Aller au contenu principal

Volailles
Quels débouchés pour la viande de poule en France

La viande de poule française peut miser sur son atout « prix bas » pour une meilleure valorisation à l’industrie et en restauration si elle veut s’extraire de sa forte dépendance à l’exportation.

L'offre de poule est liée au marché de l’œuf. © LAL
L'offre de poule est liée au marché de l’œuf.
© LAL

Coproduit de la filière œuf, la viande de poule subit une double volatilité, aussi bien au niveau de l’offre que de la demande. D’une part, ce marché se voit exposé aux aléas d’approvisionnement, car tributaire du marché de l’œuf. D’autre part, avec près de 70 % de viande de poules françaises exportées vers l’Afrique subsaharienne, il est aussi très exposé aux marchés étrangers. Or la demande du grand export est très sensible aux conditions macroéconomiques. Les transformateurs français de viande de poule doivent aussi faire face à la rude concurrence d’autres opérateurs européens qui privilégient aussi le débouché africain.

S’affranchir de cette dépendance à l’exportation pourrait permettre de pérenniser la filière. Pour cela, elle devra miser sur les caractéristiques qui différencient la viande de poule des autres volailles, surtout du poulet, souvent importée et destinée à la restauration hors domicile ou à l’industrie agroalimentaire. FranceAgriMer a récemment réalisé des entretiens afin de connaître les secteurs de l’aval susceptibles de constituer des débouchés pour la viande de poule. Décryptage.

Le prix premier critère d’achat dans tous les secteurs

La viande de poule a l’avantage d’être moins chère que d’autres volailles. Un critère attrayant pour les acheteurs du B2B (cubes, poudres, extrait de volaille), mais aussi de la charcuterie-salaison. Avec de plus en plus de charcuteries fabriquées à base de volaille et la montée du halal, la viande de poule pourrait davantage intéresser certains industriels. Son prix bas lui confère un avantage compétitif par rapport au porc devenu plus onéreux avec la peste porcine africaine. Bien qu’en déclin, le secteur du bouillon et du potage pourrait aussi être un débouché. Autre option, la valorisation des coproduits de la viande de poule par des entreprises qui payent pour récupérer des coproduits à destination de la pharmacie, de l’alimentation humaine et du pet food.

Des opportunités pour les poules bio ?

Si le bio est recherché dans le segment des plats préparés, les achats sont souvent limités par le prix élevé du poulet bio. Or la bonne disponibilité en poule bio, qui est bien moins chère, est un atout pour le secteur. Le bio serait aussi une occasion à saisir en restauration collective dans le cadre de la loi Egalim qui pousse les acheteurs à se tourner vers ces produits labellisés. Par ailleurs, le bio prend aussi de l’ampleur dans l’alimentation pour animaux domestiques où la poule est surtout utilisée dans la fabrication d’aliments déshydratés. Nestlé Purina a déjà lancé sa gamme de produits bio, contrairement à d’autres entreprises qui ne veulent pas placer l’alimentation animale au même niveau que l’alimentation humaine, malgré la demande de certains clients.

L’expansion du marché se voit toutefois freiné par la qualité sanitaire de la viande de poule. La capacité d’assurer des volumes en quantité et qualité régulière reste aussi un enjeu de taille. La coordination amont/aval demeure primordiale pour redonner de la compétitivité au maillon abattage-transformation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

PAC : La Fnab quitte le CSO
La Fnab a quitté le 21 mai au matin le Conseil supérieur d'orientation présidé par le ministre de l'Agriculture, qui doit…
L214 vise le groupe LDC dans une nouvelle campagne
L214 lance une campagne adressée au leader français de la production de poulet.
[Mis à jour] La nomination d'Antoine de Saint-Affrique à la direction générale de Danone est confirmée
Le pdg de Barry Callebaut, Antoine de Saint-Affrique, va devenir le nouveau directeur général du groupe Danone, en remplacement d…
Trois ONG passent au crible 18 labels alimentaires
Trois ONG ont conçu un guide pratique de la consommation responsable qui passe les 18 labels alimentaires les plus connus au…
[Mis à jour] Nitrites : Yuka fait appel de la décision du Tribunal de commerce de Paris
Le Tribunal de commerce de Paris s'est prononcé en faveur de la Fict dans l'affaire qui l'opposait à Yuka, sur les nitrites et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio