Aller au contenu principal

Bio : Ne vous « désengagez [pas] du marché bio », le cri d'alerte du Synabio, de la Fnab et de Forébio à la grande distribution

Dans une lettre ouverte adressée aux dirigeants de sept enseignes (Leclerc, Coopérative U, Carrefour, Auchan, Casino, Intermarché, Cora), les trois fédérations professionnelles Synabio, Fnab et Forébio les appellent à ne pas céder à la tentation de la réduction de l’offre en rayon.

© Virginie Pinson

Réduire l’assortiment de produits biologiques en grande distribution comme réponse à la baisse de la consommation, tel est le comportement de bon nombre d’enseignes de la grande distribution. Et cela inquiète fortement les trois fédérations professionnelles des acteurs de la bio, le Synabio, la Fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab) et la Fédérations des organisations économiques 100% bio (Forébio).

Dans une lettre ouverte adressée le 28 novembre aux dirigeants de sept enseignes de la grande distribution (Leclerc, Coopérative U, Carrefour, Auchan, Casino, Intermarché et Cora), les présidents de ces fédérations, Didier Perréol, Philippe Camburet et Mathieu Lancry leur demandent de ne pas « se désengager du bio ».

Se disant déjà en difficulté face à la baisse de la consommation, ils estiment que la réduction de l’offre en magasin les ferait « entrer dans un cercle vicieux qui pourrait en quelques mois mettre en péril des filières entières et compromettre les efforts engagés depuis des années par les pouvoirs publics, les producteurs et les entreprises pour passer en bio », écrivent-ils.

Réduction de l'offre bio, des "équipes dédiées démantelées"

En septembre 2022, l’offre avait reculé de 7,3 % sur huit mois, selon Iri. « Désormais, cette baisse est même plus rapide que la baisse effective de la consommation de produits bio, mesurée à -5% sur la même période », relève les fédérations.

Elles constatent également que les « équipes auparavant dédiées à l’offre bio sont démantelées », « une dégradation du niveau d’expertise sur les produits et les filières » et « de voir la bio noyée dans des catégories aux contours mal définis comme l’offre durable ».

Or pour les professionnels, la demande ne peut pas repartir si l’offre se réduit. « Le recul violent des assortiments observé actuellement risque de provoquer de la casse dans les fermes et les entreprises, avec un impact à long terme pour la bio française, à l’image du scenario noir qu’a connu la bio au Royaume-Uni dans les années 2010 », écrivent-ils.

Surtout, il faudra être en capacité de répondre à cette demande quand elle repartira. Le Synabio, la Fnab et Forébio se disent prêts à « coopérer sur des actions dans les magasins permettant de valoriser l’offre bio », rappelant le « rôle central » des enseignes dans la « transition du modèle agricole et alimentaire ».

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

vaches allaitantes
De combien va baisser la production de viande bovine en 2023 ?
L’Institut de l’élevage livre ses prévisions 2023 sur le marché de la viande bovine. Les disponibilités françaises vont rester en…
Les mauvais résultats du bio en 2022 en 7 chiffres
La FCD dresse dans sa note mensuelle un bilan négatif des ventes de produits biologiques en 2022.
Grippe aviaire : onzième foyer dans le Gers et une nouvelle suspicion
Un onzième foyer de grippe aviaire été confirmé le 22 janvier dans le département du Gers et une nouvelle suspicion était en…
Egalim 3 : le projet de loi du député Descrozaille en procédure accélérée
Le gouvernement a engagé une procédure d’examen accélérée le 21 décembre 2022 sur la proposition de loi visant à compléter Egalim…
Frédéric Chartier, président du groupement de producteurs Armor œufs depuis avril 2022.
Pourquoi Armor Œuf veut renégocier ses contrats ?
Face à la hausse des coûts de production des œufs, notamment de l’énergie, l’amont de la filière œuf est sous tension. Entretien…
Egalim 3 : la proposition de loi Descrozaille passe le cap de la commission des Affaires économiques
En commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, les députés ont adopté le projet de loi Descrozaille visant à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio