Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

Euronext lance trois contrats produits laitiers

 

En 1992 la nouvelle Politique agricole commune supprime les soutiens aux prix des oléagineux. En novembre 1994, Euronext lance son premier contrat à terme sur la graine de colza. Celui-ci vient de fêter ses vingt ans.

Le schéma pourrait être le même pour les trois contrats produits laitiers (poudre de lait écrémé, poudre de lactosérum et beurre) que l’opérateur boursier européen s’apprête à lancer au mois d’avril. « Ils pourraient même être complétés par un contrat fromages, s’il y a de la demande », comme l’a souligné Nicholas Kennedy, directeur du développement d’Euronext. L’objectif est pour les industriels, les acheteurs et les vendeurs de se couvrir contre les risques de volatilité des prix liée à la disparition des quotas laitiers. Les critères de qualité sont ceux de l’Union européenne et les volumes des lots prévus inférieurs à 24 tonnes. S’ils sont suffisamment nombreux et portent sur des volumes suffisamment importants, ces contrats constitueront également une référence européenne du prix du lait. Avec toutes les incidences que l’on peut imaginer.

C’est pourquoi, d’ici là, il faudra mettre en oeuvre « un processus pédagogique », note Olivier Raevel en s’inspirant des contrats matières végétales dont l’utilisation commerciale a nécessité un apprentissage. Pour le directeur matières premières d’Euronext, « la montée en puissance sera progressive surtout au cours des deux premières années ».

 

DES CONTRATS LIVRABLES

Comme pour les contrats matières premières végétales, ces contrats produits laitiers seront livrables, c’est-à-dire que la marchandise pourra être physiquement livrée, signe que le contrat s’appuie bien sur une réalité physique. C’est un gage de transparence même si de fait moins de 20 % des volumes échangés dans les contrats existants sont réellement livrés. Les contrats seront cotés à Amsterdam et les points de livraison prévus à Anvers, Rotterdam et Hambourg.

Fruits du travail d’un groupe pan-européen, ces contrats seront aussi les premiers à traiter de produits issus d’une première transformation. Euronext se refuse pour l’instant à afficher des objectifs chiffrés de progression.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Savencia octroie une prime à ses salariés

Savencia a annoncé hier qu'afin de « reconnaître l’engagement sans faille des salariés, en France, qui assurent la…

La marque June veut secouer le rayon de l’ultrafrais bio
Spécialisé dans la fabrication de produits végétaux, June signe une gamme d’entremets bios avec deux premières références…
Le règlement bio européen harmonise les règles au sein de l'UE, qui donnent droit à l'apposition de la feuille étoilée.  © DR
Le règlement bio européen prend du retard
La commission agricole du Parlement européen souhaite repousser d’un an l’entrée en vigueur du règlement européen sur la…
La FNPL quitte La Note Globale

« Adhérent de La Note Globale (ex-Ferme France) de la première heure, la FNPL décide de quitter l’association …

 © Coordination rurale
La Coordination rurale proteste contre le stockage privé de produits laitiers

« Les mesures de stockage initiées par la Commission européenne pour répondre à la surproduction laitière européenne…

Agrial va reconstruire la fromagerie de Luçon

Détruite en grande partie par un i…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio