Aller au contenu principal

En croissance, la biscuiterie Apiflor s’agrandit et se modernise

La biscuiterie cantalienne spécialisée dans les sablés sucrés et salés est en pleine phase de croissance. L’entreprise en profite pour investir sans s’écarter du créneau de la qualité.

En 2020, Apiflor devrait réaliser 2 millions d'euros de chiffre d'affaires.
© F. Pigot/Apap

Le pétrin est flambant neuf, mais la recette vieille de cinquante ans. À Madic (Cantal), la biscuiterie Apiflor ne perd pas de vue son savoir-faire artisanal. « J’ai investi plus de 1 million d’euros ces trois dernières années pour moderniser l’outil de production et agrandir l’atelier. On peut désormais répondre à des quantités intermédiaires, mais la manière de faire la pâte est la même et rien n’a changé depuis l’origine », explique Douglas Estager, président-directeur général d’Apiflor. Le patron insiste sur les matières premières : 100 % de farines origine France, uniquement du beurre et des fromages issus de coopératives locales. Créé en 1986, Apiflor s’est spécialisé dans les biscuits auvergnats sucrés et salés sous sa marque et sous MDD. En 2015, elle décide de lancer une gamme plus branchée, Bee Prairie avec de la farine label Rouge, du beurre AOP et des fromages fermiers. « On voulait sortir du marché régional en visant l’épicerie fine », poursuit Douglas Estager.

Depuis 2018, Apiflor s’est également diversifié dans le bio, qui représente 25 % de l’activité. Certifiée IFS, l’entreprise travaille de plus en plus à façon pour de gros opérateurs. « Notre chiffre d’affaires a progressé de 70 % en 2019 et devrait atteindre les 2 millions d’euros en 2020 pour 200 tonnes de production. Nous venons d’investir dans un four, et nous allons changer notre chaîne de conditionnement. Un projet d’extension de 400 m2 est programmé début 2020 », souligne Douglas Estager.

Les plus lus

Camion de la Cooperl
La Cooperl donne un coup au financement du Marché du Porc Breton

La FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire accusent la Cooperl de mettre à mal l’ensemble des outils collectifs utilisés…

Vaches dans la prairie
Comment vont évoluer les coûts de production de la viande bovine en 2024 ?

Si les prix des gros bovins restent élevés, ils ne sont pourtant toujours pas rémunérateurs pour les éleveurs. Les coûts de…

Cotation du porc en  Allemagne, Production, classe E en €/kg
Porc : un marché en manque d’impulsion à la veille de Pâques 

Le marché du porc européen manque de tonicité à l’approche de Pâques.  

en arrière plan, une étable avec des vaches noir et blanche. Au premier plan, un chercheur en combinaison intégrale avec un masque de protection.
Grippe aviaire : ce qu’il faut savoir de la contamination humaine par des vaches

La situation sanitaire autour de la grippe aviaire inquiète aux États-Unis. Des vaches malades ont à leur tour contaminé un…

infographie objectifs de la loi Egalim
Que mangent les enfants à la cantine, et qu’en pensent-ils ?

Les menus servis dans les cantines scolaires ne sont pas, en moyenne, conformes aux objectifs de la loi Egalim selon un…

vue de haut, une carte de France dessinée avec du blé, du beurre, des oeufs, de la viande, du fromage, des pommes, des tomates, du soja, du saumon
Souveraineté alimentaire : quelles sont les fragilités françaises ?

Un rapport du gouvernement évalue la souveraineté alimentaire de la France et dévoile des zones de fragilité préoccupantes.…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio