Aller au contenu principal

Export en vif : les errances de trop ?

Sur Facebook et Twitter, les appels ont été nombreux. © Capture d'écran
Sur Facebook et Twitter, les appels ont été nombreux.
© Capture d'écran

Les errances de deux vaisseaux bétaillères à travers la Méditerranée ont défrayé la chronique ces dernières semaines et touchent à leur fin. Le Karim Allah, chargé de 864 jeunes bovins, limousins, charolais et croisés, et l’Elbeik, avec 1 800 animaux à son bord, avaient quitté l’Espagne mi-décembre. Ils devaient transporter les bovins de l’autre côté de la Méditerranée, un trajet parmi tant d’autres depuis que l’Espagne a développé ses exportations de bovins vifs vers le Maghreb et le Proche-Orient. Mais les deux navires se sont vu refuser l’autorisation d’accoster par plusieurs pays, notamment la Turquie et la Libye, les animaux étant suspectés d’être porteurs de fièvre aphteuse. Or l’Union européenne n’autorise pas le transport d’animaux vifs en provenance de Libye pour raison sanitaire. Les bovins n’ont donc pas pu être rapatriés et ont connu une longue errance en mer. Finalement de retour à Carthagène le 22 février, le Karim Allah a vu sa cargaison euthanasiée. Une vingtaine d’animaux morts en mer ont été découpés et jetés par-dessus bord. L’Elbeik a rejoint à son tour Carthagène après trois mois de navigation et les 1 700 animaux restants devraient être abattus à leur tour. Leur propriétaire les juge néanmoins indemnes de fièvre aphteuse et explique leur calvaire par une erreur administrative, leur région d’origine ayant été indiquée de façon erronée (Aragon, au lieu de Saragosse, en zone indemne), rapporte The Guardian. Ce périple, suivi et relayé sur les réseaux sociaux par les associations animalistes (L214, Welfarm, CIWF) pose la question de l’acceptabilité sociétale de l’exportation en vif. Les pays acheteurs le plébiscitent pour avoir la garantie d’un abattage halal, limiter les risques de rupture de la chaîne du froid et produire une partie de la valeur ajoutée sur leur territoire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Cooperl reprend l’ancien abattoir GAD
Cooperl Arc Atlantique (Lamballe, Côtes d’Armor) a annoncé vendredi soir 2 avril la signature d’un accord par lequel il se porte…
Du Simplement bon au Bio le responsable, Fleury Michon déploie une série d'arguments répondant à toutes les attentes. © Fleury Michon
Jambon : Fleury Michon revoit sa segmentation pour détrôner Herta
Le prix, le goût et l’engagement sociétal sont les trois attentes saillantes de consommateurs de jambon, selon la nouvelle équipe…
Bernard Boutboul, président de Gira Conseil, s'attend à une ruée dans les restaurants pour leur réouverture. © Adrien Olichon sur Unsplash
Perspectives optimistes pour la restauration post-Covid
Les derniers mois ont été éprouvants pour la restauration, mais le secteur n’a pas autant reculé qu’on aurait pu le craindre,…
 © DGF
Pomona en passe de croquer DGF

Le groupe Pomona a annoncé hier être entré en négociation exclusive avec le fonds d’investissements 21 Invest France en…

Avril veut vendre les oeufs Matines et ses activités de transformation animale
Portant de nouvelles ambitions, notamment vers les protéines végétales, le groupe Avril annonce vouloir céder les œufs Matines et…
Le grossiste bio Relais Vert ouvre un nouvel atelier de conditionnement
Relais Vert poursuit sa croissance avec l’ouverture de Bilodev, un nouvel atelier de conditionnement 100% dédié aux produits…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio