Aller au contenu principal

Guerre en Ukraine
Ukraine : Un premier navire de l’ONU chargé de céréales prêt à partir

Après une douzaine de cargos chargés de maïs à être partis d’Ukraine depuis le 1er août, c’est au tour d’un navire contenant du blé, affrété par l’ONU, de quitter imminemment le pays.

© Pixabay

Un premier navire humanitaire affrété par l’ONU pour transporter des céréales ukrainiennes a été chargé le 15 août de 23 000 tonnes de blé. Il est prêt à partir du port de Pivdenny, proche d’Odessa, a annoncé Oleksandre Koubrakov, ministre ukrainien de l’Infrastructure. « Le navire se dirigera vers l’Afrique. J’espère que d’autres navires affrétés pour le Programme alimentaire mondial (PAM) viendront dans nos ports. J’espère qu’il y aura bientôt deux ou trois navires supplémentaires », a-t-il déclaré.

Le MV Brave Commander a accosté vendredi 12 août au port de Pivdenny, dans la ville de Youjné, et partira pour Djibouti, d’où les céréales seront transférées en Éthiopie. Il s’agit de la première cargaison d’aide alimentaire à quitter l’Ukraine depuis qu’a été signé le 22 juillet par Kiev et Moscou des accords sur l’exportation des céréales ukrainiennes, sous l’égide de l’ONU et via une médiation de la Turquie.

Le 1er août, le Razoni a été le premier cargo à avoir quitté l’Ukraine depuis le début de la guerre, chargé de plus de 26 000 tonnes de maïs. Au départ du port d’Odessa, le bateau était initialement attendu au Liban mais a finalement jeté l’ancre le 10 août dans le port turc de Mersin. Ce changement de cap aurait été dû à une annulation de contrat, selon un communiqué de l’ambassade ukrainienne en Turquie.

L’opération illustre le flou qui entoure la reprise des exportations de céréales ukrainiennes. Après la modification de sa destination finale, signe que l’acheteur de la cargaison peut changer en cours de route, la marchandise du cargo a été mise en vente à ceux qui souhaitaient l’acheter, pas forcément au Liban. Il est aussi possible que le bateau ait quitté le port d’Odessa sans avoir d’acheteur. Cet « imbroligo », comme le qualifient les Échos, n’est pourtant pas si inhabituel. « Il n’est pas rare de voir un navire changer une ou plusieurs fois d’acheteurs en cours de route », indique Stavros Karamperidis, directeur du groupe de recherche sur le transport maritime à l’université de Plymouth, cité par France 24. L’opération de changement de cap du Razoni a intrigué car cette pratique était peu connue et l’événement a été particulièrement médiatisé.

Depuis le départ du Razoni, plus d’une douzaine d’autres cargos ont quitté les ports ukrainiens, tous chargés de céréales.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Cette infographie est initialement parue dans notre magazine mensuel de septembre
[Infographie] Pourquoi tant de pénuries alimentaires en 2022 ?
Certains rayons sont vides et les consommateurs craignent les pénuries de plusieurs produits alimentaires. Pour les magasins, les…
Les prix records des gros bovins ne compensent pas la flambée des coûts de production
Les prix records des gros bovins ne compensent pas la flambée des coûts de production
Le prix de revient des gros bovins a fortement progressé au premier semestre, dopé notamment par la hausse de l’énergie.
Energie : les industriels laitiers craignent pour la continuité de leurs activités
La Fédération nationale de l'industrie laitière (Fnil) appelle le gouvernement à mettre en place rapidement un bouclier tarifaire…
Un incendie a ravagé un enterpot de fruits et légumes à Rungis le 25 septembre
Mis à jour : Ce que l’on sait de l’incendie à Rungis
  Un incendie a ravagé un entrepôt de fruits à légumes à Rungis le 25 septembre, sans faire de victimes.
Combien l’Europe a perdu de bovins et de porcs en un an ?
La décapitalisation du cheptel bovin et la forte tension en production de porc liée à l’envolée de l’aliment et aux contraintes…
Un cas de grippe aviaire dans la zone IGP Volaille du Maine, la situation jugée alarmante
Un cas de grippe aviaire a été confirmé dans un élevage situé dans la zone de Loué. Les scientifiques alertent sur une situation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio