Aller au contenu principal

Cotations
Forte hausse des prix des produits surgelés

La cotation nationale des produits surgelés affiche des hausses importantes dans plusieurs catégories et les entreprises du secteur font part de leur inquiétude.

© Margny Lès-Compiègne

Le RNM publie chaque mois la cotation nationale des produits surgelés pour les collectivités, vous pouvez retrouver la dernière dans votre quotidien les Marchés du 16 novembre. Cette édition se distingue par des hausses sur près de 40 % des produits alors que « traditionnellement la cotation de novembre, située en cours de trimestre n’enregistre que peu de mouvement », précise le RNM dans son commentaire rédigé avec Fedalis.

Les tarifs sont à la hausse depuis plusieurs mois du fait de la hausse générale des matières premières, des coûts du fret maritime, du transport routier, de l’énergie et des taux de change. S’ajoutent de « de nouvelles inquiétudes sur les délais d’approvisionnement et les pénuries d’emballage (carton notamment) ».

Hausse des protéines animales

En viande, les cours progressent en veau (+3,4 % sur la poitrine farcie) sous l’effet de la baisse de production française et en agneau (+5,2 % pour le navarin) avec le recul de l’offre néo-zélandaise. Pour le haché de bœuf (1,3 à 1,9 selon les spécifications), les hausses sont importantes, entre bonne demande et recul des disponibilités en Europe. Les cotations progressent en volaille, avec un record de 9,7 % pour l’escalope de dinde à la viennoise, car la demande est plus forte que l’offre d’une part, et d’autre par l’indexation sur l’aliment tire les cours vers le haut.

Des usines déjà fermées en Chine

Pour les produits de la mer, les cotations progressent sous l’effet de la perturbation du transport maritime, avec par exemple une hausse de 4,2 % pour les cubes de poissons blancs crus. Fait nouveau, les opérateurs font part « d’une inquiétude liée aux délais d’approvisionnement ». Avec le retour du Covid en Chine, alors que des usines sont déjà au ralenti, voire fermées, face à la pénurie d’énergie, tout concourt à tendre les approvisionnements. Les beignets à la romaine flambent ainsi de +31.4 %.

Les plats cuisinés et préparations élaborés progressent du fait de la hausse de leurs ingrédients.

Les autres secteurs ne sont pas épargnés.

La flambée des cours du beurre commence à se répercuter sur la catégorie des viennoiseries, qui subissent aussi la hausse des céréales. Si les tartes reculent, plusieurs fruits et légumes enregistrent des hausses.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Avril
Le groupe Avril victime d'une cyberattaque [mis à jour]
Le groupe Avril a été victime d'une cyberattaque le 3 novembre. Toutes les entités sont touchées.
Les sites Arrivé en Vendée en grève
Les sites Arrivé Maître Coq en vendée se mettent en grève, ce 4 novembre, à l’appel en intersyndicale de la CFDT, accompagnée de…
A quoi peut-on s’attendre sur le marché du porc en 2022 ?
Cours bas et coûts de production en hausse, les prévisions de l'Ifip sont peu optimistes pour la filière porcine.
[MàJ] Viande bovine : exportations records du Brésil vers la Chine malgré un embargo
Les achats de viande bovine brésilienne par la Chine en septembre ont atteint des records, mais ils devraient rapidement s'…
Lait infantile : fin de l’eldorado chinois
Les importations chinoises de lait infantile marquent le pas, entre la baisse de la natalité et une offre locale qui a su…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio