Aller au contenu principal

Fromage AOP Abondance, les producteurs ont dû adapter leurs prix

Le 1er décembre, le Syndicat interprofessionnel du fromage Abondance (SIFA) a fait le point sur la filière, elle aussi impactée par l’inflation. Si la production a légèrement reculé entre 2021 et 2022, le chiffre d’affaires a légèrement augmenté de part la répercussion des hausses sur le tarif et le succès du fromage dans la capitale.

Le développement durable et la rentabilité des exploitations sont au cœur des préoccupations.
Emilie Jacquot, présidente du SIFA et Joël Vindret, son directeur ont fait un point sur la filière Fromage AOP Abondance le 1er décembre.
© K.BERTIN

Le fromage AOP Abondance a beau être un produit haut de gamme, il n’en reste pas moins impacté par la hausse des charges et l’inflation que subissent ses 170 producteurs de lait, ses 76 producteurs fermiers et ses 10 affineurs exclusifs, tous situés dans une aire géographique exclusive  située en Haute-Savoie entre Thonon et Annecy. 

Lire aussi : Fromage : « L’Abondance a un bel avenir »

« Nous faisons surtout face à des hausses importantes de l’énergie qui impactent nos exploitations. Or, nos producteurs sont avant tout des chefs d’entreprise qui recherchent la rentabilité », précise Emilie Jacquot, présidente du Syndicat interprofessionnel du fromage Abondance (SIFA) lors d’un point presse organisé à Paris le 1er décembre 2023.

Nous avons pu prendre le temps d'expliquer les choses à nos clients

Les producteurs ont donc adapté leurs prix en prenant garde à ne pas détourner les consommateurs. Parmi eux, François Novel, producteur fermier installé à Boëge depuis 2007 sur l’exploitation familiale. Il représente la quatrième génération et travaille avec sa sœur et son cousin. « L’ensemble de nos charges, notamment énergétiques, a connu une hausse moyenne de 15 à 17%. Pour y faire face, nous avons coupé la poire en deux en augmentant nos prix de 10%. Comme nous vendons en direct sur l’exploitation, nous avons pu prendre le temps d’expliquer les choses à nos clients qui ont très bien compris. »

Légère baisse en volumes, chiffre d'affaires en hausse 

Fromage de qualité, l’Abondance AOP a plutôt réalisé une bonne année. La production 2022 est légèrement en recul (3357 tonnes contre quasiment 3500 en 2021) mais le chiffre d’affaires a augmenté passant de 35 millions d’euros en 2021 à 36,9 millions en 2022. « Nous avons fait de bonnes performances en GMS qui a représenté 12% de nos ventes nationales », explique Joël Vindret, directeur du SIFA. « Et à Paris, en 2022, nos ventes ont augmenté de 20% par rapport à 2021. » Le fromage AOP Abondance se vend environ 20 euros le kilo tout au long de l’année. « Il n’y a pas de saisonnalité dans la vente. On consomme aussi bien de l’Abondance en hiver qu’en été. »

Lire aussi : Inflation : comment le Comté s’adapte ?

Le marché français préféré à l'export 

Le fromage Abondance a obtenu l’AOP (appellation d’origine protégée) européenne en 1996 et depuis sa production a été multipliée par 5 (environ 700 tonnes de fromage produites en 1996, 3500 en 2021). Un produit qui séduit aussi à l’étranger même si ce n’est pas la priorité de la filière. « En 2022, sur les 3357 tonnes, une centaine a été exportée notamment vers le Japon et l’Allemagne », précise Joël Vindret. « Nous préférons cependant nous concentrer sur le marché français qui est loin d’être saturé et qui nous paraît plus vertueux d’un point de vue écologique et circuits courts. »

Lire aussi : Le fromage Abondance AOP tient sa place à l’international

Un cahier des charges qui se veut aussi exigeant que le bio 

Un développement durable qui est aussi au cœur du cahier des charges qui veut s’adapter en permanence aux nouveaux enjeux. « Le réchauffement climatique impacte aussi bien les producteurs que les bêtes. Alors nous travaillons autour de la qualité de l’eau et de l’alimentation pour nos vaches. Celles-ci se nourrissent sur les pâturages alpins en été et du foin séché en hiver avec des rations complémentaires de céréales sans OGM. Et naturellement, sur les fermes, il n’y a aucun intrant », indique Emilie Jacquot. 

Autre contrainte économique qui risque de peser à moyen terme sur la filière, la présence de la Suisse voisine qui tire les prix de la région vers le haut. « Du coup il est difficile pour des jeunes de s’installer et d’investir dans la construction ou la rénovation de bâtiments agricoles », précise Joël Vindret. 

Fromage AOP Abondance en chiffres

36,9 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2022

170 producteurs de lait dont 4 en bio

76 producteurs fermiers dont 4 en bio 

17 fromageries

3357 tonnes produits (100 à l’export) dont 30% fermier

Prix de vente autour de 20 euros le kg

Les plus lus

« Les agriculteurs ont reçu consigne d'aller dans la grande distribution », Michel-Edouard Leclerc

Le patron du mouvement E.Leclerc s’est expliqué ce 5 février au micro de France Inter.

Lait : pourquoi la France a perdu en compétitivité

La filière laitière française descend à la troisième place en termes de compétitivité parmi les grands producteurs de lait…

viande bovine
Près d’un quart de la viande bovine consommée en France est importée, d’où vient-elle ?

Les importations françaises de viande bovine se sont un peu tassées en 2023, reflet du manque de dynamisme de la consommation…

un femme d'âge moyen pousse son caddie au supermarché, elle hésite
Les tendances de consommation alimentaires de 2024 en 5 points

Après une année 2023 plombée par l’inflation, que réserve la consommation alimentaire des Français en 2024 ? Nielsen a…

camion citerne de collecte dulait
Collecte laitière : les 5 chiffres à retenir de 2023

La collecte de lait de vache a reculé en France en 2023, tout comme les fabrications de produits laitiers.

Viande : Où sont les abattoirs menacés de fermeture en France, et pourquoi ?

Une douzaine d’abattoirs ferment chaque année, et la tension se renforce entre décapitalisation et hausse des charges,…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio