Aller au contenu principal

Près d’une exploitation agricole sur quatre vend en circuit court

D’après le dernier recensement agricole 2020, la vente en circuit court concerne presqu'un quart des exploitations de France métropolitaine et plus de la moitié des exploitations conduites en bio, selon une dernière publication Agreste.

agreste
© Clara de Nadaillac

En 2020, 90 000 exploitations de France métropolitaine écoulent au moins une partie de leurs productions par le biais des circuits courts, selon les dernières données du Recensement agricole mises en avant par Agreste. Elles les utilisent généralement  pour une seule catégorie de produits.

La vente en circuit court est diversement répandue selon les spécialisations. Les apiculteurs sont en 2020 les plus engagés. La moitié des producteurs vendant des olives ou de l'huile d'olive affectionnent les circuits courts mais ils ne délaissent pas pour autant le secteur coopératif.

Les exploitants agricoles commercialisant des fruits ou des légumes diversifient un peu plus leurs circuits de commercialisation. Les producteurs vendant du lait ou des céréales et oléoprotéagineux privilégient, eux, la vente à une coopérative ou à une organisation de producteurs.
 

Les grandes cultures les moins engagées en circuit court

Les élevages spécialisés (hors apiculture) utilisent moins les circuits courts, notamment en raison des contraintes liées à la conservation et à la transformation de la plupart des produits animaux. Cette nécessaire étape de transformation de certains de leurs produits en farine, semoule, pain, pâtes, huile par exemple, concerne aussi les exploitations de grandes cultures. Ces dernières sont ainsi les moins engagées dans la vente en circuit court.

 

© Agreste - Recensement agricole 2020

 

Les exploitations bio vendent plus en circuits courts que les conventionnelles

La vente en circuit court est plus fréquente dans les exploitations menées en agriculture biologique. Ainsi, 53 % des producteurs bio commercialisent via une filière courte contre 19 % des exploitants conventionnels. Il existe toutefois des écarts, la différence est particulièrement marquée chez les viticulteurs spécialisés qui sont 62 % à vendre en circuit court lorsqu'ils sont en bio contre 24 % en conventionnel. L’écart est moins important entre producteurs de volailles bio et non bio (respectivement 36 % contre 22 %). Elle est quasi inexistante chez les apiculteurs.


La vente à la ferme privilégiée

En 2020, près de deux tiers des exploitations vendant en circuit court le font en premier lieu à la ferme. Ce mode de commercialisation séduit particulièrement les viticulteurs spécialisés impliqués dans les filières courtes (82 %) mais moins leurs homologues maraîchers (49 % ) ou ceux élevant des bovins viande (44 %). La vente à un commerçant détaillant concerne un tiers des exploitants vendant en filière courte. Elle a davantage la faveur des apiculteurs (49 %) que des horticulteurs (18 %).

 

© Agreste - Recensement agricole 2020

 

Le circuit court très prisé dans les DOM

La vente en Amap (association pour le maintien de l'agriculture paysanne) est moins répandue. Elle est la plus souvent rencontrée chez les maraîchers (15 %) mais rare chez les viticulteurs (2 %). Enfin, la vente à la restauration collective est la moins fréquente. Ce sont les éleveurs de vaches laitières vendant en circuit court qui l'utilisent le plus (15 %).

La vente en circuit court est très utilisé dans les DOM et concerne toutes les productions. En 2020, 19 200 exploitations ultramarines sur 26 700 recensées commercialisent via une filière courte avec une préférence pour la vente directe à la ferme.

Les plus lus

Philippe Camburet, président de la fédération nationale des agriculteurs bios, face à Elise Lucet dans l'émission Cash Investigation.
Cash Investigation : les pseudos révélations d’Elise Lucet sur l'agriculture biologique
L’émission "Alerte sur le bio!" diffusée le 6 juin sur France 2 s’est attaquée au bio à travers l’angle des pesticides en ciblant…
Jean-Marc Janvovici
Jean-Marc Jancovici : « il faut faire rerentrer de l’argent dans le secteur agricole »
Le spécialiste de l’énergie et du climat, intervenant lors de la première conférence de Grignon Campus, s’est exprimé sur les…
Marie Portolano, présentatrice, et Patrice Cougoureux, agriculteur et expert, dans les locaux de M6.
Aidons nos fermes : les cinq choses à savoir sur l’émission agricole de M6
 La chaîne M6 diffusera le mercredi 28 juin à 21h10 sa nouvelle émission Aidons nos fermes. Le concept : un expert agricole vient…
Carte de la valeur des terres et prés libres par département en 2022
Quel prix des terres agricoles en 2022 par département ?
Comment a évolué le prix des terres et prés libres l’an passé dans votre région ou votre département ? Réponse avec les derniers…
Orge d'hiver escourgeon à maturité
Moissons 2023 : le coup d'envoi est donné
Bien réglées, bien huilées, comme chaque année, les moissonneuses sont de retour dans les champs. Pour l’escourgeon, le top-…
Un moiseau friquet sur une branche devant un champ
Disparition de 800 millions d’oiseaux en 40 ans, le CNRS pointe le rôle des pesticides et des engrais
20 millions d’oiseaux disparaissent chaque année en Europe, selon une étude étayée du CNRS publiée le 15 mai dans la revue PNAS,…
Publicité