Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Viande
Bovins : poursuite du repli de la production en 2020

La production de bovins finis devrait se replier à 1,396 million de tonnes équivalent carcasse en 2020, selon les estimations de l’Idele. Cette chute, de 2,4 % par rapport à 2019, est attribuable pour les trois quarts à la baisse des abattages de femelles.

Evolution de la production nette de bovins finis
Evolution de la production nette de bovins finis

Dans le sillage de 2019, les tonnages abattus en 2020 sont attendus à la baisse et devraient ainsi diminuer de 27 000 tonnes équivalent carcasse (tec) pour les femelles, 3 000 tec pour les mâles non castrés et de 2 000 tec pour les deux catégories bœufs et veaux de boucherie, selon l’Idele. Le cheptel de vaches allaitantes, qui atteignait 3,80 millions de têtes au 1er décembre 2019 (soit 2,4 % de moins qu’en 2018), devrait poursuivre son recul au même rythme cette année. Dans la continuité de la dynamique enregistrée l’an passé, la diminution du taux de renouvellement du troupeau allaitant entraînera un repli de 3,6 % des abattages de réformes. Le nombre de génisses abattues devrait également chuter, mais dans une moindre mesure (-2,5 %) du fait de l’appel d’air des exportations en direction de la Chine. Du côté du cheptel laitier, la dynamique est similaire à celle des races allaitantes. Le cheptel, qui était déjà très réduit en fin d’année 2019 (-1,4 %/2018), devrait continuer de reculer, d’autant plus que pour maintenir les cours des produits laitiers, l’aval de la filière devrait continuer de restreindre les volumes. De plus, les faibles entrées de génisses de renouvellement pour l’année 2020 entraîneront une forte baisse des abattages de réformes laitières (-3 %/2019).

Des importations en hausse

En hausse depuis 2018, les importations de viande bovine ont progressé de 2 % sur les dix premiers mois de l’année 2019, tirées par des approvisionnements croissants en viande réfrigérée et en viande transformée. Cette tendance devrait se poursuivre en 2020 du fait de moindres disponibilités, notamment en réformes laitières qui constituent l’essentiel des importations françaises.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Viande bovine : les envois polonais menacés

Alors que les cours se sont légèrement redressés ailleurs en Europe, les prix des vaches polonaises ont très peu évolué…

Evolution du prix moyen du porc en France
Les effets du coronavirus sur le marché du porc
Le cours du porc en France progresse, malgré l’exportation minée par le coronavirus. Les opérateurs anticipent l’éventuel appel d…
 © INRADIST
Charcuterie : envolée des ventes en GMS en mars

« Après un mois de février décevant, le porc, viande économique, a enregistré de belles performances avec des…

Viande bovine : le solde du commerce extérieur se creuse

Sur l’année 2019, le déficit du commerce extérieur de viande bovine recule de plus de 18 000 téc par rapport à 2018…

 © Catherine Madzak
Porc : perturbé par le coronavirus

L’incertitude est de mise sur le marché du porc, qui subit de plein fouet l’impact du covid-19. Avec le confinement de…

[Coronavirus] Viande de porc : écoulement en flux tendu

Sur le marché intérieur de la viande de porc, les opérateurs se disent excédés par la conjoncture actuelle impactée par…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio