Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Un marché toujours encombré

Faute de consommation dynamique, les abattages baissent. Les engraisseurs limitent les mises en place, ce qui se répercute sur le marché des petits veaux.

Les achats des ménages de viandes de veau ont reculé de 6,4 % sur les dix premiers mois de l'année selon FranceAgriMer-Kantar Worldpanel. Même le Festival du veau n'a pas réussi à enrayer cette érosion. Si les professionnels ont jugé cette opération correcte, la concurrence accrue avec le porc ou le bœuf a limité les ventes. Les abattages ont diminué de 2,21 % en cumul de janvier à octobre, selon Agreste. Les cours des veaux de boucherie ont entamé leur reprise saisonnière depuis la rentrée, mais ne retrouvent pas leur niveau de 2013. Leur prix moyen pondéré, calculé par FranceAgriMer, s'établissait fin novembre à 603,80 euros les 100 kg, soit 4,6 % de moins que l'an passé. Seule note positive, l'Imfal (indice des matières premières entrant dans la fabrication des aliments d'allaitement) se situe près de 40 % sous son niveau de l'an dernier, de quoi donner de l'air aux trésoreries.

Petits veaux : les prix au niveau plancher

Mais la mauvaise tenue du commerce se répercute dans les étables, les engraisseurs mettant moins de veaux en place. Dans ce contexte, les acheteurs ne se sont pas bousculés sur le marché des petits veaux laitiers. Fin octobre, les prix ont atteint un niveau plancher, similaire à celui de 2013, dont ils n'ont pas décollé depuis. Alors que les mises en place correspondant aux sorties de la Pentecôte se rapprochent, les tarifs n'ont pas donné de signes de frémissement, une tendance qui devrait se prolonger à court terme, les fêtes de fin d'année et leur cortège de marchés annulés et reportés pourraient en effet limiter la traditionnelle reprise.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les denrées de la régie agricole sont en partie surgelées dans l'unité de transformation de la ville.
[Coronavirus] Comment la ville de Mouans-Sartoux s’adapte

Souvent citée en exemple pour son organisation en matière de restauration collective bio, la petite ville de Mouans-…

Les chaînes et groupes de restauration génèrent 36 % du chiffre d’affaires de la RHD. © Patrick Cronenberger
Une tendance structurelle à la hausse, en dehors du Covid-19
En croissance continue ces dernières années, le marché de la consommation hors domicile a récemment vu de nouveaux acteurs se…
Christophe Hardy, dirigeant de Cheville 35 et SocoDN. © DR
Cheville 35 : « ce jeudi matin, les ventes se sont fortement ralenties »
Grossiste en viandes, Christophe Hardy a perdu une partie de son activité. Il continue de fournir les détaillants grâce à une…
Les achats de produits responsables

D’après le Baromètre de la transition alimentaire 2019, sondage Opinion Way réalisé pour Max Hevelaar France, le secteur…

119 millions de dollars pour aider Cuba face au changement climatique

Le Comité de direction du Fonds vert pour le climat a approuvé hier le financement à hauteur de 119 millions de dollars d…

Philippe Villevalois, directeur de l'Ifria Centre-Val de Loire. © DR
Ifria Centre

Philippe Villevalois, délégué général de l’association régionale des entreprises agroalimentaires du…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio