Aller au contenu principal

Bovins maigres
Broutards : marché stable, baisse des envois en septembre

Les exportations de broutards ont reculé en septembre comparé à l'an dernier. Sur le marché, les prix sont stables et à des niveaux plus élevés que les années précédentes mais l'amont estime qu'ils ne couvrent pas les coûts de production.

© Réussir Archives

La France a exporté 104 086 broutards en septembre, publie Agreste. C’est 3 % de moins que l’an dernier, après un mois d’août qui avait été plus tonique au contraire.

© Agreste

En cause, la baisse notable des envois vers l’Italie, qui se replient de 3.9 %, plombés par une demande italienne qui se détourne des bovins mâles de plus de 300 kg. Pour cette catégorie, nos envois reculent de 10.8 % par rapport à l’an dernier.

Vers l’Espagne, nos envois reculent de 30.3 % sur un an et de 44.1 % sur deux ans, ce qui concerne les broutards légers. L’engraissement espagnol est durement touché par la hausse des coûts de production. Les envois vers l’Algérie se reprennent en revanche. Au total, les envois de broutards légers, à seulement 12 469 têtes, reculent de 15.8 %.

Prix stables en semaine 47

Sur le marché français du broutard, l’heure est à la stabilité. Les sorties étaient plus conséquentes fin novembre, ce qui a contribué à une stabilisation des tarifs dans l’ensemble, voire même une baisse sur la région de Clermont-Ferrand. Les acheteurs ont aussi davantage trié la marchandise, les bons lots vaccinés restant largement les plus demandés.

Le mâle charolais (6-12 mois, U 300 kg) s’affiche ainsi à 2.82 €/kg, un prix stable depuis début octobre. C’est 20 ct de plus que son bas niveau de l’an dernier, même date et 3.3 % de plus que le précédent point haut de la même date de 2018.

Moyenne nationale, Charolais, mâle, 6-12 mois, 300 kg, U

Hausse des coûts de production

Dans le même temps, les coûts de production continuent de grimper ; tirés par les coûts alimentaires. Selon la FNB, pour un broutard charolais U 400 kg vendu 2.65 €/kg vif, soit un record pour cette période de l’année depuis au moins six ans, il manque encore 0.73 €/kg pour atteindre le coût de production.

Ipampa viande bovine
© Idele
Ipampa Viande Bovine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Au 1er janvier 2022, chaque élevage devra se doter d'un référent bien-être animal
Le journal officiel du 29 décembre institue la désignation d’un responsable du bien-être animal dans chaque élevage d’animaux de…
Prix du beurre : les professionnels de la BVP appellent à l’aide
Les professionnels de la boulangerie-viennoiserie-pâtisserie alertent sur l’explosion du prix du beurre et des difficultés d’…
La Coopération laitière fait le point sur les coopératives laitières françaises.
Prix du lait : La FNPL dénonce les pratiques "illégales" de Sodiaal
La FNPL dénonce dans une lettre ouverte la pratique illégale du groupe Sodiaal de pratiquer un correctif sur le prix du lait lié…
Siège social de Cooperl. © Cooperl
Porc : Cooperl étend ses unités de transformation
L’entreprise mexicaine Sigma, propriétaire du groupe Campofrio en Espagne a cédé deux entreprises de transformation de viande à…
Volaille : repli des coûts de l’aliment en décembre 
Volaille : repli des coûts de l’aliment en décembre 
La baisse du maïs temporise les hausses en blé et soja.
Un couple d’éleveurs va créer un abattoir de bovins bio à la ferme
Kathleen et Michel Bremont ont obtenu une aide de l’Europe et de la région Normandie pour financer près du tiers de leur projet d…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio