Aller au contenu principal

Quelle sortie de crise pour les filières bio ?

Entre signes d'espoir dans les ventes en magasin et marasme chez les producteurs, les acteurs de la bio ont dressé un panorama mitigé de la situation actuelle lors du dernier Sival à Angers.

conférence professionnels de la bio
Au Sival, les acteurs de la bio débattaient de l'état du marché
© Thierry Goussin

Que retenir de la conférence sur «La filière bio en crise» qui s'est déroulée le 18 janvier dernier lors du Sival à Angers ? Le verre à moitié plein de ventes tendant à la stabilisation après une sévère chute ou celui à moitié vide des déclassements de produits et de la crainte d'une vague de déconversions ?

Lire aussi : Les tendances de consommation alimentaires de 2024 en 5 points

Un «frémissement» au niveau des ventes de produits bio

Introduisant les débats, Laure Verdeau, directrice de l'Agence Bio, a rappelé que les produits bio ne pesaient que 6 % de la consommation en France en 2022, contre 6,4 % l'année précédente. Elle a relevé une trop forte dépendance à la consommation à domicile (92 % des ventes) et une défiance marquée du consommateur. S'agissant des prix, frein numéro un à l'achat de produits bio, «l'écart se resserre», a-t-elle noté avec satisfaction. Ainsi, selon l'Insee, l'inflation dans l'alimentation a atteint les 12 % en 2023, mais «seulement» 6,7 % pour le bio. D'où de premiers signaux intéressants sur les ventes ? 

Un recul moins fort en GMS

Dans l'attente de connaître les chiffres des autres circuits, la GMS, qui représente la moitié des ventes à domicile, affiche un recul de 3 % sur les ventes en bio en 2023, contre - 8 % en 2022. «On a peut-être atteint un plateau», a espéré Laure Verdeau. Président du Synadis, Henri Godron a observé «un frémissement du marché de la bio chez les distributeurs» et notamment pour l'enseigne qu'il préside, Biocoop, qui affiche une croissance de CA de 2,3 % en 2023. 

Lire aussi : Bio, label, équitable « le prix est un critère important, mais la visibilité en magasin aussi » 

En terme de fermetures de magasins spécialisés, l'année 2023 a été moins sinistrée que les deux précédentes et les ouvertures reviennent, a-t-il noté. Les deux représentants des transformateurs présents, Magalie Jost pour Nature et Aliments et Philippe Lassalle Saint-Jean pour les sirops Meneau, ont confirmé une remontée des ventes depuis l'été, et annoncé des progressions respectives de +1,6 % et + 2,5 % sur l'année. Prudents afin de ne pas entraver cette embellie, ils n'ont pas demandé de hausses de tarifs lors de leurs négociations 2024 avec la distribution.

La crainte d'une vague de déconversions 

Ces premiers signaux favorables n'ont pas atteint le monde de la production. «L'heure est toujours à la morosité, évidemment», a résumé Philippe Camburet, le président de la FNAB. Si le coup de frein sur les conversions n'est pas nouveau, l'heure est aujourd'hui à la crainte d'une hémorragie d'agriculteurs quittant la bio. 

Lire aussi : Crise du bio : « Notre objectif c’est qu’il n’y ait pas de déconversions »

«Certainement que 2024, et peut-être même déjà 2023, sera l'année du recul de la bio en France. Ce sera un signal dramatique et à discuter politiquement», a estimé Philippe Camburet. Alors que les nouveaux arrivants font plutôt dans le petit maraîchage bio intensif, la déconversion de grosses exploitations en grandes cultures va réduire la SAU en bio, qui pourrait repasser sous la barre symbolique des 10 %, a mis en garde Laure Verdeau.

Le déclassement atteint 30 à 50 % sur certains produits bio, la pomme étant le plus malmené.

 Paulin Matchon, responsable du comité bio d'Interfel, a mis en lumière les difficultés des filières fruits et légumes. Le «déséquilibre structurel» touche une dizaine de produits, dont les pommes, les carottes, les poireaux, avec un niveau de production trop élevé face à la demande, a-t-il précisé. Résultat, le déclassement atteint 30 à 50 % sur certains produits bio, la pomme étant le plus malmené.

La vente directe bio résiste

Dans ce marasme, la solidité de la vente directe, pratiquée par 26 000 des 60 000 fermes bio, a été relevée. Au chapitre des solutions, le développement en RHF et la relance volontariste du marché, soutenue par la communication, ont été prônés par Laure Verdeau. Porté par sa croissance, «le bio était muet» jusqu'ici, a souligné la directrice de l'Agence Bio, qui bénéficie d'une enveloppe de 8 M€ cette année sur son budget communication. Or «un citoyen informé mange plus de bio», a-t-elle martelé. Le besoin d'outils de pilotage, de données plus précises pour les filières bio, est enfin apparu partagé par les acteurs de cette table ronde.

Lire aussi : Œuf bio, des raisons d’espérer en 2024 ?

Les plus lus

Camion de la Cooperl
La Cooperl donne un coup au financement du Marché du Porc Breton

La FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire accusent la Cooperl de mettre à mal l’ensemble des outils collectifs utilisés…

Vaches dans la prairie
Comment vont évoluer les coûts de production de la viande bovine en 2024 ?

Si les prix des gros bovins restent élevés, ils ne sont pourtant toujours pas rémunérateurs pour les éleveurs. Les coûts de…

Cotation du porc en  Allemagne, Production, classe E en €/kg
Porc : un marché en manque d’impulsion à la veille de Pâques 

Le marché du porc européen manque de tonicité à l’approche de Pâques.  

en arrière plan, une étable avec des vaches noir et blanche. Au premier plan, un chercheur en combinaison intégrale avec un masque de protection.
Grippe aviaire : ce qu’il faut savoir de la contamination humaine par des vaches

La situation sanitaire autour de la grippe aviaire inquiète aux États-Unis. Des vaches malades ont à leur tour contaminé un…

infographie objectifs de la loi Egalim
Que mangent les enfants à la cantine, et qu’en pensent-ils ?

Les menus servis dans les cantines scolaires ne sont pas, en moyenne, conformes aux objectifs de la loi Egalim selon un…

bouverie en abattoir
Vidéo L214 chez Bigard : le ministère remet le contrôle vidéo en abattoir sur la table

L214 a diffusé une enquête filmée dans l’abattoir Bigard de Venarey-les-Laumes (Côte d’Or), lors d’abattages halal. Le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio