Aller au contenu principal

Volailles : l’urgence d'une revalorisation de quelques centimes

10 centimes pour une escalope de poulet, 5 centimes pour une cuisse, 10 centimes pour une part de poulet label Rouge, suffiraient aux éleveurs de volailles pour faire face à l’augmentation de leurs coûts de production.

© Pascal Le Douarin

La Confédération française de l’aviculture demande la prise en compte rapide et urgente de l’augmentation des coûts de production qui atteignent des niveaux « encore jamais atteint ».

Le coût de l’alimentation des volailles, qui représente à lui seul 65 % du coût de production, est en constante augmentation depuis des mois.

Pour le poulet standard, l’indice Itavi du coût des matières premières dans l’aliment est en très forte hausse par rapport à son niveau de l’année précédente (+16,7 % janvier 2022 / janvier 2021) et se maintient au-dessus du seuil de +/-10 % pour le seizième mois consécutif.

La CFA considère que « 10 centimes de revalorisation pour une escalope, 5 centimes pour une cuisse et 10 centimes pour une part de poulet Label Rouge sont nécessaires pour prendre en charge cette augmentation des coûts de production ».

« On n’a pas le temps d’attendre des négociations longues et difficiles.Il faut des hausses immédiates! »

Pour les poules pondeuses, on est à + 17,4 % par rapport à l’année précédente, au-dessus du seuil de +/-10 % pour le seizième mois consécutif. « 2 centimes d’euro de revalorisation par œuf sont nécessaires et 5 centimes pour le bio », indique la CFA.

Concernant les autres espèces, la situation est identique, avec + 16,2 % sur un an pour le poulet label, +15,1 % pour la dinde, +15,8 % pour la pintade, + 20 % pour le canard à rôtir, +22 % pour le canard gras et +10,7 pour le lapin. Les éleveurs de gibier subissent aussi de fortes hausses avec +15 à +20 % pour l’aliment.

« On n’a pas le temps d’attendre des négociations longues et difficiles.Il faut des hausses immédiates! », conclut la confédération.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Pourquoi les prix records des bovins ne sont pas encore suffisants pour les éleveurs allaitants
Malgré des prix des gros bovins à des niveaux jamais vus, l’amont de la filière bovine fait toujours face à des difficultés…
cotation Atla du beurre cube (€/t)
En ingrédients laitiers, les approvisionnements vont être compliqués à la rentrée
Avec la collecte laitière qui reste en retrait, les fabrications de produits laitiers industriels pourraient bien être…
Faute de repreneur, Matines ouvre un projet de cessation d’activités
La société Matines annonce, le 2 juin, s’engager dans un projet d’arrêt programmé de ses activités. A ce jour, seul le site…
Le lait conventionnel mieux payé que le bio en avril
Le lait conventionnel a été payé 5 €/1000 litres de plus que le bio en avril, selon Agreste.
Bio : la Cour des Comptes entre dans le débat sur la HVE
Le rapport sur le soutien à l’agriculture biologique de la Cour des Comptes juge la politique menée insuffisante, tant au niveau…
Avec l’arrêt de Matines, la filière œuf dans l’incertitude
Matines a annoncé jeudi l’arrêt programmé de ses activités, seul un site fait l’objet d’une procédure de reprise pour l’instant,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio