Aller au contenu principal

PREMIER SEMESTRE 2013
Une conjoncture favorable à la production laitière

Tous les feux sont au vert pour produire plus de lait. L’offre peine à répondre à la demande mondiale par manque de disponibilités.

 

Le premier semestre de l’année n’a pas été propice à la production de lait dans le monde. La sécheresse en Nouvelle- Zélande et en Australie, le coût élevé des céréales et du soja suite à la sécheresse qui a sévi l’été 2012 aux États- Unis, se sont traduits par une forte baisse de la production laitière : -12 % en Nouvelle- Zélande sur le premier semestre 2013 comparé au premier semestre 2012 ; - 9 % pour l’Australie, -10 % pour l’Argentine, et un petit +0,5 % pour les États-Unis. Ce manque de matière première a fait exploser les cours mondiaux des produits industriels qui ont atteint leur plus haut niveau depuis 2007 du fait d’une forte demande. Sur le premier semestre, les échanges mondiaux de beurre ont progressé de 3 % et ceux de fromages de 7 %. Ceux de poudres de lait écrémé et entier ont diminué respectivement de 8 % et 2 %, faute de disponibilité.

 

RECUL DE LA COLLECTE

 

La collecte dans l’Union européenne a elle aussi reculé sur la même période de 1,3 %, à cause d’un printemps froid et du coût élevé des concentrés. De plus, certains pays ont mis le frein sur la production du fait de dépassement de quotas (Danemark, Allemagne et Pays-Bas). Les cours européens de produits industriels ont ainsi progressé dans les mêmes proportions que les cours mondiaux avec une mention spéciale pour le beurre, en pénurie en Europe, qui a culminé à 4 300 euros la tonne. « Le stockage privé de beurre est inférieur de 36 % par rapport à l’année dernière et se situe à 89 000 tonnes », précise Gérard Calbrix d’Atla.

 

+ 7% POUR L’ EXPORT DE FROMAGES FRANÇAIS

 

En France, le niveau faible du prix du lait au regard de la hausse importante du coût de l’alimentation animale et l’hiver tardif ont amené aussi une baisse de la collecte de -3,3 % qui s’est traduite par une baisse générale des fabrications. Seul le lait UHT a vu ses volumes augmenter, tiré par l’export (+6 %), notamment vers la Chine (+363 %), et par le recul des importations. Les fabrications de fromages se sont maintenues, et c’est tant mieux : la France a augmenté de 7 % ses exportations vers les pays de l’Union européenne et les pays tiers. En revanche, faute de disponibilité, les exportations de poudre sont en net recul. Et sur le marché intérieur, la consommation subit les méfaits de l’ambiance économique morose. L’indice Insee produits laitiers ressort au premier semestre à -0,9 % avec -2,9 % pour l’ultrafrais.

Si le marché national peut encore s’avérer difficile sur le second semestre, tout pousse à dire que la demande mondiale va continuer à tirer les prix vers le haut. « Le déficit en lait est tel qu’il faudra de nombreux mois pour le résorber, et ce, même si la collecte reprenait fortement en Europe et en Océanie », remarque Gérard Calbrix.

 

DES PRIX JAMAIS ATTEINTS

 

Le prix du lait en France devrait atteindre, en 2013, son plus haut niveau annuel depuis 2008, à 340 euros environ en moyenne entraînant dans son sillage la collecte qui devrait repartir à la hausse avec la mise à disposition des ensilages de maïs, cet automne. Les producteurs s’y préparent « Il n’y a pas de vaches à vendre sur le marché depuis des mois », confirme Gérard Calbrix qui souligne que la France est coupée en deux: « Le Nord et l’Ouest peuvent augmenter considérablement leur production. On observe des arrêts de production dans les zones céréalières du fait des cours élevés des céréales ». Les producteurs de lait de ces régions sauront-ils résister à des cours de céréales élevés quand on sait que les charges des exploitations laitières sont à leur plus haut niveau ? Face à une demande aussi forte, l’intérêt de la filière est de produire plus de lait d’autant plus que la France jouit d’une réputation justifiée de qualité sur laquelle elle peut miser pour faire avancer ses pions sur les marchés internationaux.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Jean Clanchin, ex-dirigeant du groupe Triballat. © Triballat
Décès de Jean Clanchin, ex-dirigeant de Triballat

Jean Clanchin, ex-dirigeant du groupe Triballat et père d’Olivier Clanchin actuel dirigeant du groupe, est décédé…

Elodie Macariou, chef de produit senior et coordinatrice de la démarche RSE chez Lactalis Ingredients. © DR
Un outil pour garder et gagner des parts de marché
Lactalis Ingredients a publié cette année son premier rapport RSE. Cette démarche, organisée autour de trois piliers, permet à l’…
Avec cette opération, Lactalis reprend 750 salariés et trois sites industriels dans les états de Californie, New York et Wisconsin. © Google street view
USA : Lactalis achète les fromages naturels de Kraft Heinz

Le groupe Lactalis (20 Mds€ de CA en 2019) a annoncé hier un accord avec le groupe Kraft Heinz pour le rachat de ses…

Roquefort et Bleu de brebis de Société peuvent coexister

La Confédération générale de Roquefort, ODG de l’AOP Roquefort, a affirmé hier soir dans un communiqué reconnaître «…

Francisco Camacho, directeur général produits laitiers et d'origine végétale international du groupe Danone.
Francisco Camacho quitte le groupe Danone

Après 20 ans passés dans le groupe, Francisco Camacho, directeur général produits laitiers et d’origine végétale…

Danone débarque au rayon traiteur frais

La marque Danone se diversifie avec l’annonce ce matin de son arrivée au rayon traiteur frais avec sa toute première…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio