Aller au contenu principal

La reprise des ventes de LDC, pôle par pôle

La remontée des volumes de volaille française transformée, le tassement des matières premières, les revalorisations tarifaires du pôle traiteur et ses succès commerciaux ont constitué un cocktail revigorant pour groupe LDC cet été.

LDC a repris les opérations promotionnelles sur ses marques de volaille.
© Capture d'écran Club Le Gaulois

Le deuxième trimestre de l’exercice 2023-2024 du groupe LDC (de juin à août 2023) s’est caractérisé par le retour progressif de la production de volailles après les épisodes d’influenza aviaire. Le chiffre d’affaires a été marqué par une petite hausse de volume de 0,9% par rapport au 2e trimestre de 2022, et par des revalorisations tarifaires. Ce chiffre d’affaires de l’été 2023 est en hausse de 8,2% à 1,508 milliard d’euros (de 4,7% à périmètre et taux de change constants).

  • Le pôle Volailles en France (hors mont) a progressé de 3% à périmètre identique au 2e trimestre, avec une légère croissance des tonnages vendus de 0,6%. La reprise de la transformation de volailles françaises, ainsi que la détente du prix des matières premières, a permis au groupe volailler de diminuer ses prix de vente et de reprendre des opérations promotionnelles en grande distribution, au bénéfice du soutien à la consommation, selon le communiqué de LDC sur ses ventes.
  • Le pôle Traiteur a bénéficié au 2e trimestre de « bonnes ventes dans la famille pizzas et pâtes à dérouler ainsi que la dynamique commerciale de la marque Marie », selon le communiqué. Les volumes vendus de ce pôle n’ont reculé que de 0,2% et son chiffre d’affaires s’est élevé à 202,1 millions d’euros. Le groupe précise avoir obtenu des revalorisations tarifaires au cours de l’exercice 2022-2023 et depuis le début de l’exercice en cours (ayant débuté en mars 2023).
  • Le pôle Amont de LDC, comprenant l'activité œufs et ovoproduits, a été doté de la marque Matines, acquise fin 2022, de la société Ovoteam, acquise en avril 2023, et du couvoir Galina Maine, acquis en mai 2023. Ces acquisitions contribuent au chiffre d’affaires du 2e trimestre avec des ventes progressant de 50,6% par rapport au 2e trimestre de l’exercice précédent.
  • A l’international, la croissance de 4,9% au 2e trimestre figure un ralentissement, conséquence, dit LDC, « des revalorisations tarifaires obtenues au cours de l’exercice précédent sur l’ensemble des familles commercialisées ». Les volumes vendus ressortent en hausse de 0,4%.

Plus de 3 milliards d’euros pour son 1er semestre

Pour l’ensemble de son 1er semestre (de mars à août 2023), LDC annonce le chiffre d’affaires de 3,022 milliards d’euros contre 2,735 Md d’euros au 1er semestre 2022-2023, en hausse de 10,5% (+8,2% à périmètre identique1 et taux de change constant), avec des volumes commercialisés en retrait de 1,9% (-2,2% à périmètre identique).

Lire aussi : Les ambitions de LDC

Les plus lus

« Les agriculteurs ont reçu consigne d'aller dans la grande distribution », Michel-Edouard Leclerc

Le patron du mouvement E.Leclerc s’est expliqué ce 5 février au micro de France Inter.

Lait : pourquoi la France a perdu en compétitivité

La filière laitière française descend à la troisième place en termes de compétitivité parmi les grands producteurs de lait…

Production de viande bovine en 2024, le vrai du faux

L’Institut de l’élevage a publié ses prévisions 2024 pour la production de viande bovine, qui devrait encore baisser, mais…

viande bovine
Près d’un quart de la viande bovine consommée en France est importée, d’où vient-elle ?

Les importations françaises de viande bovine se sont un peu tassées en 2023, reflet du manque de dynamisme de la consommation…

un femme d'âge moyen pousse son caddie au supermarché, elle hésite
Les tendances de consommation alimentaires de 2024 en 5 points

Après une année 2023 plombée par l’inflation, que réserve la consommation alimentaire des Français en 2024 ? Nielsen a…

Les Labels rouge de bœuf limousin dans une mauvaise passe

La perte de volumes en labels Bœuf limousin junior et encore davantage en veau sous la mère inquiète l’association Limousin…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio