48 Mt (31 Mt et 2,91 Mt). En France, les semis maïs ont de fait bien avancés durant la semaine se terminant le 6 mai, passant de 45 % à 54 % de la sole attendue (contre 73 % en 2023 à date), selon le rapport Céré’Obs. 

Cet article a été écrit par les journalistes spécialisés de La Dépêche-Le petit Meunier, qui accompagne depuis 1938 les opérateurs du commerce des grains. 

Les plus lus

usine de transformation du lait
Face à la baisse de la collecte, l’industrie laitière doit être « proactive », enjoint la Rabobank

Dans son dernier rapport, la Rabobank estime que la collecte laitière de l’UE pourrait baisser rapidement et incite les…

un graphique avec une courbe à la hausse, sur fond de grains de blé
L'Algérie et la sécheresse en Russie font monter les prix du blé tendre

Comment ont évolué les prix des céréales ces 7 derniers jours ? Les journalistes de la Dépêche-Le petit Meunier vous…

un porc, une vache et un poulet dans le drapeau européen
Porc, boeuf, volaille : comment va évoluer la production de l'UE en 2024 ?

La Commission européenne se montre très prudente dans ses prévisions sur la production de viande et de volaille. Les filières…

Xi Jinping et Emmanuel Macron
Chine : trois accords signés pour l’exportation agroalimentaire

La visite du président chinois à Paris a été l’occasion de la signature d’accords et de l’homologation de protocoles…

Volailles Label rouge, des mises en place toujours en baisse

Les mises en place de volailles Label rouge continuent de reculer au premier trimestre 2024.

courbe de prix moyen des gros bovins
Le prix PMP des gros bovins rattrape son niveau de 2023

Le marché des gros bovins a subi les fériés, l’activité reprend désormais avec des prix qui évoluent différemment pour les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio