Aller au contenu principal

Allemagne : vers un rebond du prix du porc au printemps 2022 ?

Avec un marché déprimé, la filière porcine allemande a fortement réduit sa production en 2021. Cette baisse pourrait bien contribuer à une remontée des prix l’an prochain.  

© pixabay julien tromeur

Depuis la pandémie de la covid19 et l’apparition de la peste porcine africaine outre Rhin, le marché du porc allemand patine. Avec les exportations limitées vers les pays tiers et la demande nationale qui recule, l’écoulement de viande porcine se fait difficilement. La concurrence sur le marché européen s’accentue. Par ailleurs, le rebond de la pandémie limite les abattages des outils et la commercialisation. Le prix moyen du porc perçu par les engraisseurs devrait s’avoisiner aux alentours de 1,37 euros/kg en 2021.

Suivez l'évolution du prix du porc en Allemagne sur Commoprices.

La chute des prix est encore plus marquée chez les éleveurs de truies. A 38 euros/tête, le prix moyen du porcelet se place 17 % sous son niveau de l’an dernier. Tout cela, alors même que les prix de l’aliment demeurent à des niveaux exorbitants. De nombreuses exploitations peinent à couvrir leurs coûts de production et sont proches de la faillite.  

De plus en plus de fermes mettent la clé sous la porte 

Avec une conjoncture aussi déprimée, davantage d’exploitations ferment leurs portes. En mai, le cheptel porcin allemand a reculé de 3,1 % sur un an pour s’afficher à 24,7 millions de têtes. L’effectif truie accuse la plus forte baisse. Cette mutation structurelle devrait s’accélérer l’an prochain. Selon Ami, la production de viande porcine devrait baisser de 7 % en 2022 à 4,37 millions de tonnes. "Si en début d’année, les excédents de viande devraient peser encore sur le marché allemand, à partir du printemps, le repli des effectifs se fera sentir, ce qui pourrait contribuer à un allégement de la pression sur les prix du porc charcutier dans le pays", indique Ami.  

Baisse structurelle de la consommation de porc  

La consommation de porc en Allemagne est en retrait depuis plusieurs années. En 2022, elle devrait passer sous la barre des 30 kg /an, prévoit Ami. Une conjoncture qui s’inscrit dans une tendance de fond à la déconsommation de viande. Par ailleurs, le nombre de végétariens, végétaliens et surtout de flexitariens ne cesse de progresser dans le pays. La viande de bœuf et la volaille séduisent aussi davantage les germaniques au détriment de la viande porcine. La pandémie de la covid a aussi mis en exergue les conditions d’abattage et de travail dans certains abattoirs porcins, de quoi susciter des manifestations citoyennes. Malgré tout cela, la viande de porc reste de loin la viande préférée des Allemands. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Les prix des gros bovins dépassent un nouveau seuil symbolique
Le prix moyen pondéré des gros bovins entrée abattoir a dépassé la barre historique des 5 €/kg en semaine 18. Du jamais vu. Les…
Pénurie alimentaire : quel est le manque à gagner des ruptures en magasin ?
Les ruptures en magasin se multiplient pour diverses raisons et le manque à gagner a atteint 851 millions d'euros sur les trois…
Ruptures et pénuries se multiplient dans les grandes surfaces
Pénuries alimentaires en rayon : quels produits, pourquoi, jusqu’à quand ?
Huile de tournesol, poulet mais aussi poisson pané, plusieurs produits manquent en rayon, pour quatre types de raisons parfois…
Pénurie alimentaire : lait et produits laitiers seront-ils les prochains concernés ?
Collecte de lait de vache en repli, sécheresse en vue, les industriels s’inquiètent pour leurs approvisionnements cet été. Le…
Les prix de la bavette et du rumsteck UE à des records à Rungis
Les approvisionnements sont compliqués en viande bovine pour les grossistes, faute d’offre, et l’importation n’apporte pas…
Lait bio : Collecte en hausse et consommation en baisse, la crise se précise
Dans un contexte inflationniste, les ménages s’éloignent du bio et la consommation chute. Dans le même temps, la collecte de lait…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio