Aller au contenu principal

Tour d’horizon des baisses de cheptel porcin au nord de l’UE

En 2021, les cheptels porcins dans les pays du nord de l’UE ont accusé des baisses plus au moins marquées, selon les pays. L’amont faisant face à la flambée des coûts de production.

© Pixabay

La situation économique des éleveurs européens reste difficile dans le contexte de niveaux records des coûts de production. Les effectifs porcins se replient de façon significative en Allemagne, au Danemark, aux Pays Bas, en Pologne mais aussi au Royaume-Uni.

Décryptage des premiers résultats des enquêtes cheptel :

Des élevages disparaissent en Allemagne

  • En Allemagne, le nombre de porc a chuté de 9,4 % en 2021 par rapport à 2020, avec un décrochage de 7,3 % du nombre de truies, indique Destatis. « Entre peste porcine africaine (PPA), les règles de bien-être animal, la fermeture des débouchés vers le marché chinois, de nombreux éleveurs ont cessé leur activité. Près de 1600 élevages en Allemagne ont fermé en un an, soit une baisse d’environ 8% », rappelle Elisa Husson, ingénieure d'études économiques à l'institut du porc, l’Ifip.

Un repli plus mesuré au Danemark

  • Au Danemark, la baisse du cheptel est estimée à 1,8 % sur un an selon les données de Denmark Statistics. C’est surtout le troupeau de truie qui accuse une forte baisse de 3 %. Toutefois la filière porcine danoise demeure résiliente. Les élevages porcins trouvent des repreneurs assez facilement, avec dans certains cas des listes d’attentes pour ceux qui veulent s’installer. AHDB s’attend donc à une baisse limitée de la production danoise dans les prochaines années.

La Pologne subit les contrecoups de la PPA

  • En Pologne, la situation reste très critique, avec la mauvaise conjoncture et la PPA qui continue de progresser dans le pays. Le cheptel porcin a ainsi accusé une baisse de 12,7 % selon Statistics Poland. Les effectifs de truies chutent d’environ 20 %.

Le cheptel porcin néerlandais à son plus bas niveau depuis 2003

  • Aux Pays-Bas, le cheptel porcin a diminué de 5,8 % en décembre 2021, pour s’afficher sous la barre des 11 millions de têtes, selon le Centraal Bureau voor de Statistiek,  (CBS). C’est son niveau le plus bas depuis 2003. Le nombre de truies a diminué de 1,4 %. « Pour rappel, un rachat national des droits porcs (volontaire) a eu lieu courant 2020, ce qui a entraîné une forte baisse. La baisse du nombre de truies saillies (-2,2 %) laisse présager une nouvelle baisse de l’offre à partir de l’été prochain », indique l’Ifip.

Des retards d'enlèvements au Royaume Uni

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Les abattages de vaches reculent depuis 2016.
(Mis à jour) Les cotations Gros Bovins Entrée Abattoir évoluent
Un arrêté visant à faire évoluer les cotations des Gros Bovins Entrée Abattoir vient d’être publié au JORF.
Inflation-Egalim 2 : les 4 enseignements principaux du rapport du Sénat
Dans un rapport publié le 19 juillet, la commission des Affaires économiques du Sénat n’a pas constaté de « phénomène massif de…
[Guerre Ukraine Russie] Quels pays limitent leurs exportations agricoles ?
Plusieurs pays ont mis en place des embargos temporaires sur l’exportation de certains produits agricole dans un contexte de…
La FNSEA appelle la distribution à augmenter le prix du lait
Sur Franceinfo, Christiane Lambert a appelé la distribution à augmenter les prix du lait. Elle a aussi rappelé que la sécheresse…
Preview image for the video "Bienvenue chez Le Gaulois".
Pourquoi L214 s’attaque de nouveau à la marque Le Gaulois de LDC
L’association antispéciste s’attaque de nouveau à l’entreprise bretonne pour l’inciter à signer le European Chicken Commitment.
SVA Jean Rozé arrête l’abattage rituel
Depuis le 1er juillet, la filiale d’Agromousquetaires SVA Jean Rozé a arrêté les abattages rituels, qui concernaient…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio