Aller au contenu principal

All4Pack 2022 : tous les feux sont au vert pour l’emballage en bois

Ressource, sûreté, praticité, fin de vie, le bois de conditionnement avance ses pions dans le cadre de la loi Agec.

À l’intention des métiers agroalimentaires, le Syndicat national des industries de l’emballage léger (Siel), une des trois filières du pôle bois, met en avant l’étude Embalim de 2018 montrant que la conservation des poissons est allongée dans un contenant en bois plutôt que dans du polystyrène. Au salon, François de Viviés, coprésident du Siel, vantait le même atout du bois pour la conservation des salades, en comparaison d’une baquette en plastique. « Justement parce qu’il est rugueux, le bois ne favorise pas le développement bactérien. C’est un piège à bactéries, qui les tue à 99 % en 24 heures », soutenait-il. François de Viviés rappelait d’autres qualités recherchées du bois : « Indispensable pour l’affinage de fromages, et l’aptitude au contact alimentaire pour l’immense majorité des espèces d’arbres, sans traitement nécessaire. » Des exposants alentour ont illustré l’extension des usages alimentaires dans les plats préparés.

Le fabricant d’emballages Lacroix, fournisseur de barquettes en bois de Fleury Michon en France ou de Charlie Bigham’s en Grande-Bretagne, a signalé avoir doublé sa capacité de production en 2020 au salon All4Pack 2022 *. Un autre exposant, Emballages bois Martin, présentait des paniers supportant une cuisson à 220 °C au four traditionnel. Selon ces fournisseurs, la décision de conditionner un plat cuisiné dans du bois nécessite la volonté de la direction, puisque la recette et le mode de cuisson sont particuliers. Le coût de fabrication d’un emballage léger en bois est plus élevé que celui d’un contenant en plastique, du fait de cadences plus lentes de fabrication. Quant au prix du sciage de peuplier, son évolution peut être suivie par l’indice CEEB sur le site Internet de la Fédération nationale du bois. « On est dans le domaine du haut de gamme », confirme-t-on au département bois de Lacroix.

Nouvel argument pour la valorisation énergétique

Mais les emballages ménagers en bois peuvent-ils tendre vers le recyclage, conformément à la loi Agec ? Il ressort d’un échange au salon avec Olivier de Lagausie, délégué général du Siel, que la valorisation énergétique des quelque 30 000 tonnes jetées par an serait aussi favorable pour l’environnement, voire davantage. Le Siel en veut pour preuve les dernières études (la plus récente datant de mars 2022) de l’Ademe et des éco-organismes Citeo et Léko. Fort de cette étude, le Siel a déposé un dossier à la Direction générale de la prévention des risques (DGPR), dont dépend le montant des cotisations finançant le recyclage. Ce montant s’appuie sur un cahier des charges. « Le point vert avait été fixé haut faute de capteurs et de recyclage », expliquait Olivier de Lagausie. Le délégué général a indiqué que le Siel attend une nouvelle version de ce cahier des charges pour septembre 2023.

Du côté de l’emballage professionnel en bois (caisses de fruits et légumes notamment, plateaux de poissons ou de fromages), le recyclage est un domaine de compétence du Siel. Sur le stand du pôle bois à All4Pack, Emmanuel Naudin, chargé du développement au Siel, rappelait aux visiteurs grossistes et distributeurs qu’il pouvait intervenir auprès d’eux pour trouver la solution la plus économique.

La ressource majeure, s’agissant de l’emballage léger, est le peuplier, dont la France est le deuxième pays producteur au monde. « Le déroulage d’une grume demande extrêmement peu d’énergie », a argumenté Olivier de Lagausie (Siel) au salon. « Si on incorpore les externalités négatives des autres matériaux, le bois est encore plus imbattable », a-t-il poursuivi. Sur ce point, le Siel met en avant les plus récentes Analyses du cycle de vie (ACV) comparatives des emballages de bois, de carton et de plastique (calculs du cabinet Gallileo pour l’Ademe, sur données déclaratives de 2020 représentant 71 % du poids économique des filières). L’emballage en bois s’avère largement le plus frugal en consommation d’énergie, émissions de CO2, consommation d’eau, effet de serre.

* All4Pack 2022 s’est tenu au parc des expositions de Paris Nord-Villepinte du 21 au 24 novembre 2022.

Les plus lus

vaches allaitantes
De combien va baisser la production de viande bovine en 2023 ?
L’Institut de l’élevage livre ses prévisions 2023 sur le marché de la viande bovine. Les disponibilités françaises vont rester en…
Les mauvais résultats du bio en 2022 en 7 chiffres
La FCD dresse dans sa note mensuelle un bilan négatif des ventes de produits biologiques en 2022.
Viande : Sicaba se place en redressement judiciaire
La Sicaba s’est placée le 2 février en redressement judiciaire auprès du tribunal de commerce de Cusset. La hausse de l’énergie…
Grippe aviaire : onzième foyer dans le Gers et une nouvelle suspicion
Un onzième foyer de grippe aviaire été confirmé le 22 janvier dans le département du Gers et une nouvelle suspicion était en…
Egalim 3 : le projet de loi du député Descrozaille en procédure accélérée
Le gouvernement a engagé une procédure d’examen accélérée le 21 décembre 2022 sur la proposition de loi visant à compléter Egalim…
Frédéric Chartier, président du groupement de producteurs Armor œufs depuis avril 2022.
Pourquoi Armor Œuf veut renégocier ses contrats ?
Face à la hausse des coûts de production des œufs, notamment de l’énergie, l’amont de la filière œuf est sous tension. Entretien…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio